Ul­tra-e Ndu­ros

Bike (France) - - Match -

Pré­sen­té en fin d’an­née (voir le nu­mé­ro 130 de Bike), le nou­veau Ral­lon pour­rait bien s’af­fir­mer comme la pro­chaine ré­fé­rence en­du­ro de la nouvelle gé­né­ra­tion des 27,5 pouces, sur­tout dans cette ver­sion très haut de gamme. To­ta­le­ment re­mo­de­lé, mais en s’ins­pi­rant des lignes de l’an­cien X30 (voir alors le nu­mé­ro 111 de Bike) , il se dis­tingue dé­jà car le Slash conserve, lui, un as­pect iden­tique à l’an­cien 26 pouces, mais avec une géo­mé­trie adap­tée. Le pas­sage en 27,5 per­met donc d’op­ti­mi­ser ces vé­los vers une géo­mé­trie plus spor­tive pour pro­fi­ter au maxi­mum du bien­fait des roues de 27,5. À sa­voir prin­ci­pa­le­ment plus d’em­pat­te­ment et plus d’angle à l’avant, sans pour au­tant ral­lon­ger les bases ar­rière, afin de conce­voir des bikes plus stables et plus ra­pides, sans perdre en dy­na­misme. Mais on no­te­ra tout de même qu’à l’in­verse du Trek, qui s’est “adap­té” au 27,5 pouces, l’Or­bea est un nou­veau vé­lo, pen­sé spé­ci­fi­que­ment pour ce nou­veau stan­dard, no­tam­ment au ni­veau du point de pi­vot prin­ci­pal.

Sta­tique Ex. Or­bea et Trek

Le Slash nous at­tire avec son co­lo­ris en noir et fluo, mais ce n’est qu’une ques­tion de goûts et de cou­leurs, car si le Ral­lon se la joue plus sage, il est aus­si dis­po­nible en jaune. Pas d’avan­tage dé­ci­sif, mais un constat d’en­semble en sta­tique, nos deux pro­ta­go­nistes dis­posent de cadres hy­dro­for­més, avec des slo­ping pro­non­cés, mais un tube su­pé­rieur “cas­sé” sur le Ral­lon – sa marque de fa­brique. Co­lonne de di­rec­tion Ta­pe­red, fixa­tion de frein Post­mount, dé­railleur avant Di­rect­mount et axe de roue en 142 x 12 mm, nos las­cars se la jouent à éga­li­té. Le Slash se dif­fé­ren­cie juste par un boî­tier de pé­da­lier de type Press-Fit. Mais la si­mi­li­tude va beau­coup plus loin, puisque, à l’ins­tar du BH Lynx, op­po­sé au Slash l’an der­nier ( voir Bike 124), le nou­veau Ral­lon adopte éga­le­ment une ci­né­ma­tique de sus­pen­sion à pi­vot concen­trique sur l’axe de roue ar­rière. Au ni­veau des com­po­sants, in­utile de cher­cher l’avan­tage tant le ma­tos claque, même avec des choix dif­fé­rents. On re­trouve sur les deux un bel en­semble au poste de pi­lo­tage, avec pe­tite po­tence et large gui­don en car­bone, la fort lo­gique tige de selle té­les­co­pique Ro­ckS­hox Stealth à com­mande in­terne (mais avec une Du­rit beau­coup trop longue sur le Trek !) et un pé­da­lier à ma­ni­velle car­bone. Mais quand Or­bea adopte un en­semble double plateau et sans an­ti­dé­raille­ment (!), Trek prend l’op­tion du 1 x 11 de Sram, qui ne né­ces­site au­cun guide-chaîne. Pour ren­ver­ser la balance, les Es­pa­gnols pro­posent le nou­vel en­semble de roues Mavic Crossmax, avec pneus et jantes, alors que les Amé­ri­cains ne nous offrent “que” leurs pro­duits mai­son, Bon­tra­ger Rhythm et XR4. Avid et For­mu­la ne créent pas d’avan­tage au ni­veau du frei­nage, même si le Ral­lon ne dis­pose que d’un disque de 180 mm à l’avant. Reste la grosse dif­fé­rence, tout du moins sur le plan de l’ori­gi­na­li­té, au ni­veau des sus­pen­sions, puisque le X-Team est équi­pé d’élé­ments Bos, face aux plus clas­siques Fox du Slash.

En ac­tion 1. Or­bea 2. Trek

Super bien co­tés, avec des tubes su­pé­rieurs longs et des cadres bien slo­ping, nos vé­los sont idéa­le­ment taillés pour l’en­du­ro, avec des postes de pi­lo­tage de qua­li­té, courts et larges, même si le Slash dis­pose d’un gui­don très plat, proche de ce­lui d’un DH. Po­tence de 50 et gui­don de 760 mm face à 60 et 740 mm sur le Slash, l’Or­bea dé­voile son ins­tinct de com­pé­ti­teur. Mais ce ne sont pas ses 2 x 10 mm qui dé­rangent le Trek. Et si, une fois le SAG et la

Face au Slash super “smooth”, le Ral­lon dé­gaine et se la joue tueur de

chronomètre.

