Le coeur­rier de Fio­na Sch­midt

VOUS AVEZ DES QUES­TIONS SUR L’AMOUR AVEC UN GRAND A (OU UN PE­TIT Q) ? FIO­NA SCH­MIDT A LES RÉ­PONSES.

Be - - ÉDITO -

Chère Fio­na, Non content d’être beau, at­ten­tion­né et mus­clé, Ar­thur est in­tel­li­gent (il connaît tous les dé­par­te­ments fran­çais par coeur, et même leurs ca­pi­tales !). Par ailleurs, il ne passe pas ses di­manches ha­billé comme un flic en ci­vil, à pe­lo­ter sa con­sole de jeu, bref, il est par­fait. À ce dé­tail près qu’il est aus­si agile dans un lit qu’un crabe avec des ten­ta­cules. Au dé­but, je pen­sais qu’il était ti­mide, mais, hé­las ! au bout de sept mois, nous en sommes tou­jours au mis­sion­naire, sans en­trée (les pré­li­mi­naires le mettent mal à l’aise) ni des­sert (il court se dou­cher après qu’on ait fait l’amour). Je n’ai pas d’exi­gences dé­rai­son­nables, mais j’ai be­soin de par­ta­ger du plai­sir phy­sique avec l’homme que j’aime. Je n’ose pas abor­der la ques­tion avec lui de peur de le bra­quer en­core plus. Alors, que faire ? Mer­ci pour votre aide. —Cla­risse

Chère Cla­risse,

Le fait de tâ­ter le ter­rain (je m’en­tends) ne chan­ge­ra rien au com­por­te­ment d’Ar­thur, j’en ai peur. Quoi que vous fas­siez ou di­siez, vous ne trans­for­me­rez ja­mais cet homme en seigneur des anneaux vi­brants (ca­lem­bour en par­te­na­riat avec Rires & Chan­sons) : vous au­riez pu ren­con­trer un homme qui n’aime pas les su­shis, ce­lui-ci n’aime pas le sexe. C’est aus­si tri­vial que ça, quoique plus han­di­ca­pant dans votre re­la­tion, j’en conviens. Je crains que votre frus­tra­tion ne s’ag­grave au fil du temps, et qu’elle se double d’une baisse de confiance en votre ca­pa­ci­té à être dé­si­rable. Ne culpa­bi­li­sez pas de ne pas vous sa­tis­faire to­ta­le­ment de votre re­la­tion, et ré­flé­chis­sez à ce que vous at­ten­dez de votre couple et à l’élé­ment qui, se­lon vous, l’en­tre­tient : le dé­sir ou la com­pli­ci­té ? Bien à vous. —Fio­na Chère Fio­na, J’ai peur que mon ami et moi ne soyons pas un couple “nor­mal”. Oh, je vous en­tends d’ici me ha­ran­guer que la nor­ma­li­té en amour n’existe pas, et j’en bâille dé­jà. De­puis deux ans, Ma­thieu et moi nous ai­mons pas­sion­né­ment. On est fu­sion­nels et heu­reux de l’être, on ne s’en­gueule ja­mais... mais on ne fait ja­mais l’amour, et ce, qua­si­ment de­puis le dé­but de notre re­la­tion. À votre avis, peut-on être amou­reux sans se dé­si­rer ? Je pré­cise que lui comme moi avions des re­la­tions sexuelles stan­dards avec nos ex... —Ju­lia

Chère Ju­lia,

Sin­cè­re­ment ? Le noyau de ma pen­sée ? Qu’im­porte votre sta­tut pour­vu que vous ayez l’ivresse. Vous êtes heu­reux tous les deux, frus­trés ni l’un ni l’autre, alors, où est le pro­blème ?

—Fio­na

Chère Fio­na,

J’ai 29 ans et je ne sais pas em­bras­ser. J’ai honte, j’ai l’im­pres­sion d’être han­di­ca­pée, mais à mon âge, je ne sais tou­jours pas quoi faire de ma langue, et j’ai souvent peur de trop sa­li­ver. Mer­ci d’avance pour vos conseils.— Char­lène

Chère Char­lène,

Heu... si ce ma­ga­zine était do­té d’une web­cam, je vous fe­rais une dé­mons­tra­tion, fa­çon “Té­lé­shop­ping”, mais là... Avec le ma­quet­tiste qui fait non de la tête pour le schéma, en plus... En théo­rie, vous de­vez com­men­cer par ca­res­ser la langue de la par­tie ad­verse avec la vôtre, comme on ca­resse la tête d’un cha­ton : avec dé­li­ca­tesse. Si la langue op­po­sée se fait plus pres­sante, vous pou­vez suivre le mou­ve­ment. Re­cu­lez dès que vous sen­tez les amyg­dales, ne li­sez pas cette page à haute voix juste avant de vous lan­cer, et ça de­vrait le faire. Je vous em­brasse, mais en­traî­nez­vous d’abord. —Fio­na

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.