Nou­veau­té Giant Full-E SX Pro

Ça bouge dans le vé­lo élec­trique ! Les construc­teurs bossent d’ar­rache-pied pour faire évo­luer leurs sys­tèmes d’as­sis­tance. Un jour c’est Bosch qui pro­pose le pro­cé­dé le plus per­for­mant, le len­de­main, c’est Ya­ma­ha. Reste l’in­con­nu du mo­teur Shi­na­no, mais

Bike (France) - - A Somm Aire -

Le pre­mier vé­lo Giant à as­sis­tance élec­trique a été conçu en 1999 et dé­jà, à l’époque, il était équi­pé d’un mo­teur Ya­ma­ha. De­puis, Giant a tou­jours tra­vaillé en étroite col­la­bo­ra­tion avec la firme ja­po­naise. Au­jourd’hui, les mo­teurs Ya­ma­ha qui équipent la gamme Giant sont spé­cia­le­ment adap­tés, mo­di­fiés et per­son­na­li­sés. Un fonc­tion­ne­ment im­pen­sable chez Bosch qui pro­pose ri­gou­reu­se­ment les mêmes sys­tèmes d’as­sis­tance à tous ses clients. Giant uti­lise sa propre bat­te­rie, sa propre fixa­tion de bat­te­rie, sa propre com­mande au gui­don, son propre écran… La fi­dé­li­té paye chez Ya­ma­ha : « Nous re­ce­vons dé­jà sys­té­ma­ti­que­ment les nou­veau­tés avant les autres marques, ex­plique Fabrice Lo­gier, le res­pon­sable du Mar­ke­ting chez Giant France. Ya­ma­ha offre éga­le­ment la pos­si­bi­li­té à nos in­gé­nieurs de tra­vailler di­rec­te­ment à la source pour le dé­ve­lop­pe­ment de pro­duits adap­tés à Giant. C’est un pri­vi­lège que l’on a grâce à cette re­la­tion par­ti­cu­lière liée à notre par­te­na­riat his­to­rique. C’est éga­le­ment lié à nos vo­lumes de pro­duc­tion bien su­pé­rieurs aux autres. Les car­ters de ce nou­veau mo­teur qui équipe notre Full-E sont des Ya­ma­ha que l’on pour­ra re­trou­ver chez nos concur­rents, mais la pro­gram­ma­tion in­terne de la car­to­gra­phie et de la roue libre qui reste une pièce maî­tresse sont des élé­ments Giant que l’on ne re­trou­ve­ra nulle part ailleurs. » C’est donc un mo­teur « tu­né » que re­çoit la nou­velle gamme Full-E de chez Giant, pen­sée pour une pra­tique en­ga­gée. Le Ya­ma­ha PW-X ain­si pré­pa­ré par Giant

Le mo­teur SyncD­rive Pro est une ver­sion « tu­née » du Ya­ma­ha PW-X

porte l’ap­pel­la­tion SyncD­rive Pro, son but, se­lon Fabrice : « Pro­po­ser un nou­veau ni­veau de VT­TAE chez Giant avec des per­for­mances re­vues à la hausse par rap­port au SyncD­rive Sport jus­qu’alors uti­li­sé sur les Full E. »

