Ro­cky Moun­tain Al­ti­tude Po­wer­play ......

Ro­cky Moun­tain Al­ti­tude Po­wer Play

Bike (France) - - A Somm Aire -

Nous l’at­ten­dions tous de­puis bien­tôt un an, et il faut bien avouer que la pré­sen­ta­tion en ca­ti­mi­ni, lors du der­nier sa­lon Eu­ro­bike, de ce pre­mier Ro­cky Moun­tain élec­trique a lan­cé un pa­vé dans la mare des VTTAE, en s’im­po­sant comme la nou­velle ré­fé­rence. La concur­rence risque de rire jaune.

En fait, très peu nom­breuses étaient les per­sonnes à avoir eu la chance de contem­pler la bête lors du sa­lon al­le­mand, et à part pour quelques dé­taillants, la bête avait été mise au se­cret, fai­sant ain­si ger­mer bien des fan­tasmes dans la tête des spé­cia­listes. Aus­si, c’est avec beau­coup d’ex­ci­ta­tion que nous avons dé­cou­vert cet Al­ti­tude élec­trique, presque un an plus tard, dans la sta­tion de Val­berg, avec ni plus ni moins que le pi­lote em­blé­ma­tique de la marque, Wade Si­mons him­self, en guise de guest-star. Mais en at­ten­dant l’heure de la « ride ses­sion » dans les terres noires du Mer­can­tour, place à la pré­sen­ta­tion de ce nou­veau jouet, tout juste dé­bal­lé de son écrin.

No­va­teur

En pre­mier lieu, chez Ro­cky Moun­tain on a donc dé­ci­dé de sor­tir des sen­tiers bat­tus en ne s’ap­puyant pas sur les mo­to­ri­sa­tions dé­jà exis­tantes qui se par­tagent le gros du mar­ché du VTTAE. Exit donc les mo­teurs Bosch, Ya­ma­ha, Brose ou en­core le der­nier bloc Shi­ma­no, pour se tour­ner vers un groupe pro­pul­seur dé­jà pro­duit au ca­ta­logue de la so­cié­té Pro­cycle, à la­quelle ap­par­tient la marque à la feuille d’érable. Et aus­si éton­nant que ce­la puisse pa­raître, le mo­teur de l’Al­ti­tude Po­wer Play est di­rec­te­ment dé­ri­vé de la gamme ur­baine des vé­los Evox, éga­le­ment au ca­ta­logue Pro­cycles. Mais c’est en­suite en s’ap­puyant consi­dé­ra­ble­ment sur le ca­hier des

To­ta­le­ment no­va­teur, l’Al­ti­tude Po­wer Play jette un vé­ri­table pa­vé dans la mare des VTTAE.

charges four­ni par la branche fran­çaise, à sa­voir le dy­na­mique dis­tri­bu­teur Tribe Sport Group, que les Ca­na­diens ont en­suite af­fi­né le fonc­tion­ne­ment du mo­teur afin de ré­pondre aux at­tentes des pra­ti­quants de VTTAE. Et la « pe­tite ré­vo­lu­tion » tient cer­tai­ne­ment beau­coup en ce mo­teur, su­per com­pact avec sa bat­te­rie to­ta­le­ment in­té­grée dans le tube dia­go­nal. Ter­mi­né donc, la grosse bat­te­rie po­sée sur le porte- bi­don ou juste par­tiel­le­ment in­té­grée. Ici, toutes les masses sont re­cen­trées au maxi­mum sur une pe­tite pé­ri­phé­rie, elle- même ju­di­cieu­se­ment pla­cée au­tour du pé­da­lier. Et pour conti­nuer dans l’as­pect no­va­teur du bike, l’Al­ti­tude Po­wer Play dis­pose d’un pé­da­lier in­dé­pen­dant du mo­teur, et fixé sur un boî­tier clas­sique, de type Press-Fit. L’avan­tage de cette so­lu­tion, en plus de gé­rer et de maî­tri­ser, de Aà Z, les pro­blèmes d’in­gé­nie­rie et de SAV éven­tuels, est prin­ci­pa­le­ment de pou­voir conce­voir le vé­lo « d’un seul bloc », sans avoir dans le ca­hier des charges les contraintes des sup­ports mo­teur, et ain­si pou­voir tra­vailler la géo­mé­trie et le cen­trage des masses du vé­lo au maxi­mum de l’op­ti­mi­sa­tion. Et en réus­sis­sant la ga­geure de nous pro­po­ser un vé­lo do­té d’une géo­mé­trie ul­tra-mo­derne, aux cotes iden­tiques à celles du der­nier Al­ti­tude « mus­cu­laire », il faut bien avouer que les in­gé­nieurs ca­na­diens ont vé­ri­ta­ble­ment réus­si leur pa­ri. Et en trans­po­sant les deux mo­dèles de vé­lo l’un sur l’autre, on dé­note juste un bon em­bon­point du Po­wer Play face au VTT clas­sique*, mais les di­men­sions, les dif­fé­rents points de pi­vot et les angles res­tent iden­tiques. Ain­si donc, nous al­lons vite nous rendre compte que la concep­tion de l’en­semble du vé­lo au­tour de son bloc-mo­teur a per­mis au ser­vice R&D de pla­cer ses points de pi­vot aux en­droits les plus ef­fi­caces sans avoir à se sou­cier d’un quel­conque sup­port de cadre et ain­si pro­po­ser un VTTAE très proche d’un VTT. Mais re­ve­nons un ins­tant sur cet in­gé­nieux mo­teur dont le pi­gnon de sor­tie est donc dé­so­li­da­ri­sé de l’axe du pé­da­lier, à la grande dif­fé­rence de toutes les autres

