Le pe­tit Ro­bert illus­tré

PLUS DE 200 OEUVRES EX­PO­SÉES AU GRAND PA­LAIS PER­METTENT DE MIEUX SAI­SIR LE GÉ­NIE DE RO­BERT MAP­PLE­THORPE. TROIS CHOSES À SA­VOIR AVANT D’Y COU­RIR.

Be - - SOMMAIRE - — MOR­GANE PAU­LIS­SEN

Une vie tor­tu­rée “Just Kids” de son ex-com­pagne Pat­ti Smith, le livre dont il est le hé­ros, s’ouvre et se ferme sur son exis­tence, fau­chée par le si­da à 42 ans (en 1989). L’in­ter­prète de “Be­cause the Night” re­late de fa­çon poé­tique, simple et sin­cère leur quo­ti­dien dans le New York un­der­ground des 60s et des 70s. On y dé­couvre un ar­tiste qui, avant de de­ve­nir l’un des plus grands pho­to­graphes de sa gé­né­ra­tion, a dé­cou­vert son ho­mo­sexua­li­té en se pros­ti­tuant dans des chambres mi­teuses. Ce cu­rieux touche-à-tout ai­mait des­si­ner, fa­bri­quer des bi­joux, mais aus­si fu­mer du cannabis et prendre du LSD. Et cet ex­cen­trique ado­rait réa­li­ser à même le sol de sa chambre du Chel­sea Ho­tel des col­lages à par­tir de cou­pures de ma­ga­zines por­nos. Ja­mais sans ses muses Pour com­prendre son uni­vers, il faut s’in­té­res­ser à ses deux égé­ries. La pre­mière est son amour de jeu­nesse, la chan­teuse, poète et au­teure Pat­ti Smith, connue à 20 ans, en 1967. Quelques an­nées plus tard, il a réa­li­sé la po­chette de son pre­mier disque, “Horses”. En 1980, le pho­to­graphe ren­contre la sculp­tu­rale cultu­riste Li­sa Lyon. De la fas­ci­na­tion pour son corps mus­clé naî­tront un livre, “La­dy, Li­sa Lyon” (éd. Bul­finch Press), et un film, “La­dy”. À tra­vers ces mo­dèles, il aborde de fa­çon poi­gnante l’idée de la puis­sance sexuelle fé­mi­nine. L’ob­ses­sion des corps La ten­sion éro­tique des oeuvres de Ro­bert Map­ple­thorpe est ce qui en fait en­core au­jourd’hui sa force et sa mo­der­ni­té. Entre les jeux d’ombre et de lu­mière, l’im­pact vi­suel de­meure long­temps sur la ré­tine. Le pho­to­graphe nous livre son in­ti­mi­té, sa vi­sion – très dé­nu­dée – de la beau­té des corps mas­cu­lins et fé­mi­nins, et ses dé­mons. Ti­raillé entre le bien et le mal, il a shoo­té de fa­çon très crue du SM, des va­ni­tés, des sexes mas­cu­lins et des fleurs. Sans lui, pas de por­no chic. “Ro­bert Map­ple­thorpe”, Grand Pa­lais, Pa­ris 8. Du 26 mars au 13 juillet.

Au­to­por­trait de Ro­bert Map­ple­thorpe en 1980.

Li­sa Lyon, l’un des mo­dèles qui a fas­ci­né le pho­to­graphe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.