Pi­lo­tage Les mon­tées dé­li­cates

C’est prin­ci­pa­le­ment pour mon­ter plus fa­ci­le­ment que l’on s’oriente vers le choix du vé­lo élec­trique. Avec ces pré­cieux conseils de Ni­co­las Vouilloz, vous al­lez ti­rer pro­fit à 110 % des ca­pa­ci­tés de votre E-Bike dans les côtes dé­li­cates…

Bike (France) - - A Somm Aire -

Avant

Il faut choi­sir la ligne qui pa­raît la plus simple. Comme sur un vé­lo mus­cu­laire, il faut ar­ri­ver sur le bon rap­port, mais aus­si, sur le bon mode d’as­sis­tance. En fonc­tion du de­gré d’in­cli­nai­son et de l’adhé­rence, on ne choi­si­ra pas for­cé­ment l’op­tion qui offre le plus de watts. Le mode qui offre le meilleur com­pro­mis de puis­sance et de fa­ci­li­té d’uti­li­sa­tion reste le « sport » . Avec, on peut mon­ter un peu par­tout en sou­plesse. Le mode « tour » est doux et pro­gres­sif, il est sym­pa quand c’est tech­nique, mais il manque un peu de puis­sance quand c’est très raide. Le « tur­bo » offre vrai­ment beau­coup d’as­sis­tance, il n’y a pas be­soin d’ap­puyer fort pour que ça avance, mais quand c’est tech­nique, il peut y avoir des pertes d’adhé­rence et gar­der sa tra­jec­toire peut être com­pli­qué. Il faut éga­le­ment bien gé­rer sa fré­quence de pé­da­lage, sa­chant qu’en fonc­tion des mo­teurs, l’as­sis­tance maxi­male est délivrée à une ca­dence pré­cise. Si c’est raide, long et que l’on sait qu’il se­ra dif­fi­cile de chan­ger de vi­tesse dans la mon­tée, on peut choi­sir d’ar­ri­ver avec une fré­quence très éle­vée en par­tant du prin­cipe qu’elle va bais­ser au fur et à me­sure que l’on va évo­luer dans la mon­tée et que l’on au­ra la bonne à l’en­droit où l’on au­ra le plus be­soin d’as­sis­tance. On peut tou­jours chan­ger de vi­tesse en mon­tée, mais avec beau­coup de pré­cau­tion (en re­lâ­chant pas mal la pres­sion sur les pé­dales). Les trans­mis­sions souffrent pas mal sur un VAE.

Pen­dant

Si l’on choi­sit l’op­tion d’ar­ri­ver vite pour pas­ser sur l’élan, il faut être cer­tain de pas­ser pour ne pas se re­trou­ver avec un gros bra­quet coin­cé au mi­lieu de l’obs­tacle. En ce qui concerne la po­si­tion, l’idée est vrai­ment de trou­ver le bon com­pro­mis au ni­veau de la ré­par­ti­tion du corps sur le vé­lo dans l’obs­tacle pour ne pas ca­brer, mais aus­si pour avoir une trac­tion op­ti­male. On va être de toute fa­çon plu­tôt pen­ché sur l’avant avec la selle un peu bais­sée ( cf.les­con­seils­du pro). La ges­tion de l’équi­libre et la ré­par­ti­tion des masses vont être très im­por­tantes dans les pas­sages les plus dé­li­cats. Trop en avant, on risque de pa­ti­ner et trop en ar­rière, de ca­brer. On re­trouve les mêmes lo­giques que sur un vé­lo nor­mal, mais l’as­sis­tance va ac­cen­tuer les ré­ac­tions. Il va aus­si fal­loir gé­rer au mieux la ré­par­ti­tion des masses la­té­ra­le­ment. On peut ain­si être ame­né à écar­ter les ge­noux quand c’est né­ces­saire pour gar­der le cap et res­ter sur la meilleure ligne. On peut aus­si ré­duire sa fré­quence de pé­da­lage pour adap­ter sa vi­tesse à d’éven­tuels obs­tacles sur la tra­jec­toire. Si c’est lisse et droit, on va s’ef­for­cer de gar­der la fré­quence de pé­da­lage op­ti­male et de la vi­tesse tout du long. On se­ra d’au­tant plus ef­fi­cace que l’on connaît par­fai­te­ment son ma­té­riel et les ré­ac­tions de son mo­teur. On va comme sur un vé­lo mus­cu­laire s’ef­for­cer d’avoir un pé­da­lage rond, c’est-à-dire pous­ser et ti­rer si­mul­ta­né­ment sur les pé­dales.

Après

On va pro­fi­ter du mode d’as­sis­tance éle­vé qui nous a ser­vis dans la mon­tée pour re­prendre ra­pi­de­ment de la vi­tesse sur les pre­miers mètres de plat. On va vite tom­ber les vi­tesses parce que ça re­de­vient plus plat, si l’on était en train de for­cer sur les pé­dales, le mo­teur va don­ner un pe­tit coup de boost sur le plat et nous faire ac­cé­lé­rer. On va aus­si re­par­tir dans une lo­gique de ges­tion de l’au­to­no­mie en re­des­cen­dant en mode « tour », voire en mode « eco » . Mais hor­mis avec une trans­mis­sion spé­ci­fique comme la Sram EX1 qui lorsque l’on des­cend une vi­tesse pro­cure le même ef­fet que si l’on en tom­bait 2, il faut, avec un groupe clas­sique, re­des­cendre à ce mo­ment-là les rap­ports à la vo­lée. On va aus­si le­ver la tête pour voir plus vite si un nou­vel obs­tacle nous at­tend et éga­le­ment adap­ter la hau­teur de la selle. Si ça des­cend, on va la des­cendre en­core plus, si c’est plat, on va la re­mon­ter.

Pour de nom­breux cas de fi­gure, le mode « sport » se­ra à pri­vi­lé­gier

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.