Moustache Sa­me­di FS 27/9 Ti

Bike (France) - - Sommaire - PAR ODV

Avec la nouvelle mo­to­ri­sa­tion Bosch, les VTT à as­sis­tance élec­trique ar­rivent à ma­tu­ri­té. Si cer­tains constructeurs se contentent d’adap­ter bat­te­ries et mo­teurs sur des vé­los exis­tants, d’autres en pro­fitent pour pro­po­ser des so­lu­tions car­ré­ment in­no­vantes. C’est le cas du Moustache, vé­lo fran­çais qui re­gorge d’in­ven­ti­vi­té…

Jus­qu’à l’an der­nier, la gamme Moustache com­por­tait es­sen­tiel­le­ment des vé­los à as­sis­tance élec­trique de ville, ain­si qu’un VTT se­mi-ri­gide. Rien d’af­fo­lant, donc… Mais l’ar­ri­vée du Sa­me­di a fait l’ef­fet d’une bombe.

De­si­gn in­no­vant

Avant même de se fo­ca­li­ser sur sa mo­to­ri­sa­tion, on re­marque le Sa­me­di FS pour ses lignes. Épu­rées, elles sont par­fai­te­ment dans l’es­prit des marques les plus high- tech. Avec sa cou­leur ti­tane, le FS Ti est aus­si dis­cret qu’agréable à l’oeil. En s’ap­pro­chant, on re­marque le car­ter car­bone de pro­tec­tion du pi­gnon de trans- mis­sion. On parle ef­fec­ti­ve­ment plus de pi­gnon que de plateau, car il ne s’agit que d’une cou­ronne de 15 dents ! La biel­lette de sus­pen­sion en alu est ren­for­cée par une plaque de car­bone col­lée sur le cô­té. Le poste de pi­lo­tage est tou­jours do­mi­né par un gros comp­teur mul­ti­fonc­tion. Le gui­don, as­sez large et re­le­vé, laisse pré­sa­ger d’une pra­tique as­sez en­ga­gée. Par contre, la tige de selle est conven­tion­nelle. La fourche est une Fox 32 de 130 mm, ce qui re­pré­sente un dé­bat­te­ment im­por­tant sur un 29. Sauf que le Moustache dis­pose d’une roue ar­rière en 27,5 ! Un pa­na­chage unique à ce jour sur le mar­ché, qui per­met de mieux pas­ser le couple im­por­tant au sol tout en conser­vant une bonne vi­va­ci­té et une sta­bi­li­té en adéquation avec l’es­prit tout pu­blic du vé­lo. Coup mar­ke­ting ou réel coup de gé­nie, il va fal­loir rou­ler pour en avoir le coeur

Le mo­teur Bosc h est en­core op­ti­mi­sé par rap­port aux ver­sions pré­cé­dentes.

net. En at­ten­dant, cette “pe­tite” roue ar­rière per­met d’avoir des bases re­la­ti­ve­ment courtes, tou­jours bon signe sur un vé­lo spor­tif. L’amor­tis­seur, dé­ve­lop­pé par Moustache, est in­sé­ré dans une sorte de puits creu­sé sous le tube de selle. Cette so­lu­tion, adop­tée sur cer­tains vé­los pour abais­ser le centre de gra­vi­té, est sur­tout uti­li­sée sur le FS pour lais­ser de la place à la bat­te­rie. Car pour ce qui est du centre de gra­vi­té, la po­si­tion idéale du mo­teur au ni­veau du pé­da­lier se charge de l’abais­ser dans de bien plus grandes pro­por­tions. Le mo­teur Bosch nouvelle gé­né­ra­tion, dé­jà tes­té en ver­sion de pré-sé­rie sur d’autres mo­dèles, a pour par­ti­cu­la­ri­té

