Un été mo­na­cal

À CONTRE-COU­RANT DES TEN­DANCES DE PLAGE, CES NYMPHES AF­FICHENT UN LOOK SI PUR QU’ON LES CROI­RAIT ÉCHAP­PÉES DU COUVENT. TY­PO­LO­GIES.

Be - - SOMMAIRE - JOY P I NTO

L’in­gé­nue Che­veux lisses po­sés sur la nuque, ab­sence de ma­keup… Cette grande naïve au­rait-elle fait voeu de chas­te­té sty­lis­tique ? Il y a tout de même un soup­çon de poudre sur le visage constel­lé de taches de rous­seur, du baume à lèvres iri­sé et une once de blush pour si­mu­ler un pi­quage de fard. La ca­no­ni­sable Can­di­date au poste de sainte, elle force le trait avec un fond de teint tel­le­ment lu­mi­neux qu’on croi­rait qu’une au­réole dé­ploie dé­jà son éclat. Cô­té che­veux, l’aus­té­ri­té est de mise avec une raie im­pec­cable et un chi­gnon Re­nais­sance si ser­ré qu’il dis­sua­de­rait jus­qu’à un DSK en go­guette. La peste À deux doigts du ren­voi pour ex­cès de fards, la Cruel­la de l’in­ter­nat a cal­mé le jeu avec un mo­no­chrome pêche-abri­cot du meilleur goût. Ses pen­chants bad girl, elle les as­sou­vit avec des sour­cils brous­sailleux et une deuxième couche de gloss. La sain­te­ni­touche De­mi-queue comme aux Oi­seaux et teint aus­si cris­tal­lin qu’un bon verre d’eau plate, elle cache bien son jeu. Tra­hie par un smo­ky, certes lé­ger, mais qui ap­puie des re­gards au­tre­ment plus ex­pli­cites que ses mots pu­diques. —

LA CA­NO­NI­SABLE

LA PESTE

LA SAINTE-NI­TOUCHE

L’IN­GÉ­NUE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.