POIDS PRIX STA­BI­LI­TÉ MA­NIA­BI­LI­TÉ CONFORT PRÉ­SEN­TA­TION FREI­NAGE REN­DE­MENT MO­TRI­CI­TÉ SUSPENSIONS MO­TEUR 1. Bat­te­rie : Lo­gée in­té­gra­le­ment dans le tube dia­go­nal, la bat­te­rie n’est pas dé­mon­table sans re­ti­rer le mo­teur, mais elle se charge très vite. 2. Port USB : Bien ca­ché sous la po­tence, la connec­tique USB per­met­tant de bran­cher dif­fé­rents ac­ces­soires tels que smart­phone ou GPS. 3. Com­mande : Un peu gros­sière et ex­po­sée, la com­mande offre le mi­ni­mum vi­tal au fonc­tion­ne­ment du mo­teur, mais mé­ri­te­rait quelques évo­lu­tions er­go­no­miques. 4. Mo­teur : Sans son cache la­té­ral, le mo­teur Po­wer Play nous dé­voile ses en­trailles, avec son pi­gnon de sor­tie in­dé­pen­dant du pé­da­lier, et le cap­teur de ten­sion mon­té sur le bras cour­bé. 5. Fourche : A l’avant, la fourche 36 Float, et ses 160 mm de dé­bat­te­ment, re­çoit un set­ting spé­cial « élec­trique ap­prou­ved », en at­ten­dant une sé­rie spé­ci­fique. Al­ti­tude Po­wer Play Carbon 70 - 6 999 € - 21,6 kg (don­nées construc­teur) Mo­teur Po­wer Play Drive 250 W/48 V Bat­te­rie li­thium-ion 500 ou 632 Wh Cadre car­bone Smoot­wall/alu Form, déb. : 150 mm Fourche Fox 36 Float Evol Per­for­mance Se­ries, déb. : 160 mm Amor­tis­seur Fox Float DPS Evol Per­for­mance Se­ries Jeu de di­rec­tion FSA Or­bit NO.57 Po­tence/gui­don Ro­cky Moun­tain/Race Face Ches­ter Tige de selle/selle Fox Trans­fer Per­for­mance Elite/WTB Sil­ve­ra­do Race Com­mande Sram EX1 Dé­railleurs AR Sram EX1 Pé­da­lier Race Face Tur­bine Cinch 34 dts Cas­sette Sram XG-899 – 11/48 dts Freins Sram Guide RE 200 mm Moyeux AV/AR/jantes Ro­cky Moun­tain/DT Swiss 350/SunRin­glé Du­roc 40 Pneus Maxxis Mi­nion DHF 27,5 X 2,5 Tailles S au XL Contact www.tri­be­sport­group.com

