LE FILM DU MOIS

UN FILM IN­DÉ­PEN­DANT AN­GLAIS DIT L’ES­SEN­TIEL AVEC TROIS BOUTS DE FI­CELLE.

Be - - TOUT DE SUITE - GAËL L E BELLEGO “Eve­ryone’s Going to Die”, de Jones. Avec No­ra Tschir­ner, Rob Knigh­ton. En salles le 9 juillet.

Soixante mille eu­ros, c’est le coût d’une cas­cade en hé­li­co dans un Tom Cruise... C’est aus­si le bud­get de ce film, qui dit moins ? Jones, dou­blette d’ex-pu­bli­ci­taires pas­sés par le vi­déo­clip, ont écrit, tour­né (en vingt jours), mon­té (en six mois) “Eve­ryone’s Going to Die”. Ne pas se fier au titre cré­pus­cu­laire, car on as­siste ici à une jo­lie lueur. Deux âmes en peine, flot­tantes, se croisent dans un bled de bord de mer. Elle, an­ge­lot tom­bé de son étoile, sans mec ni bou­lot fixe. Lui, ma­fieux à cos­tard (joué par le so­sie de Mads Mik­kel­sen, po­seur de mo­quette dans la vraie vie !), pro­mène son vague à l’âme, re­vol­ver en poche. Leurs mé­lan­co­lies, en se co­gnant, fe­ront une étin­celle. Mo­deste et fin, ce pe­tit film a les am­bi­tions de ses moyens : nous faire ai­mer ce couple pla­to­nique, rire d’un rien et adhé­rer à tout. Du ci­né­ma simple comme bon­jour, et le meilleur vac­cin pos­sible contre les block­bus­ters de l’été.—

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.