Dans la peau de... Cléo­pâtre

LA DER­NIÈRE REINE D’ÉGYPTE FAIT L’OB­JET D’UNE GRANDE EX­PO­SI­TION À PA­RIS. FIO­NA SCH­MIDT A EN­FI­LÉ SA COU­RONNE.

Be - - SOMMAIRE - — FIO­NA SCH­MIDT

Bon­jour, je m’appelle m’app Cléo­pâtre

et je suis un mythe. J’ins­pire les plus grands ar­tistes de­puis plus de deux mille ans, de Plu­tarque à Ka­mel Oua­li, et je suis le pre­mier people dont vous avez en­ten­du par­ler, alors que je ne suis ja­mais al­lée à Saint-Tro­pez.

On ra­conte tel­le­ment sur moi,

alors qu’on sait si peu... L’ima­gi­naire col­lec­tif s’est sub­sti­tué à l’His­toire : mes sel­fies sur les bas-re­liefs des py­ra­mides res­semblent peu à Liz Tay­lor, ma plus illustre co­pie, et l’on n’a ja­mais re­trou­vé mes sex-tapes avec Cé­sar ou Marc-An­toine.

Pour les deux du fond

qui jouent à Can­dy Crush pen­dant les cours d’his­toire : je prends le pou­voir à la mort de mon père, en -51 avant ce type, là, né dans une étable... À l’époque, je suis ma­riée avec mon frère, Pto­lé­mée XIII, qui a le bon goût de mou­rir vite, ce qui me force à épou­ser mon autre frère, Pto­lé­mée XIV, que je fais tuer– mais de ce­la, au­cune trace lit­té­raire, pas même un opé­ra, c’est presque vexant.

J’ai sé­duit Cé­sar et Marc-An­toine

par cal­cul po­li­tique, pour res­tau­rer la puis­sance de l’Égypte, et non muée par un amour aveugle, comme l’a pré­ten­du Sha­kes­peare, le Pe­rez hil­ton de l’époque éli­sa­bé­thaine, dans “An­toine et Cléo­pâtre”. Je de­vrais d’ailleurs lui col­ler un pro­cès en con­tre­fa­çon pour son “Ro­méo et Ju­liette”. Car qui s’est sui­ci­dé lors­qu’on lui a ap­pris ma (fausse) mort ? Marc-An­toine. Et qui s’est tuée en­suite ? Bi­bi.

Je sa­lue l’ini­tia­tive de la Pi­na­co­thèque,

qui a par­ta­gé l’ex­po­si­tion en deux : Moi, Ma Vie, Mon Mythe à l’époque de la Rome An­tique ; et Moi, Muse de quelques mil­liers d’ar­tistes à tra­vers les âges, par­mi les­quels Gus­tave Mo­reau, An­dy Wa­rhol, Hec­tor Ber­lioz, Jo­seph Man­kie­wicz. Et j’en ou­blie, comme aux Cé­sar-Cé­sar ? Cléo­pâtre ? Je suis d’un lol, pas étonnant que j’aie aus­si été la muse d’Alain Cha­bat !

“Le Mythe Cléo­pâtre”, Pi­na­co­thèque de Pa­ris, 8 rue Vi­gnon, Pa­ris 9. À par­tir du 10 avril. pi­na­co­theque.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.