Pro­tec­tion so­laire, et plus si af­fi­ni­tés...

Ga­ran­tie par tous les grands la­bos, la pro­tec­tion de la peau va dé­sor­mais de pair avec des for­mules personnalisées et des ma­tières à sen­sa­tion. Dé­mons­tra­tion.

Be - - ÉDITO - RÉA­LI­SA­TION AU­RÉ­LIE LAMBILLON. STY­LISME MARION GUIOT. PHO­TOS FRED MEYLAN.

LES AN­TI-ÂGE

La cible Vous avez ma­ni­fes­te­ment abu­sé du so­leil les an­nées pré­cé­dentes. In­dice nu­mé­ro 1 : vous ne pou­vez plus comp­ter vos taches et ri­dules sur les doigts de la main. In­dice nu­mé­ro 2 : on prend votre mère pour votre soeur (et ce n’est pas parce qu’elle fait jeune...).

Le prin­cipe Le pre­mier geste an­ti-âge, c’est une pro­tec­tion mus­clée (SPF 30 mi­ni­mum), bien équi­li­brée en an­ti-UVA et UVB. “Mal­gré une très bonne pro­tec­tion, on sait que les UV fi­nissent tou­jours par pas­ser, au moins en pe­tite quan­ti­té, pré­cise Ro­muald Val­lée, di­rec­teur scien­ti­fique Phytomer. C’est pour­quoi on ajoute aux for­mules des ac­tifs qui bloquent les cas­cades in­flam­ma­toires ou oxy­dantes.” Ça, c’est la base, mais cer­taines marques vont jus­qu’à faire in­fu­ser leurs ac­tifs stars avec des for­mules so­laires, comme Sun­leÿa de Sis­ley, qui n’est pas sans rap­pe­ler le best-sel­ler Sis­leÿa, ou la gamme so­laire de la Crème de la Mer. De quoi per­pé­tuer son trai­te­ment an­ti-âge au mo­ment où la peau en a le plus be­soin, le tout avec de vraies crèmes so­laires, à ne pas confondre avec les crèmes an­ti-âge bar­dées d’un SPF, qui font juste om­brelle au so­leil quo­ti­dien. Elles sont aus­si plus adap­tées à la sai­son que des soins an­ti-âge aux­quels on su­per­po­se­rait un bou­clier UV. “En Asie, on pré­fère cu­mu­ler les pro­duits pour ne pas perdre en sen­so­ria­li­té, note Ro­muald Val­lée. Ce­la si­gni­fie col­lec­tion­ner plu­sieurs fla­cons, mais aus­si prendre le risque de faire une mau­vaise as­so­cia­tion. Au so­leil, un soin à base de ré­ti­nol ou d’AHA peut faire des dé­gâts.” Com­pris, les pe­tites chi­mistes ?

Notre ver­dict Ap­pli­quées dans les règles (toutes les deux heures !), ces for­mules as­surent de re­trou­ver sa peau dans le même état qu’avant l’ex­po­si­tion. Il n’em­pêche qu’avant 40 ans, on se contente aus­si d’une crème clas­sique cou­plée à un soin ré­pa­ra­teur de nuit. Peaux léo­pard, as­su­rez vos ar­rières avec un so­laire an­ti­taches qui com­bine an­ti­oxy­dants, ac­tifs éclair­cis­sants et filtres costauds. À l’ar­ri­vée, la peau est écla­tante, mais ne vous at­ten­dez pas à un hâle Mia­mi. (En même temps, tant mieux, non ?)

La hot list Le Fluide Pro­tec­tion UV SPF 50, Crème de la Mer, 80 € (1). Crème So­laire Pro­tec­trice Taches Su­nac­tive SPF 30, Phytomer, 36,15 € (2). Cell Pro­tec­tor SPF 50+, Io­ma, 46 € (3). Sun­leÿa G.E. SPF 30, Sis­ley, 175 € (4).

LES EMBELLISSEURS

La cible Chic, les huiles ne sont plus ré­ser­vées aux ca­go­lis­tas qui font l’amour avec le so­leil (en tri­ki­ni) ! Après tout, les filles sen­sées aus­si ont le droit à un coup de pouce op­tique...