Ya­ma­ha au ser­vice de Giant

Le SyncD­rive Pro dis­pose dé­sor­mais de cinq modes d’as­sis­tances ( Eco, Tour, Ac­tive, Sport, Po­wer) alors que l’an­cienne ver­sion n’en avait que trois (Eco, Nor­mal et Sport). Le point fort du mo­teur Ya­ma­ha by Giant par rap­port à la concur­rence reste d’of­frir plus de couple. Le mo­dèle dé­ve­lop­pé spé­ci­fi­que­ment pour ce Full E re­ven­dique 80 Nm de couple max comme sur l’an­cienne ver­sion. Le PW-X « de base », dé­ve­loppe 70 Nm et 80 Nm sur le seul mode « Ex­tra po­wer ». Ce qui change aus­si, c’est le ni­veau d’as­sis­tance re­vu à la hausse sur les dif­fé­rents modes et la fré­quence de pé­da­lage sur la­quelle la puis­sance maxi­male est délivrée. Les pu­ristes adeptes du « mou­li­nage » ne s’y re­trou­vaient pas for­cé­ment avec ce mo­teur Ya­ma­ha qui dé­li­vrait son ren­de­ment max sur une fré­quence de pé­da­lage plu­tôt lente ( 100 tours par mi­nute). Cette der­nière a été aug­men­tée. Vous pou­vez dé­sor­mais faire tour­ner les jambes à 110 rpm sur les modes Eco et Tour et à 120 rpm sur les trois autres tout en pro­fi­tant de l’as­sis­tance max. Le mode Eco offre sur la ver­sion PW de sé­rie 50 % d’as­sis­tance. Cette don­née passe à 100 %* sur le SyncD­rive Pro. La puis­sance max du PW est de 320 %, alors que le mode Po­wer du SyncD­rive Pro dé­livre 360 % de la puis­sance de son uti­li­sa­teur. Le pa­ra­mé­trage du kit d’as­sis­tance à la marche a éga­le­ment été amé­lio­ré. L’an­cien s’ar­rê­tait à 3 km/h, le nou­veau va jus­qu’à 6 km/h. Ce kit pié­ton est éta­lon­né à 6 km/h sur les pi­gnons du haut, ce qui n’oblige plus à re­des­cendre les vi­tesses pour avoir la bonne as­sis­tance. Un cap­teur de couple, un de vi­tesse et un de ro­ta­tion du mo­teur et des pé­dales per­mettent de don­ner un maxi­mum d’in­for­ma­tions au mo­teur pour que ce der­nier pro­duise une as­sis­tance adap­tée aux condi­tions. La vi­tesse pour­rait être ren­sei­gnée par un sys­tème GPS, mais ce

pro­cé­dé se­rait pour le mo­ment trop gour­mand en éner­gie. Mais à l’ave­nir, cette tech­no­lo­gie se­ra sans doute uti­li­sée. L’in­té­gra­tion des bat­te­ries, des écrans, des com­mandes au gui­don se­ra éga­le­ment une piste dé­ve­lop­pée par la suite, tout comme une connexion de plus en plus im­por­tante via un smart­phone entre le vé­lo et son pi­lote.

En piste

Nous avons tes­té ce Giant sur le même par­cours que les autres mo­dèles du com­pa­ra­tif en­du­ro, p. 34. Le poste de pi­lo­tage est ty­pé « en­du­ro/ des­cente » avec un gui­don très large. Un bon moyen d’of­frir de la sta­bi­li­té et de l’as­su­rance dans la pente, mais il faut être at­ten­tif aux tra­jec­toires lors­qu’il s’agit de se fau­fi­ler entre les arbres. La course de la tige de selle n’est que de 100 mm. Ce qui oblige les grands ga­ba­rits à ré­gler l’en­semble as­sez haut. Et du coup, en po­si­tion basse la selle reste en­core as­sez haute. Les poi­gnées de gui­don sont hy­per agréables, les dif­fé­rentes com­mandes au gui­don par­fai­te­ment er­go­no­miques, fonc­tion­nelles et bien des­si­nées. Le ta­bleau de bord est éga­le­ment réus­si en étant à la fois dis­cret, mo­derne et li­sible. Les pre­miers mètres né­go­ciés sur la route laissent tout de suite en­tre­voir des ca­rac­té­ris­tiques d’as­sis­tance par­ti­cu­lières. Le couple est in­croyable sur tous les modes. Même si la fré­quence de pé­da­lage à la­quelle on re­çoit le maxi­mum d’as­sis­tance a été re­vue à la hausse sur cette nou­velle ver­sion de mo­teur Ya­ma­ha, elle reste en des­sous de celle du Bosch. Il faut donc un pe­tit temps d’adap­ta­tion pour l’in­té­grer. En mode Po­wer, la puis­sance en bas est vrai­ment in­édite. Le vé­lo vous pro­pulse fort avec un mi­ni­mum d’ap­puis sur les pé­dales. En re­vanche, on a l’im­pres­sion que l’en­semble offre un peu moins d’al­longe que le Bosch et il faut pous­ser un poil plus pour at­teindre 25 km/h sur cette route as­cen­dante. On at­taque le sen­tier avec un en­semble de vi­rages en dé­vers. Le châs­sis se dé­marque tout de suite. Les roues sont col­lées au sol, le grip est par­fait et l’en­semble très stable. On res­sent éga­le­ment la puis­sance et l’ef­fi­ca­ci­té des freins Guide en 200 mm

