Face-à-face : B’Twin Rafal 920 S vs Ca­nyon Nerve CF 8.0

Bike (France) - - Sommaire - PAR VINCENT NE­RON - PHO­TOS BO­RIS RE­JOU

Avec la sor­tie de son Rafal S (voir pages 30-31), mo­dèle en car­bone des­ti­né au XC ma­ra­thon, B’Twin ar­rive en force sur le mar­ché du haut de gamme. L’oc­ca­sion était donc trop belle de l’op­po­ser à un concur­rent jouant éga­le­ment sur les prix bas. Et face à un Nerve CF ayant conser­vé ses roues en 26 pouces, il faut bien avouer que le Rafal S s’en sort très ho­no­ra­ble­ment.

Sou­vent consi­dé­rée, et à juste titre, comme la ré­fé­rence en ma­tière de rap­port qua­li­té/prix sur les vé­los de moyenne gamme, la marque B’Twin pour­rait bien se faire pi­quer la place par le tru­blion Ca­nyon, spé­cia­liste de la vente sur In­ter­net. Car, une fois l’ap­pré­hen­sion du mon­tage du vé­lo, de son en­tre­tien et de son éven­tuel SAV pas­sée, le ta­rif et la belle qua­li­té des pro­duits al­le­mands per­met au­jourd’hui de concur­ren­cer la GSS*.

En sta­tique 1ex. B’Twin et Ca­nyon

Car si Ca­nyon pro­pose éga­le­ment un Nerve CF, le 9.0, au même ta­rif que ce Rafal 920 S, cette ver­sion 8.0, in­fé­rieure en gamme, réus­sit la ga­geure de se concur­ren­cer le Rafal S haut de gamme (chez B’Twin, un se­cond mo­dèle, moins coû­teux, est éga­le­ment pro­po­sé). Au­tant dire que Dé­cath­lon semble perdre son lea­der­ship au ni­veau ta­ri­faire. Il n’em­pêche que sta­ti­que­ment, le Rafal S se montre à la hau­teur, équi­pé d’un cadre avec tri­angle avant en car­bone, aux formes très agres­sives, comme en at­testent les arêtes qui sou­lignent les sec­tions de tubes

Le B’Twin se montre ras­su­rant; et le Ca­nyon, plus té­mé­raire.

plats et rec­tan­gu­laires. Le tout dans une fi­ni­tion sa­ti­née en noir mat à faire pâ­lir les plus grandes marques. En face, le Nerve CF conserve des lignes fa­mi­lières à la marque, plu­tôt en courbes, et tou­jours en noir. Mais avan­tage pour l’al­le­mand, qui dis­pose d’un tri­angle ar­rière éga­le­ment en car­bone – alors que le B’Twin ne le pro­pose qu’en alu­mi­nium. On no­te­ra tout de même, à l’avan­tage du Rafal, qu’il bé­né­fi­cie de l’in­té­gra­li­té des pas­sages de câble et Du­rit en in­terne du cadre, ce qui per­met de pu­ri­fier les lignes du vé­lo, alors que le Ca­nyon laisse sa Du­rit de frein ar­rière cou­rir le long du tube dia­go­nal. Mais dans l’en­semble, il faut bien avouer que nos deux bikes se tiennent com­plète- ment au ni­veau de l’es­thé­tique et des stan­dards de fa­bri­ca­tion, avec des co­lonnes de di­rec­tion co­nique avec jeux de di­rec­tion in­té­grés, étriers de freins Post­mount, dé­railleurs avant Di­rect­mount et boî­tiers de pé­da­liers Press­Fit. Éga­li­té éga­le­ment au ni­veau des mon­tages, avec des équi­pe­ments soi­gnés et haut de gamme sur l’un comme sur l’autre. Élé­ments de sus­pen­sions Fox Float sur le Nerve et Ro­ckS­hox Sid et Mo­narch, avec com­mandes de blo­cage au gui­don, sur le Rafal, trans­mis­sion Shi­ma­no XT en triple plateau contre Sram X-9 et X-O en double sur le B’Twin, roues Mavic CrossT­rail contre Sram Roam 50 et pneus Con­ti­nen­tal Moun­tain King contre Hut­chin­son Co­bra ne per­mettent pas de don­ner un avan­tage à qui­conque. En re­vanche, un net bo­nus va au Ca­nyon, qui dis­pose d’une tige de selle té­les­co­pique (ver­sion Stealth, en plus), d’un axe de roue ar­rière en 142 x 12 (contre un QR 9 sur le Rafal), mais aus­si d’une po­tence plus courte (75 contre 90 mm) et d’un gui­don plus large (715 contre 665 mm), même si ce der­nier est en car­bone sur le B’Twin. En­fin, et pour fi­nir, très grosse dif­fé­rence au ni­veau du choix des tailles de roues, avec un Rafal dé­cli­né en 27,5 pouces, alors que le Nerve reste fi­dèle au 26. C’est donc sur le terrain que la dé­ci­sion se fe­ra… ou pas. À éga­li­té de poids sur la balance, et avec quelques grammes de moins, le Rafal crée la sur­prise dans la me­sure où il dis­pose d’un tri­angle ar­rière en alu et de plus grandes roues, même si l’on garde en tête que le Ca­nyon s’af­fiche à 750 eu­ros de moins.

