Mi­ckaël Bou­get

En­traî­neur Pro Cy­cling So­lu­tion

Bike (France) - - Opinion -

Les ef­forts ex­plo­sifs sont in­utiles si le muscle ne reste pas à tem­pé­ra­tur : l’ef­fort maxi­mal ne peut être four­ni et on risque la bles­sure. À tem­pé­ra­ture nor­male, la masse san­guine est re­dis­tri­buée vers les muscles mais par grand froid, elle va en prio­ri­té vers les or­ganes vi­taux. Les ef­forts de VO2 max ne sont pas re­com­man­dés, sous peine de s’en­rhu­mer ou d’at­tra­per une bron­chite. Évi­dem­ment, tout dé­pend du sta­tut im­mu­ni­taire du pi­lote et de son res­sen­ti. Un pi­lote lorrain n’ap­pré­hende pas le froid de la même ma­nière qu’un ath­lète va­rois. Le corps s’ha­bi­tue au froid et les vê­te­ments mo­dernes per­mettent de jouer avec les couches de vê­te­ments. Les fon­deurs sont un bon exemple d’ac­cou­tu­mance au froid. En­fi­ler sa grosse veste dès que le temps se ra­fraî­chit n’est pas for­cé­ment la meilleure idée, il faut s’ha­bi­tuer. Il convient de beau­coup s’échauf­fer, d’évi­ter les longues des­centes et de pri­vi­lé­gier le VTT ou le cy­clo- cross, qui per­mettent de gar­der les muscles ac­tifs sur toute la du­rée de l’ef­fort. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.