Alors, on aime ?

NOS CINQ JU­RÉS ONT LU, VU ET EN­TEN­DU POUR VOUS. ILS LIVRENT LEUR AVIS TRAN­CHÉ.

Be - - SOMMAIRE -

PAN­DO­RA STOEKLE a vu “Ba­by­sit­ting”, de Phi­lippe La­cheau et Ni­co­las Be­na­mou. En salles le 16 avril.

La pre­mière scène du film ?

Franck, le hé­ros, nous pré­sente sa vie et ses amis à tra­vers leurs pro­fils Fa­ce­book.

Ra­con­tez-nous l’his­toire...

Hôte d’ac­cueil d’une mai­son d’édi­tion, Franck est contraint, le soir de ses 30 ans, de gar­der le fils de son pa­tron. La soirée se dé­roule tran­quille­ment jus­qu’à ce que ses deux meilleurs amis dé­cident d’or­ga­ni­ser à son insu une soirée dans la mai­son du boss. Le len­de­main, aler­tés de la dis­pa­ri­tion de leur fils, les pa­rents re­viennent et dé­couvrent, à tra­vers les images d’une ca­mé­ra ou­bliée, ce qui s’est pro­duit du­rant la nuit.

La scène qui vous a mar­quée ?

Après avoir at­ter­ri dans une fête fo­raine, la bande d’amis est obli­gée de fuir en kart des fo­rains en co­lère. Cette scène de course-pour­suite, clin d’oeil au jeu Ma­rio Kart, m’a ra­me­né en en­fance.

Une bonne rai­son d’al­ler voir ce film ?

Pour se di­ver­tir et se re­mé­mo­rer des mo­ments chao­tiques qui peuvent ar­ri­ver lors­qu’on garde un en­fant.

Avec qui iriez-vous le voir ?

Des amies qui ont vé­cu des évé­ne­ments co­casses lors de ba­by-sit­tings.

Note at­tri­buée ?

B. C’est un film agréable mais sans sur­prise. Mal­gré des mo­ments drôles, on com­prend vite ce qui va ar­ri­ver.

Pan­do­ra Stoek­lé, ba­by-sit­ter.

OLI­VIA MOORE a lu “La Femme”, de Bé­né­dicte Mar­tin (éd. Équa­teurs Lit­té­ra­ture).

La pre­mière ligne du livre ?

“La terre manque de femmes. Près de 100 mil­lions de femmes.”

Ra­con­tez-nous l’his­toire...

Ça parle du vé­cu et des opi­nions d’une femme qui a ten­dance à pen­ser que toutes les autres sont comme elle. Bon, on ne croule pas sous l’hu­mi­li­té, le pre­mier cha­pitre s’appelle “De Co­lette à « Warm up »”, et “Warm up”, c’est un bou­quin de l’au­teur. Un peu comme si je par­lais de mon spec­tacle en di­sant “de Mo­lière à « Mère in­digne »”.

La phrase qui vous a mar­quée ?

“Beyon­cé au­rait-elle pu chan­ter « Run the World » au­tre­ment qu’en bo­dy dé­col­le­té ?”, qui m’a fait pen­ser à la pa­ro­die in­croyable qu’en a faite Flo­rence Fo­res­ti à Ber­cy.

Une bonne rai­son de le lire ?

La paire de boobs en cou­ver­ture !

À qui l’of­fri­riez-vous ?

À mon ma­ri, parce qu’il y a des pas­sages un peu chauds en al­ter­nance avec des pro­pos plus sé­rieux, ça le mo­ti­ve­rait à lire jus­qu’au bout.

Note at­tri­buée ?

[Iro­nique.] At­ten­tion, c’est une ar­tiste qui s’ex­prime, je ne met­trai donc pas de note, à vous de le lire.

Oli­via Moore, hu­mo­riste. One-wo­man­show “Mère in­digne”, Co­mé­die des Bou­le­vards, Pa­ris 2. Le mar­di à 21 h 30. oli­via­moore.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.