“Beau­coup de gens nous disent que c’est cou­ra­geux d’oser”

Na­ta­lia Leite et Alexan­dra Roxo, auteures et co­mé­diennes de la web­sé­rie “Be Here Now(ish)”

Be - - PHÉNOMÈNE - be­he­re­no­wish.com et tri­be­ca­film.com/ on­line/tri­be­ca­now/be-here-no­wish

Votre dé­fi­ni­tion de l’éro­tisme ? Alexan­dra : Ce qui fait al­lu­sion au sexe, mais n’y est pas di­rec­te­ment lié. La fa­çon dont je dé­guste les figues par exemple. Man­ger peut être si éro­tique... Comment en par­ler dif­fé­rem­ment ? Alexan­dra : Sa re­pré­sen­ta­tion dans les mé­dias amé­ri­cains est as­sez pré­vi­sible et pas du tout éro­tique. En tant qu’ar­tistes, nous vou­lions pré­sen­ter le sexe au­tre­ment et mon­trer cer­taines idées fausses. Dans notre show, on peut ain­si voir deux de nos per­son­nages avoir un or­gasme sans se tou­cher, mais en fai­sant en­semble un net­toyage du colon ! [Rires.] La fonc­tion “par­tage” du Net nous sem­blait aus­si très im­por­tante. Quelle est votre pre­mière ren­contre

avec l’éro­tisme ? Na­ta­lia : Les ca­ta­logues Vic­to­ria’s

Se­cret de ma mère ! Alexan­dra : Des Bar­bie nues en­tre­la­cées.

Quelles ré­ac­tions sus­cite votre travail ? En­semble : Nous avons réa­li­sé des vi­déos pour Vice qui ont sus­ci­té des

ré­ac­tions ex­trêmes, comme des me­naces de viol ou de mort... Mais nous re­ce­vons aus­si plein de mes­sages sur Fa­ce­book où les gens nous disent

com­bien c’est cou­ra­geux d’oser.

Qu’en pensent vos pa­rents ? Na­ta­lia : Ils ne sont pas tou­jours d’ac­cord avec mes choix, mais j’ai ap­pris à ac­cep­ter qu’ils puissent ne pas com­prendre ou ne pas ai­mer mon travail. Je sais que cer­taines scènes doivent être un peu dures à voir pour eux, mais ils sont fiers de mon suc­cès, comme quand j’ai été sé­lec­tion­née par la sec­tion Now du

Tribeca Fes­ti­val !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.