Can­non­dale Mo­ter­ra LT 2

23 kg - 4 999 eu­ros (Me­sures Bike sans pé­dales en taille M)

Bike (France) - - Tceosmtparatif -

Si le Can­non­dale Mo­ter­ra LT 2 est équi­pé du même mo­teur Bosch CX Per­for­mance que les autres, la concep­tion est très par­ti­cu­lière avec une bat­te­rie par­fai­te­ment in­té­grée pla­cée sur l’avant et sur­tout à l’en­vers avec les connec­tiques en haut. Ce­ci per­met un meilleur po­si­tion­ne­ment du centre de gra­vi­té. Le look est du coup bien dif­fé­rent. La prise en main est ra­pide. Le poste de pi­lo­tage in­vite plu­tôt à l’at­taque. Le gui­don fait par­tie des plus larges. On est par­fai­te­ment po­sé dans la pente, mais il faut faire un peu at­ten­tion de ne pas tou­cher entre les arbres. Le châs­sis est in­croyable. D’une sta­bi­li­té exem­plaire, il offre une ri­gi­di­té digne d’un vé­lo de course. Sans of­frir un confort ir­ré­pro­chable, l’en­semble se montre tout de même suf­fi­sam­ment moel­leux. La ca­pa­ci­té à en­cais­ser les gros chocs est vrai­ment au-des­sus de la moyenne. On peut at­ta­quer en toute confiance, avec un maxi­mum de sé­cu­ri­té. Les par­ties ra­pides et cas­santes de notre boucle étaient un ré­gal avec ce Mo­ter­ra. Dans le tria­li­sant, il se montre éga­le­ment re­dou­table en par­tie grâce à un boî­tier de pé­da­lier très haut. On peut gar­der de la vi­tesse dans les cailloux et les souches sans ris­quer de ta­per et de se bo­quer. On peut éga­le­ment conti­nuer à pé­da­ler sans que les pé­dales ne touchent, là où on ne pou­vait pas le faire avec cer­tains comme le Cube. Les 160 mm de dé­bat­te­ment à l’avant et à l’ar­rière y sont évi­dem­ment pour quelque chose, mais c’est sur­tout ce châs­sis ex­tra­or­di­naire qui fait la dif­fé­rence. La mo­tri­ci­té est ex­cel­lente, le grip sur la roue avant sans sou­ci. Frei­nage, dé­vers, ra­cines, pierres hu­mides, l’en­semble ne bronche pas. L’as­sis­tance se montre mal­heu­reu­se­ment un peu en re­trait par rap­port aux meilleurs de notre test. Le Mo­ter­ra reste plus dur à pé­da­ler sur les 4 modes, mais c’est sur­tout quand le pour­cen­tage de pente est im­por­tant que c’est fla­grant. C’est au ni­veau de la dé­mul­ti­pli­ca­tion qu’il faut cher­cher l’ex­pli­ca­tion. Le pi­gnon en 15 et la cas­sette en 11-42 ne per­mettent pas de mou­li­ner suf­fi­sam­ment. Il y a sys­té­ma­ti­que­ment un pe­tit écart de vi­tesse avec les autres dans une même pente et à puis­sance de pé­da­lage équi­va­lente. Ce n’est pas un sou­ci dans l’ab­so­lu, mais pour te­nir la même ca­dence qu’avec le Scott par exemple, il faut ap­puyer un peu plus sur les pé­dales. Et à la longue, on se fa­tigue in­évi­ta­ble­ment un peu plus. Il a d’ailleurs été im­pos­sible d’ar­ri­ver en haut de notre mon­tée, im­pos­sible avec et ce même en ti­rant des bords. Le Can­non­dale reste la meilleure op­tion pour des­cendre, mais pas for­cé­ment pour mon­ter.

Le roi de la des­cente, c’est lui ! On peut at­ta­quer en toute confiance avec un maxi­mum de sé­cu­ri­té

Le Can­non­dale nous a bluf­fés en des­cente. Il est à la fois sé­cu­ri­sant, in­vite à l’at­taque et il offre même un pe­tit cô­té « ra­cing ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.