Giant

Bike (France) - - Comparatif -

Full- E1

3 699 € - 21,5 kg*

* Me­sure Bike en taille M sans pé­dales

Le Giant tape d’en­trée dans la ré­tine. Ses ap­pa­rences laissent tout de suite es­pé­rer de sa­crées ap­ti­tudes en uti­li­sa­tion all­moun­tain. Les lignes sont fines. Le Full- E1 est le seul vé­lo de notre pa­nel à être équi­pé d’un mo­teur Ya­ma­ha. Ce der­nier est moins im­po­sant que le Bosch, mais sa bat­te­rie est plus grosse et plus lourde. Con­trai­re­ment aux équi­pe­ments Bosch, là, on ne peut pas en­le­ver la con­sole au gui­don. Sur la balance, l’en­semble ac­cuse un poids in­té­res­sant. Sans la bat­te­rie, le vé­lo est d’ailleurs plus lé­ger que la concur­rence. L’équi­pe­ment n’est pas des plus pres­ti­gieux, à part le dé­railleur XT. On est sur­pris par la taille du plateau. Alors que la concur­rence est en 16 ( le Hai­bike), en 14 ( le Moustache) et 15 pour tous les autres vé­los équi­pés du Bosch, le Giant dis­pose d’une plaque de 34 dents pour une cas­sette de 11/ 36, comme sur un mo­dèle “clas­sique”. Pour une uti­li­sa­tion all- moun­tain, la tige de selle té­les­co­pique offre un réel avan­tage. Le gui­don af­fiche un vrai galbe en­du­ro. Une pe­tite re­cherche a en re­vanche été né­ces­saire avant de trou­ver le mi­nus­cule bou­ton de mise en route sur la com­mande au gui­don ! Une fois ce­lui- ci en­clen­ché, la con­sole s’illu­mine avec classe et so­brié­té. La fourche se bloque, l’amor­tis­seur se met en mode Mon­tée. Mais cette op­tion n’est plus aus­si dé­ter­mi­nante que sur un vé­lo non- élec­trique. En ef­fet, ici, ce n’est pas l’ab­sence de pom­page qui per­met de s’éco­no­mi­ser mais l’as­sis­tance. L’ac­tion de la sus­pen­sion per­met un meilleur ren­de­ment, en mon­tée no­tam­ment, et le confort est ac­cru.

En ac­tion

Avec une plaque de 34, on s’ima­gi­nait bien que le Giant mou­li­ne­rait moins que les autres. C’est le cas, mais le mo­teur fait tel­le­ment un bou­lot in­croyable qu’on ne force fi­na­le­ment pas plus. On at­taque en mode Éco, l’aide au pé­da­lage est dé­jà sym­pa sur le plat. En re­vanche, en mon­tée, comme sur les autres mo­dèles, elle per­met juste de com­pen­ser le poids sup­plé­men­taire du vé­lo. Il faut donc s’at­tendre à trans­pi­rer pour es­pé­rer évo­luer à une bonne ca­dence dans du pour­cen­tage avec cette op­tion d’as­sis­tance. En mode Nor­mal, moyen­nant un pé­da­lage cons­tant, l’as­cen­sion se fait aux en­vi­rons des 15 km/ h dans du 10- 12 % d’in­cli­nai­son. Le mo­teur Ya­ma­ha n’a pas de mode Tur­bo, mais son op­tion Sport offre la même as­sis­tance que le Tur­bo chez Bosch. Quand on en­clenche ce mode, le vé­lo vous em­mène vers les som­mets avec une fa­ci­li­té dé­con­cer­tante. Le Giant et son mo­teur Ya­ma­ha se dé­marquent des autres équi­pés du Bosch grâce à cette force in­croyable. L’as­sis­tance est très li­néaire et per­met d’em­me­ner très fa­ci­le­ment le plateau de 34. Au ni­veau au­to­no­mie, l’en­semble Ya­ma­ha est éga­le­ment bien su­pé­rieur au Bosch, avec entre 30 et 40 % de ca­pa­ci­té en plus. Avec le plein, on a réus­si à faire un par­cours de 30 ki­lo­mètres et qua­si 2 000 de po­si­tif en mode Nor­mal et il res­tait du jus à l’ar­ri­vée. Les autres sont, eux, tom­bés en panne après 20 ki­lo­mètres et 1 000 de po­si­tif. Ai­dé par les 140 mm de ses sus­pen­sions et sa géo­mé­trie vrai­ment au point, le Giant est aus­si au- des­sus du lot en des­cente. Le châs­sis est hy­per­sé­cu­ri­sant. Dans les sec­tions tech­niques, la ré­par­ti­tion des masses est par­faite. Par rap­port à un non- élec­trique, l’avant est même plus col­lé au sol avec ses 20 bons ki­los. Avec des freins plus mor­dants, le ta­bleau se­rait par­fait.

Grâce au mo­teur Ya­ma­ha, le Giant offre près de deux fois plus d’au­to­no­mie .

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.