Ri­gide or not ?

Bike (France) - - Matchcross- - PAR OLIVIER DE VAULX

Le Team Elite 02 est la co­pie abor­dable du vé­lo de Julien Absalon. En face, le Four Stroke 02 se po­si­tionne comme un vé­lo plus po­ly­va­lent mais aux mêmes pré­ten­tions spor­tives. Pro­po­sés exac­te­ment au même prix, le se­mi-ri­gide et le tout-sus­pen­du par­tagent de nom­breux com­po­sants. TE02 et FS02 dis­posent des mêmes cadres haut de gamme en car­bone. Le de­si­gn du tri­angle avant est iden­tique, avec une grosse poutre hexa­go­nale et un top tube plat, dé­dou­blé au ni­veau du tube de selle. La pein­ture ver­nie s’avère très douce au tou­cher. La géo­mé­trie, ori­gi­nale, pro­pose des tubes su­pé­rieurs longs as­so­ciés à une po­tence courte, le tout com­bi­né à un angle de fourche as­sez ou­vert. Les boî­tiers de pé­da­lier des deux vé­los sont pla­cés très bas, ce qui per­met d’avan­cer les grandes roues ar­rière près du tube de selle. Nom­mé BWC pour Big Wheel Concept, ce de­si­gn ré­duit donc la lon­gueur des bases et de l’em­pat­te­ment, s’ap­pro­chant des va­leurs d’un 26 pouces.

Équi­pe­ment com­pa­rable

Les douilles de di­rec­tion co­niques ne re­çoivent pas de pas­sages de gaines in­té­grés

Lu­diques et per­for­mants, ils sont très dif­fi­ciles à dé­par­ta­ger.

mais des guides sont pla­cés sous le tube dia­go­nal pour convoyer les câbles en évi­tant les coudes in­utiles. Le FS02 dis­pose d’une ou­ver­ture pour pas­ser une gaine de tige de selle té­les­co­pique Re­verb Stealth ou, éven­tuel­le­ment, un câble de blo­cage d’amor­tis­seur. Les haubans car­bone du TE02 sont pla­cés très bas, se­lon le même angle que ceux en alu­mi­nium du FS02. La dif­fé­rence de poids entre les deux cadres, amor­tis­seur com- pris, est de 1 350 g. Le jeu des sept dif­fé­rences montre un avan­tage lo­gique au TE02 ni­veau équi­pe­ment : cintre et tige de selle car­bone contre alu­mi­nium sur son ri­val, freins et trans­mis­sion XT au lieu d’un pa­na­chage XT/ SLX… Rien de vrai­ment mar­quant, si ce n’est la fi­ni­tion plus flat­teuse des élé­ments car­bone. Au ni­veau des roues, les DT Swiss M 1700 Spline du TE02 sont plus lé­gères et orien­tées XC que les Mavic Cross­ride du Four Stroke. Le Team Elite re­çoit une fourche Fox 32 CTD Evolution de 100 mm avec blo­cage au gui­don, tan­dis que le Four Stroke joue les gros bras avec un dé­bat­te­ment de 120 mm. Une par­ti­cu­la­ri­té de ce mo­dèle, car les FS01 et FS03 sont en 100 mm. L’amor­tis­seur est la seule pièce qui n’ait pas son équi­valent d’un vé­lo à l’autre. Ce­lui­ci est un Fox Float CTD of­frant 3 modes de com­pres­sion et 100 mm de dé­bat­te­ment à la roue ar­rière. La ci­né­ma­tique APS de BMC re­pose sur un sys­tème de deux biel­lettes. Celle du haut ap­puie sur l’amor­tis­seur, tan­dis que celle du bas se met en ro­ta­tion pour éli­mi­ner toute ten­sion de la ligne de chaîne lors de la re­mon­tée du tri­angle ar­rière. Il en ré­sulte un point de pi­vot pla­cé très en avant, au ni­veau du tube dia­go­nal. Le ré­glage pré­cis du SAG* est fa­ci­li­té par un mar­quage sur la bague su­pé­rieure des haubans.

Ren­de­ment

Rien de tout ce­la sur le Team Elite, qui s’ap­puie sur la tech­no­lo­gie TCC** de BMC pour fil­trer les chocs sans rien perdre en ri­gi­di­té latérale. Haubans et tige de selle en car­bone sont en ef­fet flexibles. Reste à confir­mer sur le terrain les bé­né­fices en ma­tière de confort ou de motricité… En selle, la po­si­tion est par- faite sur les deux vé­los. Le galbe des deux gui­dons est suf­fi­sant et la lar­geur de 720 mm, im­por­tante pour la dis­ci­pline, ne choque pas. Nous at­ta­quons le par­cours sa­ge­ment as­sis sur la selle. En po­si­tion Trail, l’amor­tis­seur du FS02 ne pompe pas, tout en as­su­rant un amor­ti ef­fi­cace sur les im­pacts im­por­tants. Sur le TE02, les in­éga­li­tés du terrain sont fil­trées au ni­veau de la roue ar­rière. Le confort ap­por­té par ces haubans et tige de selle flexible est réel­le­ment sur­pre­nant. Une fois les cuisses échauf­fées, le rythme aug­mente. Les trans­mis­sions à double plateau per­mettent de pas­ser presque par­tout « sur la plaque», tout en ayant la pos­si­bi­li­té d’uti­li­ser le petit plateau en se­cours dans les grosses côtes ou en cas de fa­tigue… En dan­seuse, le TE02 est d’une ner­vo­si­té exem­plaire, à condi­tion de pen­ser à blo­quer la fourche au préa­lable, une opé­ra­tion fa­ci­li­tée par la ma­nette Fox au gui­don. Chaque coup de pé­dale est sui­vi d’une ac­cé­lé­ra­tion franche, sans au­cune tor­sion à dé­plo­rer au ni­veau du boî­tier.