En mode Po­wer, la puis­sance en bas est vrai­ment in­édite

à l’avant comme à l’ar­rière. On re­prend une mon­tée éga­le­ment en dé­vers sur un sol fuyant et là en­core, le Full-E fait des mi­racles. Il grimpe avec une fa­ci­li­té dé­con­cer­tante et avec un mi­ni­mum d’ef­fort sur les pé­dales en mode Po­wer. La suite est plus raide, on doit pous­ser. L’oc­ca­sion de tes­ter le mode « pié­ton ». Et ça marche ! L’as­sis­tance est réelle, le vé­lo monte sans ef­fort… jus­qu’à ce que l’on ren­contre une zone très glis­sante où la roue ar­rière pa­tine. Pas évident de faire pas­ser la puis­sance au sol lorsque l’on est à cô­té du vé­lo. Il faut prendre le coup en ap­puyant si­mul­ta­né­ment sur le bou­ton de la com­mande au gui­don et en même temps sur la selle. La suite est ra­pide. Et là en­core, c’est un ré­gal. On est bien avec ce gui­don large. Le châs­sis ne bronche pas. On se lâche en toute sé­cu­ri­té. On ar­rive à un gué. Pour pas­ser, il faut ar­ri­ver à prendre un maxi­mum de vi­tesse sur deux mètres. Et là, on ap­pré­cie le temps de ré­ac­tion éclair au coup de pé­dale que per­met le nou­vel em­brayage. De l’autre cô­té du tor­rent, le che­min est bien plus es­car­pé sur des ra­cines, des cas­sures, des pierres hu­mides, bref il faut pi­lo­ter et être fin. La mo­tri­ci­té est ex­cel­lente, la ca­pa­ci­té à se fau­fi­ler un peu moins bonne. Il faut gé­rer les traces avec ce gui­don un peu

large et ce châs­sis hy­per stable, n’est du coup pas des plus vé­loce. On chi­pote un peu parce qu’au fi­nal, on est pas­sé par­tout sans po­ser un pied. La re­mon­tée sui­vante est né­go­ciée en mode Eco. Et c’est bluf­fant. On monte à 12 km/ h une pente re­la­ti­ve­ment raide sur le couple de ce mo­teur fan­tas­tique et fi­na­le­ment sans trop avoir à pous­ser sur les pé­dales. Ce mode Eco est in­con­tes­ta­ble­ment le plus per­for­mant de tous les VT­TAE que j’ai eu l’oc­ca­sion d’es­sayer pour le mo­ment. On re­prend de la vi­tesse avant d’ar­ri­ver sur une grosse cas­sure et là en­core, le Giant en­caisse à mer­veille. On re­monte en­core sur la route. L’oc­ca­sion de tes­ter les autres modes. Plus l’on se rap­proche du Po­wer et plus c’est puis­sant évi­dem­ment, mais en fait le mode Eco est tel­le­ment per­for­mant que l’on évo­lue en réa­li­té soit en Eco soit en Po­wer. Les in­ter­mé­diaires sont presque du bo­nus. On ar­rive en­fin au test de la mon­tée im­pos­sible. Une grim­pette dans un champ bien raide sur la fin avec un grip de fo­lie. Et là, le mo­teur Giant est in­croyable. Alors qu’il faut gé­né­ra­le­ment pous­ser pas mal sur les pé­dales en mode « Tur­bo » avec un Bosch, là, ça monte sur le couple en mode Po­wer tout droit dans le pen­tu en ne for­çant presque pas.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.