To be or not to be ? La fille aux bi­joux

FABIEN CONSTANT A AS­SIS­TÉ À (PRESQUE) TOUS LES DÉ­FI­LÉS DE L’HI­VER PRO­CHAIN. SON VER­DICT ? ON SOR­TI­RA COU­VERTE DE JOYAUX, VRAIS OU FAUX.

Be - - SOMMAIRE - — FABIEN CONSTANT

Ins­pi­ra­tion tri­bale chez Cé­line ou Grèce an­tique chez Louis Vuit­ton : choi­sis­sez votre camp !

Bon, si on suit la lo­gique, on a eu 27 °C à Mar­seille dé­but mars, il fe­ra donc 33 en mai eet 45 en juillet. Et à 45, vous ou­bliez la fringue, vous ou­bliez la ten­dance, vous êtes nue. Ou cou­verte de bi­joux. Les mai­sons l’ont bien ccom­pris : quand la cliente sa­ture du sac à main et du vêtement, on peut tou­jours lui rre­fi­ler... de la pa­rure ! Et c’est un grand rre­tour aux tra­di­tions eth­niques que l’on vvous pro­pose d’opé­rer en vous or­nant, par exemple, des plas­trons en cuir de Ni­co­las Ghes­quière pour Louis Vuit­ton, qui livre une vi­sion fu­tu­riste de la tra­di­tion. On s’en­roule dans la montre-chaîne de ventre de Ca­ra De­le­vingne chez Cha­nel où, pour vé­ri­fier l’heure, vous de­vez re­gar­der votre nom­bril (et ra­che­ter de la ti­sane ventre plat). On se sent déesse de la chasse avec une pa­rure folk­lo-bo­bo chez Etro, et Po­ca­hon­tas avec le bra­ce­let à franges do­rées chez Ch­loé. Et si vous avez tou­jours pré­fé­ré le cô­té cow-boy de la Force, op­tez pour le ban­da­na de maille d’Isa­bel Ma­rant. Il vous reste à trou­ver un re­vol­ver, et vous êtes prête pour un duel rue Mon­tor­gueuil à 6 heures du mat’. Plus sexy, pas­sez les ma­gni­fiques créoles de Bal­main, sorte de bam­bou ou de ro­tin plié de chaque cô­té de votre cou – c’est un peu comme avoir le fau­teuil d’Em­ma­nuelle à chaque oreille. De toute fa­çon, vous êtes nue, ou presque, alors le bi­jou doit se voir, faire poids comme le bra­ce­let gant de McQueen, qui vous couvre toute la main, ou le bra­ce­let de force ul­tra sexe de Lan­vin, fa­çon “Game of Th­rones”, avec triple ver­rou, telle une cein­ture de chas­te­té. Ou sa ver­sion dis­pro­por­tion­née chez Ver­sace, où il est sur­mon­té d’une tête de mé­duse tel­le­ment énorme qu’elle vous galbe les avant-bras, les bi­ceps, les triceps – cuisses et les mol­lets doivent éga­le­ment tra­vailler... Si ça pèse trop, vous avez l’op­tion “une seule boucle d’oreille” chez Cé­line. Mais rien ne vous em­pêche d’op­ter pour la femme Mo­schi­no par Je­re­my Scott qui, elle, porte les bi­joux de sa grand-mère, de sa mère, les siens et ceux de sa fille. Le même jour. Et en même temps. Là, vous ne vous sen­ti­rez plus nue. Vous se­rez or­née et heu­reuse. Avec une lor­dose et un tour de cou, mais heu­reuse. Et si votre mec trouve que vous avez un peu abu­sé, il vous reste l’op­tion mi­ni­male Saint Laurent par He­di Sli­mane, avec de simples tri­angles d’or aux oreilles. Vous pour­rez tou­jours lui de­man­der de vous ci­ter ce clas­sique de la poé­sie fran­çaise écrit par Her­bert Léo­nard : “Je n’ai qu’un pays, ce­lui de ton corps/ Je n’ai qu’un pé­ché, ton tri­angle d’or/ Je dé­couvre en toi toutes les au­daces, quand tu m’AI-MEUH.” Et vu ce qu’il va de­voir lâ­cher pour vous payer tout ce que l’on vient d’énu­mé­rer, il va fal­loir qu’il vous aime. Je vous laisse, je vais vous cher­cher le nu­mé­ro de Co­fi­dis.

TO BE OR NOT TO BE ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.