Le prin­cipe “Une tex­ture huile va don­ner im­mé­dia­te­ment un cô­té iri­sé à la peau, mais aus­si ren­for­cer sa fonc­tion bar­rière, et la nour­rir à moyen terme”, ex­plique Caroline Deb­basch, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion scien­ti­fique

Clarins. Et la faire frire aus­si ? “Non ! s’in­digne l’ex­perte. En as­su­rant une meilleure ré­par­ti­tion des filtres, on at­teint dé­sor­mais de hauts ni­veaux de pro­tec­tion. En prime, plus la peine de bour­rer les for­mules d’al­cool pour les dé­grais­ser.” [Les filtres sont des mo­lé­cules très grasses, ndlr.] Du coup, ça donne en­vie d’en mettre aus­si dans les che­veux. Et c’est per­mis !

Notre ver­dict On adore le prin­cipe sur peau do­rée. Car­na­tion phos­pho­res­cente, faites pro­fil bas jus­qu’en se­maine 2 ou jouez-la por­ce­laine et bling à la fois (quel des­tin !) grâce à un lait per­lé de nacres plus adap­té.

La hot list Spray So­laire Huile Em­bel­lis­sante Corps et Che­veux UVA/UVB 30, Clarins, 27,50 € (5). Huile Sèche Bron­zage My­thique FPS 50, L’Oréal Pa­ris, 13,90 € (6). Shim­mer Ef­fect SPF 25, Ha­waiian Tro­pic, 10,90 € (7). Huile So­laire Haute Pro­tec­tion SPF 30, Avène, 19,90 € (8).

LES TOU­CHER-SEC

La cible La fille qui veut une peau par­faite, même à la plage, et sans un brin de ma­quillage – moi, vous et nos amies en fait.

Le prin­cipe Pres­sés par des Bré­si­liennes co­quettes confron­tées à l’hu­mi­di­té et aux UV au quo­ti­dien, les la­bos ont ima­gi­né des soins pour le visage au fi­ni ab­so­lu­ment mat. “Grâce à une émul­sion eau dans l’huile, on pro­pose des soins frais et onc­tueux aux­quels on a ajou­té de la si­lice pour neu­tra­li­ser les brillances et de l’ami­don de maïs pour la dou­ceur et la ma­ti­té”, ré­vèle Pas­cale Mo­ra, di­rec­trice de la com­mu­ni­ca­tion scien­ti­fique Vi­chy.

Notre ver­dict C’est le soin à avoir dans son tote bag quand on a la peau mixte ou grasse à la base (comp­tez 25 % de sé­bum en plus en été), sur­tout si l’on vise les des­ti­na­tions chaudes et hu­mides : l’Amé­rique la­tine, l’Asie du Sud-Est ou Per­pi­gnan, chez Ma­mie, au mois d’août...

La hot list Aqua­gel An­the­lios SPF 30, La Roche-Posay, 15,60 € (9). Fluide Ve­lou­té SPF 50+, Po­ly­sianes, 11,70 € (10).

LES IN­VI­SIBLES

La cible Aus­si­tôt ap­pli­qué, aus­si­tôt ab­sor­bé : il fau­drait être dif­fi­cile pour ne pas ap­pré­cier ! D’ailleurs, c’est la pres­sion des consom­ma­trices qui au­rait pous­sé les la­bos à in­no­ver.

Le prin­cipe Dé­pas­ser le stade du lait en spray, en­core trop gras et col­lant, et de la brume aqueuse bour­rée d’al­cool et lé­gè­re­ment agres­sive pour la peau. Comment ? “Avec des émul­sions eau dans l’huile qui ne se mé­langent qu’à l’ap­pli­ca­tion, et un gaz li­qué­fié qui dope la fraî­cheur”, ex­plique Pas­cale Mo­ra. Sen­so­riel, ef­fi­cace et cos­mé­tique aus­si grâce à l’ajout dis­cret d’agents hy­dra­tants.

Notre ver­dict C’est la ga­lé­nique qui met tout le monde d’ac­cord : les filles pas fâ­chées d’évi­ter le fa­meux gom­mage lait + sable mil­lé­sime 2014, mais sur­tout les mecs, qui peuvent en­fin se pro­té­ger sans s’em­mê­ler la pi­lo­si­té. Pour ob­te­nir la pro­tec­tion ins­crite sur le fla­con, ne pas hé­si­ter à mul­ti­plier les al­lers-re­tours. For­cé­ment, la bou­teille ne fait pas les va­cances. La per­fec­tion a un prix !

