Face-à-face : La­pierre Zesty TR 529 vs Spi­cy 527

La­pierre Spi­cy 527 vs Zesty TR 529

Bike (France) - - Sommaire - PAR OLIVIER DE VAULX

Ap­pli­quant un concept né dans l’au­to­mo­bile, La­pierre uti­lise une pla­te­forme stan­dard pour dif­fé­rents types de VTT. Nou­veau­té 2014, le ma­ra­thonAM Zesty TR 529 par­tage ain­si le même cadre que ce­lui de l’en­du­ro Spi­cy 527 ! Un concept qui in­trigue et qu’il convient d’exa­mi­ner à la loupe pour voir si le consom­ma­teur dis­po­se­ra bien de vé­los spé­cia­li­sés, même en par­tant d’une base gé­né­rique…

Le concept a fait le bon­heur des scep­tiques, qui ré­pètent à loi­sir que La­pierre ne s’est pas fou­lé puisque Zesty et Spi­cy ont le même cadre, à l’ex­cep­tion de la biel­lette de sus­pen­sion. C’est un rac­cour­ci fa­cile et par­tiel­le­ment in­exact. D’abord parce qu’un écart de 10 mm n’est pas ano­din dans le fonc­tion­ne­ment d’une ci­né­ma­tique. Mais sur­tout parce que si la forme du cadre est glo­ba­le­ment la même, de sub­tiles dif­fé­rences sub­sistent entre les deux mo­dèles. À com­men­cer par la douille de di­rec­tion, plus longue de 10 mm sur le Spi­cy et qui offre un angle de chasse plus ou­vert. De même, les bases sont mo­di­fiées pour te­nir compte des dia­mètres de roues dif­fé­rents, avec un écart de 16 mm clai­re­ment si­gni­fi­ca­tif. Le top­tube est éga­le­ment un peu plus long sur le Spi­cy. Pour le reste, ef­fec­ti­ve­ment, tout est si­mi­laire, ex­cep­tion faite du ma­té­riau. Le Zesty s’ap­puie sur une construc­tion en car­bone pour le tri­angle avant et alu pour l’ar­rière, tan­dis que le Spi­cy se contente d’alu­mi­nium à tous les étages. Le poids reste as­sez proche mal­gré tout, avec un écart de seu­le­ment 600 grammes sur le vé­lo com­plet si on ne consi­dère pas l’E i Shock. Avec son cadre car­bone, le Zesty TR at­tire l’oeil. Outre le cintre Ni­co­las-Vouilloz, on compte une po­tence Eas­ton et un pé­da­lier Race Face, gage de qua­li­té. La trans­mis­sion pa­nache Sram et Shi­ma­no. Le frei­nage est confié aux For­mu­la RX, dé­pour­vus de tout ré­glage. La tige de selle té­les­co­pique est aux abonnées ab­sentes. Des in­serts sur le top- tube per­met­tront d’en mon­ter une soi-même. Une belle pièce de car­bone abrite le boî­tier de pé­da­lier sous le cadre. Au cha­pitre sus­pen­sions, les Di­jon­nais font confiance à Fox, tant pour la fourche que pour l’amor­tis­seur. Un re­père per­met de ré­gler le SAG avec une bonne pré­ci­sion, voire d’op­ti­mi­ser le ré­glage pour une pra­tique plus XC ou plus all-moun­tain. Les roues Race Face en 29 pouces ne sont pas tu­be­less et ac­ceptent le pas­sage des valves Schra­der. De son cô­té, le Spi­cy et sa dé­co mi­ni­ma­liste font moins en­vie. Mais l’équi­pe­ment laisse en­tre­voir un sa­cré tem­pé­ra­ment. Si les gaines ne sont pas in­té­grées, elles sont re­grou­pées sous le top-tube par des fixa­tions en alu. Eas­ton et Race Face se par­tagent là en­core l’es­sen­tiel des com­po­sants. On re­trouve le pé­da­lier Race Face Tur­bine du Zesty. La trans­mis­sion est en­core pa­na­chée entre Sram et Shi­ma­no. Les freins sont des For­mu­la T1S, sans ré­glage de garde. La tige de selle Ro­ckS­hox Stealth don­ne­ra le sou­rire aux des­cen­deurs. La fourche Fox 34 dis­pose de 160 mm de dé­bat­te­ment. Notre mo­dèle d’es­sai était équi­pé de l’op­tion E i Shock, d’où un amor­tis­seur Ro­ckS­hox Mo­narch RT3. Ce­lui- ci est mo­di­fié pour per­mettre son blo­cage au­to­ma­tique par le cal­cu­la­teur élec­tro­nique in­té­gré dans le comp­teur. Les roues Eas­ton Vice XLT de 27,5 pouces ne sont pas tu­be­less non plus.