marques. Ici, le cap­teur de couple qui per­met de do­ser l’as­sis­tance au pé­da­lage se fait en fonc­tion de la ten­sion de la chaîne exer­cée sur un cap­teur, lui-même mon­té sur un pe­tit bras. Quant à la bat­te­rie, dis­po­nible en ver­sion 500 ou 632 Wh, si l’on peut lui re­pro­cher de n’être pas amo­vible, sans « tom­ber » le mo­teur, ce qui im­pose donc son char­ge­ment en di­rect sur le vé­lo, ce­la per­met d’of­frir au Ro­cky des lignes très proches d’un VTT clas­sique, mais aus­si de per­mettre un lé­ger gain de poids. En com­pen­sa­tion, le temps de charge de 80% de la bat­te­rie se fait très ra­pi­de­ment, en deux heures, au­tant dire le temps d’une pose dé­jeu­ner. En re­vanche, il fau­dra re­pas­ser pour les épreuves longues dis­tances qui né­ces­sitent un échange de bat­te­rie. Au ni­veau de la console de com­mande, on a vé­ri­ta­ble­ment fait très simple chez Ro­cky, avec un unique com­mo­do sans écran, au gui­don certes très dis­gra­cieux mais as­sez fonc­tion­nel, avec un bou­ton de mise en marche et deux autres pour la sé­lec­tion, entre les trois modes d’as­sis­tance, l’un d’eux fai­sant éga­le­ment office d’aide à la marche. Quatre voyants lu­mi­neux in­diquent la charge de la bat­te­rie alors que trois autres pré­cisent le mode d’as­sis­tance. Simple et ef­fi­cace, sur­tout qu’il est pos­sible de les per­son­na­li­ser via une ap­pli­ca­tion sur smart­phone afin de ré­col­ter de nom­breuses autres don­nées, col­lec­tées et connec­tées. De même, un port USB, sous la po­tence, per­met de bran­cher dif­fé­rents ap­pa­reils tels un té­lé­phone ou un GPS.

Al­ti­tude spi­rit

En termes de concep­tion « mé­ca­nique », on re­trouve dans la gamme Po­wer Play trois ver­sions du vé­lo, toutes avec des tri­angles avant en car­bone Smoo­th­wall, mais avec uni­que­ment le mo­dèle haut de gamme Carbon 90 « full car­bone », les deux autres ver­sions s’équi­pant d’un triangle ar­rière en aluminium. Tous sont do­tés de la ci­né­ma­tique Smooth­link et d’un dé­bat­te­ment de 150 mm, avec une fourche en 160, le tout mon­té sur des roues en 27,5’’, mais équi­pées de pneus en grosse sec­tion de 2,5’’, « le meilleur com­pro­mis en élec­trique » se­lon les gens de la marque. On re­trouve éga­le­ment sur les vé­los le dis­po­si­tif de ré­glage de ci­né­ma­tique va­riable, Ride 9, qui per­met « d’ou­vrir ou fer­mer » le vé­lo, mais aus­si un pé­da­lier clas­sique en mo­no-pla­teau, avec une trans­mis­sion Sram EX1 « élec­trique » à huit pi­gnons. Au fi­nal, un VTT d’enduro vé­ri­ta­ble­ment pen­sé pour l’élec­trique, à moins que ce ne soit l’in­verse, et il faut bien avouer que ce­la éma­nant d’une marque aus­si sym­pa­thique, loin d’être l’un « di­no­saure » du cycle, nous fait dou­ble­ment plai­sir. Ro­cky Moun­tain vient vé­ri­ta­ble­ment de dé­gai­ner, c’est do­ré­na­vant aux autres de ré­agir. Suc­cès en pers­pec­tive.

Sur le ter­rain

Tes­té sur les pistes et les pentes de l’ar­rière-pays ni­çois, le nou­veau Ro­cky Moun­tain Al­ti­tude Po­wer Play, dans sa ver­sion Carbon 70, a net­te­ment pu y dé­li­vrer toute son ef­fi­ca­ci­té, à com­men­cer par ses ap­ti­tudes en­du­ris­tiques dues à sa géo­mé­trie iden­tique à l’Al­ti­tude clas­sique*. Et il est vrai qu’à pre­mière vue, sans bat­te­rie ap­pa­rente, un oeil non

Un mo­teur au couple très ex­ploi­table et une géo­mé­trie d’enduro. Il est taillé pour l’at­taque et le fran­chis­se­ment.

avi­sé au­ra du mal à faire la dif­fé­rence avec un vé­lo nor­mal, tant ce Ro­cky est af­fi­né au maxi­mum. Seul pe­tit dé­tail, sur cette ver­sion « all-black » la « boîte » ren­fer­mant le mo­teur peut faire un peu gros­sière et au­rait mé­ri­té une pe­tite dé­co afin d’en al­lé­ger ses lignes. A no­ter que le vé­lo re­çoit lo­gi­que­ment un sup­port pour porte-bi­don, mais que se­lon la taille (ici un M), le bi­don touche lé­gè­re­ment la mo­lette de l’amor­tis­seur.

