PRESQUE NUE

On laisse peu à peu tom­ber les ar­ti­fices pour ré­vé­ler un style plus na­tu­rel. Hâle ex­press, senteurs es­ti­vales, soins de sai­son... à peau­fi­ner avant le lâ­cher-prise.

Be - - CURE D’ÉTÉ - RÉA­LI­SA­TION AU­RÉ­LIE LAMBILLON. STY­LISME MARION GUIOT. PHO­TOS BRU­NO BAR­BA­ZAN

HY­DRA­TA­TION VISAGE

Puis­sance 1 : les soins Faire cir­cu­ler l’eau sous la peau ? Fa­cile avec les aqua­po­rines, ces ca­naux in­ternes qui abreuvent les cel­lules non-stop. Le pa­ri des la­bos : aug­men­ter leur den­si­té pour per­fu­ser les tis­sus en conti­nu. Y com­pris sur les zones fines comme celle du contour des yeux, qui se déshy­dratent et se fripent vite. Aqua­lia Ther­mal Sé­rum, Vi­chy, 24,90 € (1). Crème Fine Hy­drac­tive 24H, Dr. Pierre Ri­caud, 29,90 € (2).

Puis­sance 2 : les gélules Le com­plexe à adop­ter : omé­ga 3, 6 et 9 en une seule prise. “Il faut toutes les va­rié­tés d’omé­ga pour sti­mu­ler les glandes pros­ta­glan­dines qui ré­gé­nèrent tous les tis­sus”, ex­plique Na­tha­lie Sa­creste, na­tu­ro­pathe. C’est pro­mis, en une se­maine, la peau et les mu­queuses vont dé­jà mieux.

Full Spec­trum Ome­ga, Sol­gar, 54,50 € les 120 gélules (3).

Puis­sance 3 : les in­jec­tions Avec de l’acide hya­lu­ro­nique de faible den­si­té, on ne mo­di­fie pas les vo­lumes de la peau, mais on lui donne un sa­cré boost de re­bon­di. Deux op­tions : des mi­croin­jec­tions pour trai­ter toutes les zones du visage ou des in­jec­tions avec mi­cro­ca­nule, plus pro­fondes et lo­ca­li­sées, qui ne laissent pas la moindre trace. En deux jours seule­ment, la peau est plus confort et le grain em­bel­li, alors que l’acide hya­lu­ro­nique tra­vaille dans le derme pour fouet­ter sa to­ni­ci­té.

Skin Boos­ter, Gal­der­ma, à par­tir de 150 € la séance. gal­der­ma.fr

QUATRE BOMBES ANTIBURN-OUT

Parce qu’il faut te­nir en­core près de deux mois avant l’été :

Contrer la fa­tigue (au ré­veil, au cou­cher + li­bi­do en berne) L’an­dra­ka, une plante ayur­vé­dique is­sue des rhi­zomes de gin­gembre séché. En sti­mu­lant le coeur, la di­ges­tion et la cir­cu­la­tion san­guine, cet ex­trait met un bon coup de fouet à l’or­ga­nisme. “L’in­té­rêt, c’est que la sen­sa­tion d’éner­gie va s’ins­tal­ler au fil du temps. Une cure d’un mois suf­fit à se re­mettre sur pied, mais les gros bos­seurs de­vraient s’y col­ler quinze jours par mois”, re­com­mande Na­tha­lie Sa­creste.

An­dra­ka, Ayur-va­na sur ayur­va­na.fr, 13,90 €.

Ma­ter l’émo­tion­nel en dents de scie La fleur de Bach Oli­vier, dé­diée à l’épui­se­ment gé­né­ral, est aus­si connue pour bais­ser le seuil émo­tion­nel. Out les crises de larmes à chaque pé­nu­rie d’agrafes au bu­reau. “Le sys­tème en­do­cri­nien s’af­fole au prin­temps avec des sautes d’hu­meur à la clé. Cette fleur de Bach per­met de cal­mer le jeu en ré­gu­lant les flux d’hor­mones”, pré­cise la na­tu­ro­pathe. Comp­tez deux gouttes trois fois par jour pen­dant trois se­maines.

Élixir de fleurs de Bach Oli­vier, Élixirs & Co, 9,50 € (4).

Boos­ter le sys­tème im­mu­ni­taire à plat (donc l’or­ga­nisme qui chope tout ce qui passe, les al­ler­gies aux pol­lens en bo­nus). Le Si­rop du Père Mi­chel, un concen­tré de pro­po­lis, d’oli­go-élé­ments et d’huiles es­sen­tielles. An­ti-in­flam­ma­toire, boos­ter du sys­tème im­mu­ni­taire, il calme les al­ler­gies fis­sa. Pour un trai­te­ment de fond, deux cuillères à ca­fé deux fois par jour, quinze jours par mois du­rant un tri­mestre.

Si­rop du Père Mi­chel, Bio­li­go, 18,50 € (5).

Do­per le QI en chute libre (d’où le pou­voir d’at­ten­tion d’un pois­son rouge et des bou­lettes en sé­rie dans l’open-space). De la vi­ta­mine D na­tu­relle. Ce li­quide, ex­trait de la laine

des mou­tons (slurp !), est le meilleur ami du cer­veau et amé­liore aus­si la re­mi­né­ra­li­sa­tion des os. Es­sayez deux gouttes par jour jus­qu’en juillet, voire plus sur les conseils d’un mé­de­cin car les ca­rences sont lé­gion.

Vi­ta­mine D3, Fleu­rance Na­ture, 10,90 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.