Toms, la su­per­es­pa­drille

Be - - MODE - toms.fr

La marque amé­ri­caine Toms pra­tique le “One for One”” en of­frant t à des en­fants dans le be­soin une paire de chaus­sures ou un soin oph­tal­mo­lo­gique pour chaque paire d’es­pa­drilles ou de lu­nettes ache­tée. De beaux mo­dèles font le suc­cès de l’en­tre­prise, qui a dé­jà dis­tri­bué 10 mil­lions de paires de chaus­sures dans 60 pays de­puis sa créa­tion, en 2006. Ques­tions à Blake My­cos­kie, son créa­teur.

Pe­tit, vous vou­liez sauver le monde ?

Non, je vou­lais être conduc­teur de poids lourd pour voya­ger. Avant Toms, j’avais mon­té plu­sieurs bu­si­ness, dont un ser­vice de la­ve­rie pour les cam­pus. En pa­ral­lèle, je n’ai ja­mais ces­sé de bour­lin­guer, c’est d’ailleurs comme ça que tout a com­men­cé...

Ra­con­tez-nous... Lors d’un sé­jour en Argentine, j’ai re­mar­qué que beau­coup d’en­fants n’avaient pas de chaus­sures. L’en­vie de les ai­der ne me quit­tait pas, mais il fal­lait trou­ver un fi­nan­ce­ment. Je me suis donc mis à fa­bri­quer (dans des pe­tites ma­nu­fac­tures, sur place) des “al­par­ga­tas”, l’es­pa­drille lo­cale, en me di­sant qu’à chaque paire ven­due, j’en of­fri­rais une en échange. C’est là que le concept “One for One” est né. Ça parle tout de suite aux gens, je pense que c’est ce qui ex­plique sa ra­pide crois­sance.

La créa­ti­vi­té des mo­dèles aus­si. De quoi vous ins­pi­rez-vous ?

Je re­cherche un style proche de mon mode de vie. Quand je ne tra­vaille pas, je passe mon temps à la plage, à surfer. Je crée des mo­dèles confor­tables qu’on peut por­ter sur le sable, sur un ba­teau ou en voyage. Ce sont mes pé­riples qui m’ins­pirent. Par­tout, j’es­saie de trou­ver de nou­veaux im­pri­més, des as­so­cia­tions de couleurs, des tech­niques de co­lo­ra­tion ou de bro­de­rie, que j’adapte en­suite à mes mo­dèles.

San­dales com­pen­sées en lin et ra­phia, Toms, 69 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.