En ac­tion

En selle, le Zesty fait pen­ser à un XC. Po­tence longue, in­cli­née vers le bas et gui­don plat forcent la po­si­tion sur l’avant. Les pistes larges sont ava­lées sans for­cer. Les roues de 29 font par­ler la poudre grâce à leur iner­tie et à leur chausse pneu­ma­tique étroite. Au gui­don du Spi­cy, l’am­biance est tout autre. La po­tence courte, in­cli­née vers le haut, et le gui­don large im­posent une po­si­tion plus droite. Mais pé­da­ler sur cet en­du­ro ne res­semble pas à une pu­ni­tion. Car si le ren­de­ment n’est pas au ni­veau de son concur­rent du jour, on peut tou­te­fois ava­ler du ki­lo­mètre sans s’épui­ser. La monte pneu­ma­tique as­sez

Les sub­tiles mo­di­fi­ca­tions entre les cadres font de grandes dif­fé­rences.

po­ly­va­lente n’y est pas étran­gère. La ges­tion élec­tro­nique de la sus­pen­sion filtre les pe­tits chocs lors­qu’on pé­dale as­sis. Le confort reste meilleur que sur le Zesty pla­cé en mode Trail. Le sen­tier se fait plus si­nueux. Avec le Zesty, il est fa­cile de char­ger l’avant et de pla­cer la roue au mil­li­mètre. Les tra­jec­toires sont pré­cises, le vé­lo se fait vif et agréable à pi­lo­ter, grâce aux bases plu­tôt courtes. On prend de l’angle en toute sé­ré­ni­té ! Le Spi­cy, à l’angle de di­rec­tion très ou­vert, im­pose de char­ger l’avant dans les vi­rages à plat. Mais plus on at­taque, plus le vé­lo se montre joueur, un vrai pousse- au­crime ! Une des­cente très tech­nique, avec des pierres rou­lantes, des vi­rages fuyants et une grosse marche don­nant di­rec­te­ment dans une épingle, va ser­vir de juge de paix. Le Zesty s’en sort éton­nam­ment bien. La po­si­tion un peu cou­chée ne gêne pas et l’angle suf­fi­sam­ment ou­vert conju­gué aux grandes roues pro­cure un bon sen­ti­ment de sta­bi­li­té et de sé­cu­ri­té. Le pi­lo­tage reste pré­cis, on évite les cailloux en im­pro­vi­sant les tra­jec­toires. L’épingle après la grosse marche fi­nale de­mande de s’ap­pli­quer pour pas­ser pro­pre­ment, la faute à des sus­pen­sions un peu fermes qui se­couent le pi­lote et à des freins un peu justes en puis­sance. Sur le Spi­cy, on des­cend bien pla­cé en ar­rière grâce à la selle té­les­co­pique. La pré­ci­sion des tra­jec­toires est de moindre im­por­tance car l’on se sur­prend à pas­ser plus vite, sans trop ré­flé­chir aux cailloux. Sûr que l’angle de di­rec­tion et le gros dé­bat­te­ment sont un avan­tage dans ces condi­tions dif­fi­ciles ! L’épingle après la marche, pour­tant abor­dée plus vite qu’avec le Zesty, est en­rou­lée sans ef­fort. Les sus­pen­sions et les freins For­mu­la TS1 fa­ci­litent le tra­vail ! Impérial, le Spi­cy sur­classe lo­gi­que­ment le Zesty dans ces por­tions en­ga­gées. Il faut main­te­nant re­mon­ter. La grim­pette est très tech­nique. Les deux vé­los pêchent par un boî­tier qui s’abaisse en charge et pro­voque ré­gu­liè­re­ment le choc des pé­dales sur les ro­chers.

Dé­cli­nai­son ga­gnante

Le pas­sage sur le petit plateau ne per­turbe pas la sus­pen­sion, tant mieux pour ceux qui pra­tiquent en mon­tagne ! La motricité reste pré­sente jus­qu’au som­met, tant avec le 27,5 qu’avec le 29, ce der­nier gar­dant tout de même un lé­ger avan­tage en fran­chis­se­ment. Le pa­ri de La­pierre est donc bien réus­si. En par­tant de la même base, les in­gé­nieurs fran­çais ont réus­si à pro­duire deux vé­los au com­por­te­ment et au terrain d’ac­tion très éloi­gnés. Par­fait pour le ma­ra­thon ou le all-moun­tain, ce Zesty est un ex­cellent vé­lo po­ly­va­lent, à des­ti­na­tion d’un large pu­blic. Le Spi­cy, lui, est un vé­ri­table en­du­ro qui s’adresse à une clien­tèle plus spé­ci­fique. Ex­cellent des­cen­deur, il ne re­chigne pas à pé­da­ler, ce qui plai­ra aux com­pé­ti­teurs. La res­sem­blance de ces deux spads aux ca­pa­ci­tés très di­verses prouve que la pla­te­forme de La­pierre est réus­sie et dis­pose d’un po­ten­tiel suf­fi­sant pour cou­vrir plu­sieurs pra­tiques. Une op­ti­mi­sa­tion qui per­met de bais­ser les coûts, ce dont le consom­ma­teur ne peut que se ré­jouir !

Le Spi­cy adore l’at­taque et in­cite son pi­lote à toutes les ex­cen­tri­ci­tés. À son

gui­don, le port d’un in­té­gral est vi­ve­ment re­com­man­dé! Le Zesty est un ex­cellent vé­lo po­ly­va­lent, à l’aise sur tous types de terrain, qui per­met de

rou­ler vite et loin…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.