*Me­sure Bike en taille L sans pé­dales

de s’in­sé­rer au plus près du boî­tier de pé­da­lier, gage d’en­com­bre­ment ré­duit. Son nou­veau cal­cu­la­teur est ca­pable d’ef­fec­tuer 1 000 tests à la se­conde. Car s’agis­sant d’un vé­lo à as­sis­tance élec­trique et non d’un scoo­ter, le mo­teur doit dé­li­vrer une puis­sance élec­trique en adéquation avec l’ef­fort et les be­soins du cy­cliste. La puce in­té­grée ana­lyse donc en per­ma­nence la pres­sion sur les pé­dales, le rythme de pé­da­lage, ain­si que la vi­tesse de ro­ta­tion de la roue ar­rière. Ce qui si­gni­fie qu’un chan­ge­ment de pi­gnon au­ra une in­ci­dence, à pé­da­lage égal, sur la puis­sance dé­li­vrée par le mo­teur ! La bat­te­rie, tou­jours amo­vible et ver­rouillée par une clé, peut se re­char­ger sur le vé­lo. L’em­pla­ce­ment des diodes, sur le flanc gauche, reste mal choi­si tant il rend leur lec­ture mal­ai­sée. Al­lu­mer la bat­te­rie se fait soit par ap­pui sur un bou­ton à cô­té des diodes, et donc très bas, soit plus sim­ple­ment en al­lu­mant le comp­teur. Cette se­conde mé­thode ne mar­chait pas bien sur les pré- sé­ries mais s’est avé­rée par­fai­te­ment fonc­tion­nelle sur cette ver­sion dé­fi­ni­tive. Le comp­teur per­met de choi­sir l’une des quatre assistances grâce à une com­mande très in­tui­tive, agré­men­tée d’un plus et d’un moins.

Ba­lade fa­cile

En selle sur le Moustache, on se sent plu­tôt à l’aise. On s’in­quiète for­cé­ment du poids de l’en­gin et de la pos­si­bi­li­té de re­ve­nir à la mai­son en cas de panne de bat­te­rie. Pé­da­ler mo­teur cou­pé ne pose pour­tant pas de pro­blème par­ti­cu­lier. Mais le but du jeu étant de se faire ai­der par le mo­teur, nous l’al­lu­mons et pla­çons le comp­teur sur le mode Tour, qui offre a prio­ri le meilleur com­pro­mis as­sis­tance/au­to­no­mie. Au pre­mier coup de pé­dale, la pous­sée due à l’as­sis­tance élec­trique se fait sen­tir, ac­com­pa­gnée d’un lé­ger bour­don­ne­ment. Sur une ba­lade tran­quille, en res­tant as­sis, on peut abattre du ki­lo-

Le Moustache se pi­lote avec le sou­rire et sans avoir le car­dio dans le rouge…

mètre en pé­da­lant de ma­nière ré­gu­lière, quel que soit le dé­ni­ve­lé. Les pe­tits chocs sont par­fai­te­ment filtrés par l’amor­tis­seur. Mais confi­ner le Moustache à des sor­ties pé­pères se­rait dom­mage, car il est ca­pable de bien plus… Di­rec­tion les sin­gle­tracks au pro­fil plus en­du­ro. On com­mence par une mon­tée “im­pos­sible”, ra­vi­née et pleine de cailloux, qu’on hé­si­te­rait à ten­ter avec un vé­lo nor­mal. Mode Tur­bo en­clen­ché, la pous­sée est presque vio­lente. Le Sa­me­di ac­cé­lère et garde sa vi­tesse dans la pente. La roue de 27,5 trans­met par­fai­te­ment la puis­sance au sol et le Ti sur­vole le terrain. On doit se battre au gui­don et an­ti­ci­per les tra­jec­toires pour bien pla­cer sa roue avant, car ça grimpe vite… Une sen­sa­tion étrange, car sur un vé­lo or­di­naire, on se concentre plus sur la motricité de la roue ar­rière ! Le poids de la bat­te­rie plaque la roue avant au sol et au­cun risque de ca­brage in­tem­pes­tif n’est à dé­plo­rer. En re­vanche, les pé­dales sont as­sez basses et touchent de temps à autre. Lors­qu’on se rate et qu’on doit po­ser pied à terre, le bou­ton de « por­tage » si­tué sur la com­mande au gui­don per­met de pous­ser le vé­lo en bé­né­fi­ciant d’une as­sis­tance. Pra­tique et en­fin fonc­tion­nel ! Au som­met, on baisse la selle, ma­nuel­le­ment, pour at­ta­quer la des­cente. Net­te­ment plus lourd qu’un all-moun­tain conven­tion­nel, le Moustache fait ou­blier toute ten­ta­tive de pi­lo­tage “aé­rien”. Ici, on ne dé­colle pas la roue ar­rière dans les épingles, on ne fait pas de bun­ny-up sur les ra­cines. En re­vanche, on dé­vale vite et en confiance, les deux roues col­lées au sol, en pro­fi­tant de la sta­bi­li­té de l’en­gin. Roue avant de 29, angle de di­rec­tion ou­vert et em­pat­te­ment consé­quent en font un rail dans le dé­fon­cé. En courbe, le centre de gra­vi­té pla­cé très bas com­pense le poids. L’as­sis­tance per­met des re­lances éclair qui ajoutent au plai­sir.

