San­dra

Pho­to­graphe

Be - - REAL PEOPLE -

“J’ai fait un grand travail sur moi pour ar­ri­ver à m’ac­cep­ter. Dix ans de bas­ket et l’ha­bi­tude d’être nue dans des ves­tiaires rem­plis de filles plus tard, je suis très à l’aise avec la nudité. J’ai ap­pris à ai­mer mon sexe, mais re­cou­vert de poils il me fait pen­ser à un por­no des an­nées 70, donc je rase, évi­tant ain­si la dou­leur, le temps et l’ar­gent que cer­taines dé­pensent chez l’es­thé­ti­cienne. Je le fais uni­que­ment quand je suis en couple. Le reste du temps, les poils ne me dé­rangent pas, mais je trouve qu’un corps lisse est plus éro­tique et plus es­thé­tique, et ça s’ap­plique aus­si à mes par­te­naires que je pré­fère im­berbes. J’ai même du mal à faire un maillot bré­si­lien. D’ailleurs, je trouve plus vul­gaire d’avoir un ti­cket de mé­tro que de ne rien avoir du tout, et le cô­té « pe­tite fille » qu’on peut prê­ter à l’épi­la­tion in­té­grale ne me vient même pas à l’es­prit. C’est tel­le­ment in­time que ça de­vrait être un choix pour cha­cune, mais force est de consta­ter que les corps fé­mi­nins que l’on voit sur pa­pier gla­cé ne donnent à voir qu’un mo­dèle fan­tas­mé.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.