Eva

Char­gée de com­mu­ni­ca­tion

Be - - REAL PEOPLE -

“J’ai long­temps été mal à l’aise avec mon corps à cause d’une hy­per­pi­lo­si­té diag­nos­ti­quée à l’ado­les­cence, qui m’a in­ter­pel­lée as­sez tôt sur mon genre et mon rap­port au poil. Je ne vou­lais pas gran­dir et être ce qu’on at­ten­dait d’une femme. J’ai com­pris plus tard qu’on pou­vait être beau­coup d’autres choses que douce, gen­tille, lisse, mince. J’ai eu l’oc­ca­sion de po­ser nue, ce qui m’a per­mis de m’ap­pro­prier mon corps. Au­jourd’hui, je suis beau­coup plus à l’aise nue qu’ha­billée ! Je me fiche de l’épi­la­tion et de ce que les autres peuvent en pen­ser. Je n’ai pas choi­si de ne pas m’épi­ler, j’ai dé­ci­dé d’ac­cep­ter mes poils. Mais c’est un choix af­fir­mé et as­su­mé : je n’oblige per­sonne à faire la même chose, bien évi­dem­ment, mais de mon cô­té je ne me for­ce­rai pas non plus à m’épi­ler pour qui­conque. Après tout, c’est mon corps. La ten­dance ac­tuelle à l’uni­for­mi­sa­tion est dan­ge­reuse, c’est pour la li­ber­té de choix que l’on de­vrait se battre.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.