LA DOLCE VI­TA

L’ITA­LIENNE CE­LESTE PISENTI N’A PAS SU CHOI­SIR ENTRE DE­SI­GNER D’IN­TÉ­RIEUR ET DE MODE, AC­TRICE ET MAN­NE­QUIN. SON APPARTEMENT À MI­LAN RE­FLÈTE CET ÉCLEC­TISME ET SON AMOUR DE L’ART.

Be - - VIE STYLÉE - — VIO­LAINE SCHÜTZ

Cette jo­lie Ita­lienne (qui garde le mys­tère sur son âge) a com­men­cé comme sty­liste en tra­vaillant pour Cos­tume Na­tio­nal, Mo­schi­no et le ma­ga­zine “Don­na”. Dans les an­nées 2000, elle de­vient l’art di­rec­tor de Blumarine puis de la marque Blu­girl (jus­qu’en 2006). Mais la mode n’est pas la seule chose qui l’anime. Sa vi­sion va plus loin. En 2003, elle lance sa propre en­seigne de de­si­gn in­ti­tu­lée Ce­leste All That qui connaît un suc­cès re­ten­tis­sant. Af­fi­chant son mi­nois dans des interviews et des pho­to­shoots, elle fi­nit sous les feux des pro­jec­teurs, en jouant les ac­trices (TV et ci­né) et les top-mo­dèles à ses heures per­dues. Elle a prê­té son visage ju­vé­nile et ses courbes par­faites à des re­vues bran­chées ain­si qu’à des ar­tistes contem­po­rains comme An­drea Sal­va­to­ri, Ni­co­la Ver­la­to, Va­nes­sa Bee­croft, Mau­ri­zio Cat­te­lan et Pier­pao­lo Fer­ra­ri.

LE SEP­TIÈME CIEL DE LA DÉ­CO

La mai­son de Ce­leste en plein coeur de Mi­lan est un es­pace à la fois néo­clas­sique et sur­réa­liste. Si cer­taines pièces jouent la pu­re­té, d’autres, plus so­phis­ti­quées, res­semblent à des décors de ci­né­ma ou de théâtre. Des tro­phées, des oeuvres d’art contem­po­rain, des in­fluences mas­cu­lines et fé­mi­nines, des meubles chi­nois, une touche ani­male : les contraires s’at­tirent et co­ha­bitent avec pas­sion. Pie­ro For­na­set­ti ren­contre Ryan McGin­ley. Le sa­lon mixe couleurs na­tu­relles, beaux ma­té­riaux, et at­mo­sphère co­lo­niale. Le cor­ri­dor qui mène à la chambre se pare de mul­tiples cadres et d’un pa­pier peint ba­roque. “Je pense que la beau­té d’une mai­son est une com­po­si­tion de dif­fé­rentes époques dans des couleurs har­mo­nieuses, des nuances et des formes dé­co­ra­tives qui fu­sionnent avec l’es­pace.” Même quand Ce­leste in­ves­tit dans une plante, elle ré­flé­chit à l’équi­libre glo­bal de son appartement. Pre­nons-en de la graine avant notre pro­chaine vi­rée shop­ping chez Ikea.

À gau­che_ La salle de bains la joue soft, entre fé­mi­nin (vase pré­cieux et bou­quet de fleurs) et mas­cu­lin (bou­geoirs en bois brut). À droi­te_ Le cou­loir d’ins­pi­ra­tion chi­noise mène sur une chambre plus sobre, mais ré­chauf­fée par du bois et une es­tampe ja­po­naise. À l’en­trée, une pan­thère na­tu­ra­li­sée nous dé­fie du re­gard.

Voyage, Voyage Lot de deux malles en si­mi­li­cuir, Mai­son du Monde, 160 €. Ita­lo As­siette en por­ce­laine, Pie­ro For­na­set­ti chez L’éclai­reur, 135 €.

DÉ­CO CÉ­LESTE

ES­PRIT VIN­TAGE ET ORI­GI­NA­LI­TÉ DONNENT DU CA­CHET À NOTRE IN­TÉ­RIEUR. PAR MA­RIE FAR­MAN

Cham­pêtre Tro­phée en plas­tique et laine, Fleux, 50 €.

fleux.com

Cu­rio­si­té Tête de che­val en ré­sine, Co­ming B, 116 €. co­mingb.fr

Ci-des­sus_ Dans la cui­sine, on aper­çoit Ce­leste à ge­noux pho­to­gra­phiée par Mau­ri­zio Cat­te­lan pour le ma­ga­zine “Toilet Pa­per”. La bonne idée ? Lais­ser ses cap­sules de ca­fé vi­sibles. À droi­te_ Pause lec­ture en blanc sur blanc, pen­dant que la pe­tite fait sa sieste dans sa chambre, douce, pure et oni­rique. Page de

droi­te_ Une pho­to sen­suelle de Wen­dy Bevan flirte avec des têtes d’ani­maux et des va­lises Pra­da.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.