Au­to­no­mie re­cord

Après deux heures de ba­lade à rythme sou­te­nu, la bat­te­rie in­dique en­core 80 % de charge ! Stu­pé­faits par ce ré­sul­tat, nous re­par­tons le len­de­main, sans avoir re­char­gé, pour une sor­tie de du­rée équi­va­lente. Après un nou­veau lot de mon­tées raides, en mode Tour, et de des­centes lu­diques, re­tour au ber­cail. La bat­te­rie a en­core de la ré­serve… Ce der­nier point in­dique clai­re­ment que le VTT à as­sis­tance élec­trique est ar­ri­vé à ma­tu­ri­té. Le Moustache Sa­me­di, per­for­mant et ven­du à un prix très proche d’un vé­lo mi­lieu de gamme tra­di­tion­nel, de­vrait en sé­duire plus d’un. Les moins en­traî­nés, qui veulent pro­fi­ter du mo­teur pour re­trou­ver le plai­sir de rou­ler sur les che­mins, ver­ront dans le FS 27/9 un com­pa­gnon de jeu confor­table et sé­cu­ri­sant. D’autres, plus spor­tifs, yen fe­ront un en­gin idéal pour mul­ti­plier les en­traî­ne­ments en se­maine, en conju­guant sport et vie pro­fes­sion­nelle char­gée. En­fin, d’au­cuns, à la fibre en­du­ris­tique, le choi­si­ront pour mul­ti­plier les des­centes en évi­tant la na­vette pour re­mon­ter. On le voit, si le po­ten­tiel tech­nique est im­mense, le po­ten­tiel com­mer­cial ne l’est pas moins. Reste à convaincre les scep­tiques de l’es­sayer… pour l’adop­ter dé­fi­ni­ti­ve­ment !

L’as­sis­tance, dé­li­vrant jus­qu’à trois fois la puis­sance du cy­cliste, per­met de grim­per

sans faillir les pires côtes.

La ligne mo­derne reste épu­rée

mal­gré mo­teur et bat­te­rie. La fi­ni­tion est soi­gnée jusque

dans les pe­tits dé­tails…

Très com­plet, le comp­teur per­met de choi­sir un des quatre modes d’as­sis­tance, mais aus­si d’af­fi­cher la vi­tesse, l’heure ou l’au­to­no­mie res­tante (en km).

Grâce à son cal­cu­la­teur, le mo­teur Bosch dé­livre sa puis­sance en par­faite syn­chro­ni­sa­tion des ef­forts du pi­lote.

Les axes de la ci­né­ma­tique sont de qua­li­té et la fi­ni­tion en alu ano­di­sé rouge est du plus bel ef­fet.

Mal­gré des diodes tou­jours mal pla­cées, la bat­te­rie au­to­rise une au­to­no­mie re­cord. Im­pos­sible d’en ve­nir à bout en usage nor­mal…

Cet ai­mant per­met au cal­cu­la­teur de connaître la vi­tesse de ro­ta­tion de la roue et donc le dé­ve­lop­pe­ment uti­li­sé. Sans lui, l’as­sis­tance est in­opé­rante…

En des­cente, le Sa­me­di FS 27/9 Ti se ré­vèle stable et sé­cu­ri­sant grâce à son poids pla­cé bas et à sa grande roue avant de 29.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.