Les 400 coups : Geor­gia May Jag­ger

FILLE CHÉ­RIE DE LA “ROCKOCRACY” (L’ARIS­TO­CRA­TIE ROCK), GEOR­GIA MAY JAG­GER EST BIEN PLUS QU’UNE RICH GIRL.

Be - - SOMMAIRE - — PRO­POS RECUEILLIS PAR ANNE- LAURE GR I VEAU

En shoo­ting ou en pri­vé, elle ne se dé­par­tit ja­mais de ce sou­rire qui a fait son suc­cès. Adepte de la “feel good fa­shion”, Geor­gia, 22 ans, aime s’amu­ser. Sa bonne hu­meur sé­duit les créa­teurs – comme le joaillier Thomas Sa­bo dont elle est la nou­velle égé­rie – qui lui confient vo­lon­tiers leur image. Geor­gia on our mind. Der­nier coup de coeur ? Las Ve­gas. Je viens d’y pas­ser un week-end pour fê­ter mes 22 ans avec une ving­taine de mes amis : ma co­loc Ca­ra, mes co­pines Su­ki et Ty­ra, ma soeur Liz­zy... C’était le meilleur an­ni­ver­saire de ma vie, un ve­ry good trip. Der­nier coup de fo­lie ? D’être al­lée voir Cé­line Dion en concert au Cae­sars Pa­lace, à Ve­gas, ou d’avoir pris un “par­ty bus” avec une barre de strip-tease ? Je ne sais que choi­sir... Peut-être que Ca­ra a pos­té tout ça sur Twit­ter et Ins­ta­gram ! Nor­ma­le­ment, ce qui se passe à Ve­gas reste (presque) à Ve­gas.

Der­nier coup de gueule ?

Avec mon agent. J’ai dû quit­ter ma propre fête d’an­ni­ver­saire beau­coup trop vite car je de­vais prendre un avion tôt le len­de­main. J’aime m’amu­ser. D’ailleurs, je ne com­prends pas les man­ne­quins qui font sys­té­ma­ti­que­ment la gueule.

Der­nier coup du sort ?

D’avoir à quit­ter ma… fête d’an­ni­ver­saire. Non, plus sé­rieu­se­ment, j’ai per­du mon chien Poppy, il y a trois mois. C’était un bor­der collie qui était très vieux, il avait qua­si­ment 16 ans. Je l’ai eu presque toute ma vie, c’était un de mes meilleurs amis. J’étais si triste que ma co­loc a or­ga­ni­sé une mi­ni­veillée pour lui.

Der­nier coup de main ?

J’ai ai­dé ma mère [l’ex-man­ne­quin Jer­ry Hall, ndlr] à pré­pa­rer le dé­jeu­ner de Noël. J’adore cui­si­ner. Chez moi, je fais sou­vent de la nour­ri­ture thaïe, des nouilles ou des soupes.

Der­nier coup de four­chette ?

Je viens de goû­ter au boeuf frit du Chi­na Club de Ber­lin, c’était dé­li­cieux. J’aime la viande. Ma mère est quand même née au Texas !

Der­nier coup d’éclat ?

J’ai gran­di à Londres, alors, je dois avouer que j’étais fière de faire la cou­ver­ture du “Vogue” an­glais de fé­vrier. D’au­tant que la sé­rie a été shoo­tée par Pa­trick De­mar­che­lier, une lé­gende !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.