TOM PE­CHEUX

Be - - AVANT- PREMIÈRE -

Ren­contre avec le di­rec­teur ar­tis­tique d’Estée Lauder, créa­teur du li­ner cu­bique du dé­fi­lé prin­temps-été 2014 d’An­tho­ny Vac­ca­rel­lo. L’ins­pi­ra­tion du ma­quillage du show ? L’été der­nier, j’ai vi­si­té la Fon­da­tion Do­nald Judd, à Marfa au Texas. L’oeuvre de ce roi du mi­ni­ma­lisme m’a don­né en­vie de tra­vailler sur des lignes à la fois épu­rées et sexy. De son cô­té, An­tho­ny Vac­ca­rel­lo avait pen­sé à une forme gra­phique au coin des yeux des mannequins. Sauf que le tri­angle simple, je ve­nais dé­jà de le réa­li­ser pour un autre dé­fi­lé. Il fal­lait donc que je trouve quelque chose de nou­veau. Comme il ne vou­lait pas de rouge à lèvres, j’ai op­té pour cette ba­nane sty­li­sée en ape­san­teur. La tech­nique de réa­li­sa­tion ? J’ai fa­bri­qué un pe­tit po­choir dé­cou­pé dans une feuille. J’ai d’abord tra­cé les contours au li­ner puis j’ai rem­pli l’in­té­rieur au pin­ceau. En­suite, j’ai éti­ré le fard vers le coin in­terne de l’oeil en sui­vant la courbe de la pau­pière.

Le dé­tail 2014 ?

Évi­ter le trop so­phis­ti­qué. Gar­der les lèvres et les joues nude pour jouer la touche pa­ri­sienne à la fois fraîche et cool.

Un se­cret de backs­tage ? Avant d’ap­pli­quer un fond de teint, je le mé­lange tou­jours avec une goutte de sé­rum Advanced Night Repair. Ça lui donne une adhé­rence in­croyable et ça crée une très bonne os­mose avec la peau. Eye­li­ner Double Wear, Estée Lauder, 28, 50 €. Ombre 5 Couleurs Film Noir, Estée Lauder, 49,50 €.

AN­THO­NY VAC­CA­REL­LO

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.