La hot list Brume Pro­tec­trice Ra­fraî­chis­sante Pro­tect & Re­fresh, Ni­vea Sun, 12 € (11). Brume So­laire Dry Touch SPF 30, Biotherm, 28,20 € (12). So­leil Protexion +, Spray An­ti-Âge Pro­tec­tion In­vi­sible SPF 30, Roc, 18,95 € (13). Brume Hy­dra­tante In­vi­sible SPF 30, Vi­chy, 20,80 € (14).

LES PRÉ­PA­RA­TEURS

La cible Celles pour qui fi­nir l’été do­rées comme si c’était le der­nier avant la fin du monde est une ques­tion de vie ou de mort. Dé­jà sous per­fu­sion de jus de ca­rotte et au ré­gime gélules au­to­bron­zantes, ces achar­nées tablent sur les pré­pa­ra­teurs pour chan­ger de pho­to­type fis­sa.

Le prin­cipe Fouet­ter la pro­duc­tion de mé­la­nine et ac­cé­lé­rer sa mon­tée à la sur­face de la peau pour des couleurs tout de suite ou presque. Une co­quet­te­rie ? Pas seule­ment, car les marques re­doublent d’at­ten­tion ni­veau pro­tec­tion. “Les pré­pa­ra­teurs sont aus­si faits pour ren­for­cer la peau en an­ti­oxy­dants, et donc do­per ses dé­fenses face aux ra­di­caux libres in­duits par les rayons du so­leil”, pré­cise Oli­vier Dou­cet, di­rec­teur de la re­cherche Lan­cas­ter. À part ça, on peut comp­ter sur ces soins pour hy­dra­ter et nour­rir la peau, bref, l’em­bel­lir avant le maillot.

Notre ver­dict Un pro­duit qui per­met de bron­zer plus en s’ex­po­sant moins ? Va­li­dé ! Les dia­phanes fe­ront un bon usage du sup­plé­ment pro­tec­tion et pour­ront peut-être dé­pas­ser le stade “juste abricoté” des sai­sons pré­cé­dentes. Gare aux peaux dé­jà mates su­jettes aux taches ! Il ne fau­drait pas que la pig­men­ta­tion s’em­balle sous les boos­ters de mé­la­nine...

La hot list Tan Pre­pa­rer Eau Hy­dra­tante Pré­pa­ra­teur So­laire Corps, Lan­cas­ter, 35 € (15). Sé­rum Star­ter Bron­zage Su­ni­fic Ré­pa­ra­teur, Lierac, 29 € (16). Nou­velle Jeu­nesse “So­leil” Corps Crème An­ti-Âge Avant et Après So­leil, Ma­ry Cohr, 38 € (17).

LES ABÉ­CÉ­DAIRES

La cible Celles qui ont bien en­re­gis­tré que l’on re­çoit 50 % de la dose d’UV en de­hors des va­cances. Et que ceux-là aus­si abî­ment la peau. Oui, même quand on ne fait qu’en­trer et sor­tir du mé­tro.

Le prin­cipe On connais­sait la BB, fan­tas­tique pour dis­si­mu­ler sans plâ­trer, et la CC, mer­veilleuse pour cor­ri­ger les dé­sordres pig­men­taires. Place à la DD, pour Dai­ly De­fense, le soin su­per­hé­ros qui dé­fend la peau contre tous ses agres­seurs : pol­lu­tion, stress oxy­da­tif et UV, bien sûr. Le tout sans oublier d’uni­fier le teint avec une pin­cée de pig­ments et d’em­bel­lir la peau avec des agents hy­dra­tants. L’amie du quo­ti­dien qui ra­len­tit le vieillis­se­ment jour après jour. L’in­con­vé­nient ? Des SPF éle­vés car la pro­tec­tion di­mi­nue au fil de la jour­née, et un blo­cage qua­si sys­té­ma­tique de la fa­meuse vi­ta­mine D qui do­pe­rait au­tant notre mo­ral que la san­té de nos os (il faut y pen­ser). “Nous avons com­pen­sé ce manque avec un ac­tif vi­ta­mine D-like qui sti­mule en plus les ré­cep­teurs na­tu­rels au sein de la peau”, pré­cise Ni­co­las Ba­chot, der­ma­to­logue con­seil DermE­den. Quant aux filtres chi­miques à ré­pé­ti­tion, le pro as­sure que nous avons le re­cul né­ces­saire sur leur to­lé­rance.

