LE FILM DU MOIS : “THE DOUBLE”

ON PEN­SAIT DOS­TOÏEVS­KI INADAPTABLE AU CI­NÉ­MA. LA PREUVE QU’ON S’ÉTAIT TROM­PÉ.

Be - - TOUT DE SUITE - — GAËL L E BELLEGO

Claus­tro, ab­surde, gris. Ce se­cond film de Ri­chard Ayoade est une im­mer­sion à pic et sans bou­teille d’oxy­gène dans le ro­man de Dos­toïevs­ki “Le Double”. Le sor­tir en été res­semble à un sui­cide com­mer­cial : an­ti­fun, tour­men­té, il s’op­pose en tout aux bar­be­cue parties en Bi­ki­ni du mois d’août. C’est pour ça – contre les block­bus­ters et les co­mé­di­nettes propres à la pé­riode – qu’on a vou­lu le dé­fendre. Jesse Ei­sen­berg campe un em­ployé in­hi­bé dans un monde froid et bu­reau­cra­tique. Mé­tro, bou­lot, do­do, so­lo. Seule dis­trac­tion : ma­ter à la longue-vue sa voi­sine (Mia Wa­si­kows­ka). Un jour, son so­sie sur­git : une ver­sion de lui-même, cha­ris­ma­tique et so­laire. Dé­dou­ble­ment, perte d’iden­ti­té : la psy­ché est dans tous ses états. Au mi­lieu des cou­loirs, as­cen­seurs cra­cras, bu­reaux cages à la­pin, Ei­sen­berg, d’un fron­ce­ment de sour­cils, de­vient Je­kyll ou Hyde. On quitte cet uni­vers alié­né heu­reux que rien ne soit vrai. Vite, un bar­be­cue, un Bi­ki­ni.

“The Double”, de Ri­chard Ayoade, avec Jesse Ei­sen­berg, Mia Wa­si­kows­ka. En salles le 13 août.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.