La motricité reste suf­fi­sante pour as­su­rer le contact des roues au sol et conti­nuer à ac­cé­lé­rer dans les pistes dé­fon­cées. Sur le FS02, on perd dé­jà du temps à ma­ni­pu­ler fourche et amor­tis­seurs, dé­pour­vus de blo­cage au gui­don sur ce mo­dèle. Le pom­page est in­exis­tant dès lors qu’on passe sur le mode Trail ou, mieux, en mode Climb. Une fois in­té­grés ces pa­ra­mètres, le FS02 montre son vrai vi­sage. Les re­lances sont lo­gi­que­ment moins vives, mais les ac­cé­lé­ra­tions res­tent sou­te­nues, avec une ri­gi­di­té équi­va­lente à son concur­rent. La roue ar­rière offre en toutes cir­cons­tances une motricité su­pé­rieure au se­mi- ri­gide. Une fois les deux vé­los lan­cés, il est donc dif­fi­cile de les dé­par­ta­ger, même si le Team Elite l’em­porte lo­gi­que­ment au sprint. Un test de mon­tée im­pos­sible, avec une pente pro­non­cée et beau­coup de cailloux rou­lants, a tou­te­fois dé­mon­tré les bien­faits d’une sus­pen­sion, le Four Stroke grimpe sys­té­ma­ti­que­ment une bonne di­zaine de mètres de plus que son ri­val.

Dans le tech­nique

En des­cente, les deux vé­los sont très lu­diques. Mal­gré le top-tube al­lon­gé, le poste de pi­lo­tage as­so­ciant po­tence courte et gui­don large per­met de manoeuvrer les vé­los sans ef­fort. D’ailleurs, les deux faux ju­meaux adorent ser­pen­ter entre les arbres. Un sen­ti­ment de lé­gè­re­té sur­pre­nant se dé­gage dans ces condi­tions, qu’on peut mettre au cré­dit du boî­tier abais­sé et des bases courtes. En des­cente tech­nique, sur le Team Elite, il faut gar­der la tête froide. Joueur, le vé­lo in­cite à at­ta­quer, mais il ne faut pas ou­blier que si le train avant est par­fai­te­ment amor­ti par l’ex­cel­lente fourche Fox 32 Evolution, la roue ar­rière risque en re­vanche de ta­per as­sez fort dans les ro­chers. Le flex du TCC ne rem­place pas un amor­tis­seur ! Le Four Stroke s’avère plus à l’aise dans le dé­fon­cé et sur­vole le terrain, bien ai­dé par sa fourche de 120 mm de dé­bat­te­ment et son amor­tis­seur. Plai­sir et sé­cu­ri­té sont alors su­pé­rieurs, même si on reste en mode Trail. Le dé­railleur XT mu­ni du Sha­dow+ per­met de ver­rouiller la chape et d’évo­luer en si­lence, sans le moindre cla­que­ment de chaîne sur les bases. En­fin, les freins SLX du Four Stroke n’ont pas dé­mé­ri­té par rap­port aux XT du TEO2, en tout cas sur les quatre sor­ties ef­fec­tuées au gui­don de ces BMC.

Conclu­sion

Lu­dique, per­for­mant et très confor­table, le Team Elite 02 est l’une des meilleures ma­chines de com­pé­ti­tion dis­po­nibles sur le mar­ché. Il sé­dui­ra les cou­reurs avides de podiums comme les ran­don­neurs spor­tifs. Un peu moins vif à l’ac­cé­lé­ra­tion mais pra­ti­que­ment aus­si ra­pide dans les bosses, le Four Stroke 02 per­met de pas­ser par­tout en bé­né­fi­ciant d’une motricité su­pé­rieure et d’une sé­cu­ri­té ac­crue. Des qua­li­tés qui peuvent sé­duire com­pé­ti­teurs comme ama­teurs de ran­don­nées tech­niques, d’au­tant que le sur­poids se sent peu en de­hors des por­tages ! BMC ré­sume donc le dé­bat entre tout- sus­pen­du et se­mi- ri­gide à un choix sub­jec­tif. En ef­fet, avec des per­for­mances très proches et un bud­get iden­tique, le plus dur ne se­ra pas de s’amu­ser avec ces vé­los, mais bien d’ar­ri­ver à choi­sir entre les deux !

Avec ses 120 mm à l’avant, le Four Stroke est proche d’un XC ma­ra­thon. Très lu­dique, il offre des per­for­mances de haut ni­veau sans se mon­trer ex­clu­sif. Le Team Elite, lui, est une boule de nerfs joueuse qui sait tou­te­fois se mon­trer ci­vi­li­sée grâce à son cadre car­bone au confort re­mar­quable.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.