Notre ver­dict Tout est ques­tion d’équi­libre. Quand on s’ébat dans la gar­rigue à lon­gueur d’an­née, mieux vaut pré­ve­nir que gué­rir, dès le mois de mars. Amies de Marcq-en-Ba­roeul, à vous de voir si vous ap­pli­quez un prin­cipe de pré­cau­tion ou si vous pré­fé­rez guet­ter le pre­mier rayon.

La hot list DD Cream SPF 25, DermE­den, 29 € (18). BB Crème So­laire Tein­tée SPF 50+, Mixa So­laire, 8 € (19). DD Crème Pro­di­gieuse, Crème Dai­ly De­fense Hy­dra­tante Tein­tée Su­bli­ma­trice SPF 30, Nuxe, 19,50 € (20).

LES IN­VIN­CIBLES

La cible Toute la fa­mille si­rène : sur­feuses, padd­leuses, plon­geuses et même celles qui ne font que bar­bo­ter au bord de l’eau. Mais aus­si les joueuses de beach-vol­ley ou de ra­quettes... Bref, les filles qui se donnent un peu plus qu’en fai­sant la crêpe toutes les de­mi-heures sur la ser­viette.

Le prin­cipe Une pro­tec­tion résistante à l’eau ne ré­siste pas plus loin que deux bains de vingt mi­nutes. Trop court pour les pu­ristes de la vie aqua­tique. Avec la men­tion “très résistante à l’eau”, on double la mise. Ou­blié le frot­te­ment de la ser­viette, qui éli­mine la moi­tié de la crème, la nou­velle for­mule de Garnier s’ap­plique aus­si sur peau mouillée pour les re­touches à la mi-temps. L’autre op­tion : des filtres en­cap­su­lés comme chez Gal­der­ma. “Grâce à une ga­lé­nique li­po­so­male, on vé­hi­cule les filtres sous la couche cor­née. Les voi­là donc à l’abri de la trans­pi­ra­tion, des frot­te­ments et même de l’eau qui éli­mine des couches de cel­lules au fil de la jour­née”, pré­cise Ma­rie-Ch­ris­telle Tine, chef de pro­duit sur la gamme Day­long.

Notre ver­dict Des­ti­nés aux spor­tifs, ces soins so­laires font de l’oeil aux mecs qui n’aiment pas se tar­ti­ner. Pen­sez-y aus­si pour les pe­tits qui, une fois dé­po­sés au mi­ni­club, échappent par­fois aux rap­pels obli­ga­toires toutes les deux heures.

La hot list Spray Corps Pro­tec­teur Wet Skin FPS 30, Garnier Ambre So­laire, 12,40 € (21). Day­long Ex­treme Très Haute Pro­tec­tion 50+, Gal­der­ma, 12 € (22).

LES AF­TER-SUN­LIGHT

La cible Les quatre Fran­çaises sur cinq qui res­sentent le be­soin d’ap­pli­quer un soin après-so­leil. Di­vin sur une peau qui a eu chaud !

Le prin­cipe Apai­ser et ré­hy­dra­ter la peau sans la mettre sous une cloche de gras. “On peut très bien être ré­pa­ra­teur et hydratant avec une for­mule lé­gère. L’im­por­tant, c’est le choix des ac­tifs”, as­sure la doc­teure Mi­chèle Sayag, di­rec­trice scien­ti­fique Bioderma. Avec des agents hy­dra­tants comme la gly­cé­rine, de l’en­oxo­lone pour apai­ser l’échauf­fe­ment et un com­plexe ré­pa­ra­teur de l’ADN des cel­lules, on est tran­quille.

Notre ver­dict Meilleur allié quand on n’abuse pas des rayons ou le temps d’une es­ca­pade ex­press, on l’al­terne avec une for­mule plus nour­ris­sante en cas de peau sèche ou de va­cances à ral­longe.

La hot list Brume Après-So­leil SOS Pho­to­derm, Bioderma, 10,10 € (23). Brume Apai­sante Après-So­leil, Payot, 27 € (24).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.