Contact

Pour mettre en route le vé­lo, rien de plus simple avec une pres­sion sur la com­mande dé­por­tée, mais on ne s’avi­se­ra pas de mettre les pieds sur les pé­dales, afin que le mo­teur s’ini­tia­lise. Car en cas de pres­sion sur les ma­ni­velles, le sys­tème se met au­to­ma­ti­que­ment en dé­faut, ce qui né­ces­site de cou­per le contact et de re­com­men­cer. En re­vanche, il faut bien avouer qu’en plus d’être in­es­thé­tique et as­sez ex­po­sée, la com­mande ne ral­lie pas tous les suf­frages, avec des voyants peu vi­sibles en cas de forte lu­mière, mais aus­si des touches sans re­lief, par­fois trop proches du coupe-contact. En re­vanche, nous avons par­ti­cu­liè­re­ment ap­pré­cié le cô­té mi­ni­ma­liste de la chose, avec juste ce qu’il faut d’in­di­ca­tions, à sa­voir la charge de la bat­te­rie et le mode en­ga­gé. Ne reste plus qu’à faire l’es­sen­tiel : « al­ler rou­ler ». En of­frant 40% de puis­sance en mode « éco », l60 en mode « mé­dium » et 100% en mode tur­bo, l’Al­ti­tude Po­wer Play ré­pond par­fai­te­ment aux de­mandes de la dis­ci­pline, avec un couple mo­teur qui four­nit de l’as­sis­tance sur toutes les

plages de ré­gime. On ap­pré­cie­ra, au pas­sage, l’ai­mant fixé dans le disque de frein ar­rière, évi­tant ain­si tous les pro­blèmes de ro­ta­tion ren­con­trés lors­qu’il est fixé sur un rayon. Très agréable et juste per­tur­bé par le bruit des rou­lettes de ten­sion de chaîne, le mo­teur Ro­cky s’ex­prime par­fai­te­ment dès lors que l’on fait « tour­ner » les jambes, plu­tôt en mode « mou­li­nette » que « bour­rin » à em­me­ner du bra­quet, sans quoi quelques pe­tites cou­pures peuvent se faire sen­tir. Mais une fois as­si­mi­lé ce mode de pé­da­lage, tout en ron­deur et en dou­ceur, l’as­sis­tance joue son rôle, sans ja­mais don­ner d’àcoup, re­pre­nant par­fai­te­ment dès les plus bas ré­gimes. Au­tant dire que les par­ties de fran­chis­se­ment s’avèrent, dès lors, un pur ré­gal avec un vé­lo qui n’en fi­nit ja­mais de trac­ter et de grim­per, et dont les seules li­mites se­ront les vôtres. Et au­tant vous avouer qu’en mode « pleine puis­sance », il vous fau­dra être sur le qui­vive afin d’évi­ter que le vé­lo ne grimpe aux arbres.

Enduro

Dès lors que l’on passe en confi­gu­ra­tion « des­cente », quel bon­heur de bé­né­fi­cier d’une géo­mé­trie stable et ré­ac­tive, prête à en­cais­ser tous les obs­tacles et à jum­per sur le moindre ro­cher, lais­sant les 150 mm de dé­bat­te­ment faire leur tra­vail de ré­cep­tion. Et si, pour l’oc­ca­sion, nous n’avons pas man­qué de ma­ni­pu­ler le sys­tème Ride 9 afin d’of­frir plus d’angle à l’avant du vé­lo, sa­chez que même sans ce­la, cet Al­ti­tude élec­trique reste col­lé au par­quet, sans être pris en dé­faut. Au fi­nal, on ne se trompe cer­tai­ne­ment pas en di­sant que Ro­cky Moun­tain vient de dé­li­vrer le meilleur VTT d’enduro élec­trique du mar­ché, mais jus­te­ment confi­né à cette pra­tique, avec une bat­te­rie non dé­mon­table, donc in­ter­chan­geable en course mais qui n’em­pêche pas pour au­tant une bonne sor­tie d’en­vi­ron 60 ki­lo­mètres. En tout cas, chez E-Bike, nous avons été conquis.

Ça res­semble à un VTT d’enduro, ça se pi­lote comme un VTT d’enduro, et pour­tant, cet Al­ti­tude Po­wer Play est bel et bien un VTTAE !

. Géo­mé­trie enduro . Couple mo­teur

à tous les étages . Com­mande

simple . Es­thé­tique . Suspensions

. Bat­te­rie non dé­mon­table . Com­mande « cheap » Der­rière des lignes très fluides et dis­crètes, l’Al­ti­tude Po­wer Play res­semble à s’y mé­prendre à un VTT clas­sique, hor­mis le boî­tier mo­teur…

Avec un mo­teur qui re­prend à tous les ré­gimes, le Ro­cky Moun­tain offre un maxi­mum de couple pour en­core plus d’ex­cen­tri­ci­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.