dé­tente ré­glés sur ce der­nier, il est pa­ré à faire feu, c’est une autre his­toire sur le Ral­lon avec ses sus­pen­sions Bos ré­glables en com­pres­sion, hautes et basses vi­tesses. Un atout maître pour ceux qui dé­cident de pas­ser le cap de l’en­du­ro en com­pé­ti­tion. Mal­heu­reu­se­ment, les mo­lettes de l’amor­tis­seur sont qua­si­ment im­pos­sibles à ma­ni­pu­ler à la main ! Ce qui n’em­pêche pas le Ral­lon d’en­voyer le bou­zin au rou­lage, avec un com­por­te­ment très dy­na­mique, ai­dé par un pneu ar­rière par­fai­te­ment rou­lant. En face, le Slash, en dé­pit de ses 700 grammes de moins, se montre un peu plus pa­taud et il fau­dra jouer du le­vier CTD des sus­pen­sions pour conser­ver de la fer­me­té au pé­da­lage. N’al­lez pas croire qu’il pompe outrageusement, sauf que face au Ral­lon, un peu plus ferme, la sen­tence est di­recte. Lo­gi­que­ment, le Trek se montre plus confor­table, mais aus­si un peu plus fun, avec une fa­cul­té à ca­brer plus fa­ci­le­ment. Et puis, il faut bien avouer que nous ap­pré­cions sa trans­mis­sion 1 x 11 vi­tesses, pré­cise, si­len­cieuse et fiable. Au ni­veau ma­nia­bi­li­té, et mal­gré un em­pat­te­ment plus long du Slash, nos deux

vé­los se tiennent et ja­mais nous n’avons été han­di­ca­pés pour tour­ner très court. Avant d’at­ta­quer les hautes vi­tesses, une mo­di­fi­ca­tion des géo­mé­tries s’im­pose. Et alors qu’il faut te­nir l’amor­to sur le Ral­lon, et dé­vis­ser les écrous dans le sens in­verse sur le Slash, dans les deux cas, il s’agit en­suite d’in­ver­ser les pièces né­ces­saires. Aus­si­tôt fait, l’Or­bea s’ouvre à 66° et le Trek à 65, alors que les boî­tiers s’abaissent à res­pec­ti­ve­ment à 340 et 350 mm. C’est lar­ge­ment suf­fi­sant pour trans­for­mer ces pur-sang en bêtes de course. Un peu comme si ni l’un ni l’autre ne vou­laient lâ­cher le mor­ceau et sor­taient de leur botte un contre-ar­gu­ment. Et si le com­mun des mor­tels au­ra plus de dif­fi­cul­tés à res­sen­tir le chan­ge­ment de com­por­te­ment, les pi­lotes aguer­ris au­ront tout le loi­sir de mo­di­fier les géo­mé­tries, en plus d’in­ter­ve­nir sur les ré­glages de sus­pen­sion afin de bé­né­fi­cier au maxi­mum de ces châs­sis par­faits, en quête de chrono. Dans cette confi­gu­ra­tion, 10 mm plus bas, le Ral­lon s’af­firme un petit ton au-des­sus du Slash, tou­jours grâce à son dy­na­misme qui lui per­met des sor­ties de vi­rage plus ra­pides et des re­lances de sprin­teurs belges. Le Trek ne reste pas à la traîne,mais il conserve tout de même son com­por­te­ment plus smooth, avec une nette ten­dance au plai­sir pur. Sa ci­né­ma­tique Full-Floater et son amor­tis­seur Fox équi­pé du sys­tème DRCV ( pour Dual Rate Con­trol Valve) à double chambre per­mettent au Slash de s’at­ta­quer à du mi­ni­free­ride, tant l’amor­tis­seur en­caisse très haut dans le dé­bat­te­ment, donc sur les grosses ré­cep­tions, tout en res­tant sen­sible sur les pe­tits chocs. En face, on abou­tit au même constat sur le Ral­lon, avec une ci­né­ma­tique en­core plus dy­na­mique au pé­da­lage et une courbe d’en­fon­ce­ment de la sus­pen­sion d’abord li­néaire avant de de­ve­nir pro­gres­sive lorsque l’on rentre dans le dé­bat­te­ment du vé­lo. En clair, nous avons bien af­faire à des bikes d’ex­cep­tion, qui se dé­marquent l’un par son confort et sa po­ly­va­lence ; l’autre par son ins­tinct « ra­cing ».

Ver­dict 1. Or­bea 2.Trek

At­ten­tion, si le Ral­lon gagne, ce n’est que d’une courte tête. Ces vé­los sont ex­cep­tion­nels. Et s’ils étaient no­tés sur 20, ils dé­cro­che­raient 19 et 18, au­tant dire car­ton plein ! Mais sur ce mar­ché (très) haut de gamme, nous avons pris en compte l’énorme po­ten­tiel du Ral­lon pour la com­pé­ti­tion, avec des sus­pen­sions réel­le­ment évo­lu­tives (pour les plus tech­ni­ciens des pi­lotes, qui n’au­ront qu’à adap­ter le pneu ar­rière au terrain pour que leur bike joue la gagne). En re­vanche, il né­ces­si­te­ra une bonne maî­trise des ré­glages de sus­pen­sions, ou un ap­pren­tis­sage in­ten­sif afin de les ex­ploi­ter au sum­mum de leurs ca­pa­ci­tés. À cô­té, le Trek s’avère donc net­te­ment plus abor­dable, ce qui en fait un vé­lo un peu plus fa­cile à prendre en main, sans risque d’em­brouille dans les ré­glages. Un peu plus confor­table et po­ly­va­lent, il convien­dra alors par­fai­te­ment aux ri­ders cher­chant le plai­sir au gui­don sans guet­ter for­cé­ment la per­for­mance ul­time. Mais à 5 000 eu­ros le mor­ceau, nous avons pri­vi­lé­gié la per­for­mance ul­time des vé­los, même si les fu­turs – et heu­reux – ac­qué­reurs n’iront pas for­cé­ment se me­su­rer au chrono en coupe de France d’en­du­ro.

Un Ral­lon par­fai­te­ment en ligne pour cher­cher la vic­toire et un Slash aé­rien dans l’éclate, des pho­tos qui ré­sument bien le com­por­te­ment de cha­cun de ces vé­los, mais at­ten­tion, l’un comme l’autre sont de vé­ri­tables armes sur les pistes!

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.