En ac­tion 1ex. B’Twin et Ca­nyon

Mais, comme pré­vu, les pe­tites roues de ce der­nier cou­plées à des bases ar­rière de 425 mm ( contre 455 au B’Twin) lui per­mettent de “dy­na­mi­ter” le Rafal à l’ac­cé­lé­ra­tion. Beau­coup plus vif et ner­veux, le Nerve CF se joue des re­lances en bon­dis­sant comme un im­pa­la, alors que son concur­rent se montre net­te­ment plus fai­néant à l’ac­cé­lé­ra­tion en res­tant da­van­tage col­lé au sol. En dé­coule for­cé­ment un com­por­te­ment beau­coup moins plai­sant dans les sin­gle­tracks tech­niques, où le Ca­nyon, lui, ra­vi­ra tous les adeptes du free­style. Im­pul­sion, glisse, ca­brage, bun­nyup, le Nerve se ré­gale sur les moindres as­pé­ri­tés et les ra­vines pour un pi­lo­tage tout en dé­conne, quand le B’Twin se la joue plus sage. Mal­gré tout, il faut ad­mettre que les

concep­teurs fran­çais ont très bien tra­vaillé sur la ci­né­ma­tique N. E. U. F du B’Twin, ( ju­gée au­pa­ra­vant plu­tôt ferme) pour la rendre net­te­ment plus sen­sible, et donc agréable en tout-terrain. Et si le vé­lo se re­trouve moins fun que le Ca­nyon, il reste très agréable à pi­lo­ter, avec une sus­pen­sion qui ré­agit par­fai­te­ment sur les pe­tits chocs et donne au vé­lo un com­por­te­ment très confor­table, mais aus­si ras­su­rant. Bien en­ten­du, sur ce point de dé­tail, c’est aus­si la géo­mé­trie du vé­lo et la taille de ses roues qui entrent en jeu. Et avec ses longues bases, son em­pat­te­ment su­pé­rieur de 10 mm et son contact au sol su­pé­rieur, il est lo­gique de re­trou­ver un Rafal plus stable et cha­ri­table que le Nerve, tout en nerfs. Et il est évident que, sur les longues dis­tances, le B’Twin s’avé­re­ra plus re­po­sant pour son pi­lote que le Ca­nyon, beau­coup plus en­clin à gi­go­ter. Deux concepts bien dif­fé- rents donc, que l’on pour­ra ré­su­mer comme suit : le Nerve CF pour ceux qui maî­trisent bien leur pi­lo­tage et aiment ta­qui­ner les che­mins creux, et le Rafal plus des­ti­né à ceux qui aiment rou­ler confor­ta­ble­ment sur les longues sor­ties. Car nous re­trou­ve­rons leurs com­por­te­ments res­pec­tifs, et si dif­fé­rents, dans tous les do­maines, avec un Rafal bien cam­pé au sol dans les grim­pettes, pour un maxi­mum de motricité, contre un Nerve tou­jours plus to­nique, mais aus­si ré­tif, qu’il fau­dra équi­li­brer pour grim­per (mer­ci les roues de 27,5 pouces !) alors qu’il se fau­fi­le­ra à vi­tesse grand V dans les des­centes tech­niques quand le B’Twin pré­fé­re­ra, lui, de l’es­pace pour ex­ploi­ter son ex­cel­lente sta­bi­li­té, mal­gré son gui­don lé­gè­re­ment trop étroit, mais qui cor­res­pon­dant as­sez bien à la clien­tèle, sou­vent dé­bu­tante, de Dé­cath­lon. Mais le bon point gé­né­ral, pour nos deux “ma­ra­thons”, c’est bien qu’ils dis­posent cha­cun d’une sus­pen­sion très ef­fi­cace, avec beau­coup de sen­si­bi­li­té – par­ti­cu­liè­re­ment né­ces­saire en XC ma­ra­thon. D’un cô­té, le sys­tème de pi­vot mon­té sur ex­cen­trique a été choi­si par B’Twin et de l’autre, la tech­no­lo­gie Flex Pi­vot échoit au Nerve CF. Avec le sys­tème N. E. U. F, par­ti­cu­liè­re­ment bien évo­lué, au­cun à- coup n’est à dé­plo­rer ni au pé­da­lage ni au frei­nage, du fait de la lon­gueur de chaîne constante.

Ver­dict 1. Ca­nyon 2. B’Twin

Quant au Ca­nyon, le prin­cipe de son tri­angle ar­rière “une pièce”, avec haubans plats et flexibles, per­met de fil­trer les vi­bra­tions et les chocs minimalistes pour plus de confort, mais sur­tout d’adhé­rence, donc de motricité. Et si le nou­veau Rafal S signe une en­trée fort re­mar­quée dans le grand bain des VTT car­bone, avec un com­por­te­ment par­ti­cu­liè­re­ment adap­té à une clien­tèle en quête d’évo­lu­tion sur les pra­tiques longue dis­tance, le Nerve CF rafle la mise du fait d’un ta­rif ex­cep­tion­nel­le­ment bas, à équi­pe­ment égal, sans pour au­tant être mis en dif­fi­cul­té sur le terrain. Certes, il s’adres­se­ra à des pra­ti­quants plus aver­tis, dis­po­sant d’un meilleur ba­gage tech­nique, mais avec aus­si un cô­té plus fun que nous ap­pré­cions, par­ti­cu­liè­re­ment grâce à ses roues de 26 pouces. Et si ces der­nières sont ame­nées à dis­pa­raître dans les an­nées à ve­nir, elles nous prouvent en­core une fois que, ques­tion jo­via­li­té, elles n’ont rien à en­vier à per­sonne !

À gauche, le Rafal S se montre par­ti­cu­liè­re­ment fa­cile à rou­ler grâce à une super sta­bi­li­té qui lui par­donne beau­coup. Mais le Nerve CF se ré­vèle beau­coup plus dy­na­mique, agile et lu­dique, même s’il est à conseiller da­van­tage

aux pi­lotes confir­més.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.