Désha­billées pour l’été

ENTRE LES PHO­TOS DÉ­VÊ­TUES DE RI­HAN­NA, LE CROPPED TOP ET LE RE­TOUR DE LA RE­VUE “LUI”, L’HEURE EST AU NU. LES DES­SOUS D’UNE TEN­DANCE QUI PREND LE DES­SUS.

Be - - SOMMAIRE - — VIO­LAINE SCHÜTZ

En 2014, pas be­soin de faire un dé­tour par YouPorn pour voir des seins et des fesses. Se dé­nu­der semble être la clé du suc­cès. La ten­dance ne date pour­tant pas de Na­billa. Kate Moss était ap­pa­rue dans une robe en­tiè­re­ment trans­pa­rente, ci­ga­rette à la main, en 1993. Et la mode a tou­jours ai­mé jouer avec l’ajou­ré, la den­telle, la ré­sille. Le nu at­tire. Flo­rence Willaert, rédactrice en chef ma­ga­zine pour “Lui”, ex­plique les rai­sons du buzz du men­suel (re­lan­cé), y com­pris chez les filles : “L’idée se­lon la­quelle les hommes n’aiment que les voi­tures et le foot tan­dis que les femmes ne peuvent s’in­té­res­ser qu’au ma­quillage et à la cui­sine est dé­pas­sée. Ce n’est pas parce qu’elles ont un va­gin qu’elles sont in­ca­pables d’ap­pré­cier « Lui ». Les pho­tos – des sé­ries mode « désha­billées » – af­fichent une se­mi­nu­di­té joyeuse, co­quine et décomplexée, qui re­flète une image po­si­tive de la femme. Nous vi­vons dans un état de crise éco­no­mique per­ma­nente et les vê­te­ments coûtent cher ! Plus sé­rieu­se­ment, je n’ai pas l’im­pres­sion que la nudité soit plus pré­sente qu’au­pa­ra­vant. Ce sont les ré­ac­tions qu’elle sus­cite qui ont évo­lué. La France n’est pas de­ve­nue pu­ri­taine, mais les ex­trêmes (Ma­nif pour tous, an­ti IVG) prennent de la place, et font beau­coup trop de bruit.” La faute aux ré­seaux so­ciaux où tout de­vient trans­pa­rent.

UN ACTE FÉ­MI­NISTE ?

Fi­ni l’image de la pub Ta­hi­ti douche dif­fu­sée pen­dant notre ado­les­cence, où les femmes se dou­chaient à poil sous une pluie tro­pi­cale. Les fé­mi­nistes étaient mon­tées au cré­neau, poin­tant du doigt le té­ton qui fait vendre. Au­jourd’hui, les pop stars (Mi­ley Cy­rus, Beyon­cé, La­dy Ga­ga) ont quelque peu chan­gé les codes. Va­len­tine Faure, rédactrice en chef de la re­vue “Chic Fille”, cla­ri­fie les choses : “Le nu est mi­li­tant se­lon d’où il vient. Ce qui me met mal à l’aise, ce sont les filles cam­brées à s’en pé­ter la co­lonne comme dans les pubs American Apparel, aux fausses poses de mi­li­tantes, comme si ça dé­ran­geait alors que tout le monde ne de­mande que ça. Je ne vois pas des filles li­bé­rées, mais de l’op­por­tu­nisme. Ça n’a rien de rock’n’roll. La nudité est po­li­tique là où la do­mi­na­tion mas­cu­line im­pose aux femmes de se ca­cher, comme dans les pays mu­sul­mans. Mais en Oc­ci­dent, tout le monde est ra­vi de voir du nu. Si tu trouves qu’on vit dans une so­cié­té por­no, mets un tri­cot ! Après, je ne trouve pas qu’un corps de femme dé­nu­dé par­ti­cipe for­cé­ment de la do­mi­na­tion mas­cu­line. Lorsque c’est Ri­han­na, il y a un cô­té ré­jouis­sant : elle est belle, elle fait ce qu’elle veut, c’est une bombe sexuelle. C’est elle qui est du cô­té du pou­voir.” La nou­velle gé­né­ra­tion d’ama­zones est libre, décomplexée et af­fran­chie. Faus­tine Ko­pie­jws­ki, de cheek­ma­ga­zine.fr, confirme : “Pour beau­coup de femmes se mettre à poil est un acte fé­mi­niste, car il consiste à af­fir­mer sa sexua­li­té, son dé­sir, au lieu d’en avoir honte. Il n’y a qu’à voir les Femen, qui at­tirent l’at­ten­tion des mé­dias pour faire pas­ser leur mes­sage an­ti­re­li­gieux et an­ti­pa­triar­cal en ex­hi­bant leur poi­trine.” Des In­diennes viennent de faire la même chose pour pro­tes­ter contre les viols. “Ré­cem­ment Scout Willis s’est pro­me­née seins à l’air dans New York pour dé­non­cer la pu­di­bon­de­rie d’Ins­ta­gram et l’hy­po­cri­sie qui consiste à nous abreu­ver d’images vio­lentes tout en cen­su­rant le sexe, re­prend Faus­tine. Sa pho­to a fait le tour du Web, preuve que se dé­nu­der reste en­core l’un des moyens les plus ef­fi­caces de se faire en­tendre.”

1. Ri­han­na pour son nou­veau par­fum. 2. Iri­na Shayk et Ch­ris­tia­no Ro­nal­do, un duo ul­tra hot en couv de “Vogue” Espagne. 3. Eva Green s’af­fiche tout en trans­pa­rence pour “Sin Ci­ty”, en salles à la fin de l’été. 4. Gisele Bündchen en te­nue d’Ève pour “Lui”.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.