Opi­nion : La per­son­na­li­sa­tion

Bike (France) - - Sommaire -

L’achat d’un VTT re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment im­por­tant pour tout pra­ti­quant. Il est un ob­jet de dé­sir pour cer­tains et un moyen de se dé­mar­quer pour d’autres. À l’heure où le tout à la carte se dé­ve­loppe et où cha­cun cherche à ac­qué­rir un pro­duit par­fai­te­ment conforme à ses at­tentes, les pre­miers ser­vices de per­son­na­li­sa­tion voient le jour. Réelle at­tente des ache­teurs, ou ser­vice gad­get pour pas­sion­nés ?

Ga­ry Ans­sens

P-DG d’All­tricks

«La per­son­na­li­sa­tion est clai­re­ment au coeur de nos ré­flexions pour de­main. Nous pro­po­sons dé­jà un tel ser­vice lors de mon­tages “à la carte” pour nos clients en ma­ga­sin. C’est une de­mande im­por­tante des pra­ti­quants et nous tra­vaillons sur la mise en place de ser­vices en ligne pro­po­sant des packs de com­po­sants de cou­leurs iden­tiques. Notre se­conde idée est de rendre accessible la to­ta­li­té de notre ca­ta­logue en ligne dans un confi­gu­ra­teur de vé­lo. La prin­ci­pale dif­fi­cul­té consiste à gé­rer les com­pa­ti­bi­li­tés entre les dif­fé­rents stan­dards exis­tants. Quand nous ana­ly­sons les achats de nos clients, nous réa­li­sons que cer­taines cou­leurs, et par­ti­cu­liè­re­ment le rouge, sont très po­pu­laires et que beau­coup d’achats re­lèvent da­van­tage de la co­quet­te­rie que d’une ré­flexion sur l’uti­li­taire. Les dif­fé­rents com­po­sants du vé­lo sont choi­sis pour être en har­mo­nie avec les autres. Cette ten­dance du “pimp my bike” touche tous les pro­fils de clients et va en se dé­ve­lop­pant.

Julien Chau­veau

Res­pon­sable mar­ke­ting de Trek

«Notre ser­vice de per­son­na­li­sa­tion “Pro­ject One” a d’abord été lan­cé sur la route et nous l’avons éten­du en juillet 2013 au VTT. Le pro­gramme est une réelle ré­ponse aux at­tentes des clients, qui peuvent per­son­na­li­ser à la fois la cou­leur et l’équi­pe­ment de leur vé­lo. Le ser­vice concer­nait au dé­part les vé­los les plus haut de gamme mais il de­vient pro­gres­si­ve­ment plus accessible. La chaîne de pro­duc­tion est bien maî­tri­sée aux ÉtatsU­nis, les dé­lais sont un petit peu plus longs, mais ils de­meurent rai­son­nables. Nous res­tons pour l’ins­tant concen­trés sur les gammes XC et XC po­ly­va­lent en sur­fant sur la vo­lon­té des pra­ti­quants de per­son­na­li­ser leurs vé­los à l’ins­tar des équipes pro­fes­sion­nelles. Plus gé­né­ra­le­ment, la per­son­na­li­sa­tion offre des pers­pec­tives très vastes et Trek mise beau­coup des­sus. Le vé­lo de de­main se­ra personnalisable à l’in­fi­ni et le pra­ti­quant pour­ra l’adap­ter à ses goûts, sa pra­tique et sa ré­gion. »

Stéphane Llug

Pré­sident de Tour­billon De­si­gn

«Au mi­lieu des an­nées 2000, les looks des vé­los des grandes marques étaient as­sez fades et nous avons com­men­cé à nous dé­mar­quer en pro­po­sant des vé­los cus­to­mi­sés avec soin. On a pous­sé le dé­tail très loin. De­puis, les constructeurs ont sai­si cer­tains en­jeux et com­mencent à pro­po­ser des vé­los aux de­si­gns plus abou­tis. On n’a vu que très ré­cem­ment des marques comme Fox as­sor­tir les au­to­col­lants des fourches à la cou­leur du cadre. Chez Tour­billon, on pousse la per­son­na­li­sa­tion au maxi­mum mais avec la co­hé­rence du sur-me­sure. Un de­si­gn de vé­lo ou de casque doit re­flé­ter l’iden­ti­té et le ca­rac­tère de son pro­prié­taire. Une réelle dis­cus­sion doit s’éta­blir avec ce­lui- ci. Des grandes marques ne pour­ront ja­mais éga­ler ce tra­vail manuel et ar­ti­sa­nal. Les pra­ti­quants ont en­vie de peau­fi­ner le mon­tage de leurs vé­los et sont sen­sibles aux dé­tails. Dans l’au­to­mo­bile, tout le monde est pre­neur de pos­si­bi­li­tés de per­son­na­li­sa­tion. J’y ai tou­jours cru. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.