Pre­mière fois : Tho­mas La­pey­rie

Bike (France) - - Sommaire -

Dif­fi­cile de pas­ser à cô­té du Roc d’Azur quand on gran­dit dans le Sud de la France. Tho­mas La­pey­rie s’y est élan­cé sans se dou­ter que l’évé­ne­ment de­vien­drait une date clé de son calendrier.

«J’ ai tou­jours fait du vé­lo, de­puis tout petit. Dès l’âge de 2 ou 3 ans, j’avais un vé­lo entre les mains. Je viens d’une fa­mille de grands spor­tifs. Mon père et mon grand­père étaient foot­bal­leurs, ils ont es­sayé de m’y mettre, mais je n’ai pas trop ac­cro­ché. En 1998, mon père s’est ren­du compte que je fai­sais tout le temps du vé­lo et il m’a ins­crit dans mon pre­mier club, à Sainte-Maxime, où j’ai com­men­cé par le bi­cross. Cette an­née-là, j’ai par­ti­ci­pé à mes pre­mières com­pé­ti­tions de VTT et de BMX. La toute pre­mière, c’était le Roc d’Azur. Ma mère, qui est prof de sport, ac­com­pa­gnait chaque an­née des jeunes au Roc pour l’évé­ne­ment étu­diant qui se dé­rou­lait une se­maine avant. J’avais dé­jà une pe­tite an­née de BMX dans les pattes et mes pa­rents ont lâ­ché l’hy­per­ac­tif que j’étais sur le Kid Roc. Le par­cours était tout plat, c’était une pe­tite boucle le long de l’eau, mais c’était super dur ! Je fai­sais des fautes par­tout et j’es­sayais de par­ler avec les autres gars, je n’étais vrai­ment pas là pour la course. J’ai fi­ni 59e sous un grand so­leil et Ti­touan Per­rin-Ga­nier a fi­ni juste de­vant moi, on ne se connais­sait pas en­core ! Le dé­part avait lieu dans le grand champ et la boucle de­vait faire cinq ou six ki­lo­mètres. On de­vait être une cen­taine au dé­part, je me suis élan­cé dans la masse sans trop com­prendre ce qui se pas­sait. Comme tous les ga­mins, je suis par­ti à fond et je suis de­ve­nu tout rouge. Dé­jà tout petit, je me ren­dais compte que cer­tains par­ti­ci­pants avaient l’es­prit de com­pet’, ils étaient là pour ga­gner et ne vou­laient qu’une chose, te dé­pas­ser. Sur la fin, on ren­trait dans un petit che­min sym­pa, je m’y suis bien amu­sé. Dès cette pre­mière course, j’ai ti­ré mon épingle du jeu dans les par­ties tech­niques. Mon vé­lo était un Sunn jaune avec une fourche noire. J’avais une classe d’en­fer, mon père tra­vaillait au Cré­dit lyon­nais et je por­tais le maillot du Tour de France avec un casque jaune. Le Roc était vrai­ment un ren­dez-vous fa­mi­lial, mon père fai­sait aus­si la course et ma mère et mes grands-mères étaient sur le bord de la piste. Je ne crois pas avoir ra­té beau­coup d’éditions de­puis. Ça n’a ja­mais été mon épreuve fa­vo­rite, mais l’évé­ne­ment en lui-même était in­con­tour­nable. J’ai un bon sou­ve­nir de cette course et de ce qu’il y avait au­tour. Comme tous les en­fants, j’étais émer­veillé dans les pad­docks, j’al­lais cher­cher des pos­ters et grap­piller des au­to­col­lants. Par la suite, et

« Comme tous les ga­mins, je suis par­ti à fond et je suis de­ve­nu tout rouge. »

jus­qu’en 2005, je me suis fo­ca­li­sé sur le BMX. J’ai pu par­ta­ger des en­traî­ne­ments avec Au­ré­lien Gior­da­nen­go et Gau­tier Pau­lin (pi­lote de mo­to­cross). Ce n’est qu’après avoir ar­rê­té ce sport sur un coup de tête que je me suis de nou­veau tour­né vers le VTT. Je vou­lais faire de la des­cente mais je n’avais pas le vé­lo adap­té, alors j’ai choi­si la sec­tion cross-coun­try de mon club de Ta­ra­deau. Je me sou­viens bien po­ser le pied à chaque mon­tée et râ­ler. Mais petit à petit, je me suis pris au jeu, on se fixait des pe­tits dé­fis et la tran­si­tion s’est bien pas­sée. La seule chose que je re­cher­chais, c’était le fun et l’adré­na­line. J’ai conti­nué avec les TRJV, puis les TNJV et en 2007, je suis par­ti m’en­traî­ner sé­rieu­se­ment au pôle France de Be­san­çon. J’ai in­té­gré dif­fé­rentes struc­tures en cross tout en res­tant un peu frus­tré de ne pas faire de la des­cente mais l’ar­rêt de la struc­ture La­pierre à la­quelle j’ap­par­te­nais a été un dé­clic pour moi et je me suis lan­cé dans l’en­du­ro. »

Pas de temps à perdre pour Tho­mas, qui ar­bore dé­jà un maillot de lea­der. Com­pé­ti­teur des pre­mières heures, il a tout de suite vi­sé le po­dium du fun.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.