LA BEE DU MOIS

Be - - SOMMAIRE - —ALICE CHARAMEL

À 30 ANS, MA­RIA GIU­LIA IN­CARNE LE CHIC ITA­LIEN ET LE DY­NA­MISME NEW-YOR­KAIS.

Res­pon­sable pour l’Amé­rique du Nord des bou­tiques Max Ma­ra et am­bas­sa­drice de l’en­seigne, la pe­tite-fille du créa­teur ita­lien Achille Ma­ra­mot­ti, fon­da­teur de la marque, est une fon­ceuse. Un rien wor­ka­ho­lic, très ac­cro au sport, la jeune femme vit à New York où elle en­chaîne dé­pla­ce­ments et ren­dez-vous avant de sau­ter sur sa planche de ki­te­surf ou d’en­four­cher son vé­lo en fin de jour­née. Ado­les­cente, elle ne vou­lait pas in­té­grer l’en­tre­prise fa­mi­liale. Pour­tant, après des études de fi­nances à Londres, elle re­trouve l’Ita­lie pour tra­vailler dans les bou­tiques de la griffe. “J’aime les choses prag­ma­tiques, et, chez nous, on pro­fite d’un bon mé­lange entre les pro­duits, le mar­ke­ting, les chiffres et les gens. J’adore ça”, s’en­thou­siasme Ma­ria Giu­lia. Elle a gran­di dans le monde de la mode, mais c’est lors de son em­mé­na­ge­ment à Pa­ris, en 2010, qu’elle af­firme son propre style. “Ma fa­çon de m’ha­biller est très ita­lienne. Au tra­vail, je suis tou­jours très fé­mi­nine, mais, quand je suis off du­ty, je porte un T-shirt et un jean, et c’est tout.” Elle aime avoir une vie nor­male, voya­ger et être au contact des clientes, un rythme loin des jets pri­vés et des sor­ties mon­daines. Avec, en plus, onze ta­touages, Ma­ria Giu­lia se ré­vèle une belle re­pré­sen­tante de la femme mo­derne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.