Xa­vier Ma­ro­vel­li ..................

Pour une pre­mière, Xa­vier n’a pas fait dans la fa­ci­li­té en choi­sis­sant de s’ali­gner sur la e-Trans­vé­su­bienne. Sans ja­mais avoir par­ti­ci­pé à l’épreuve pré­cé­dem­ment en mus­cu­laire, le pi­lote Hai­bike, alors sous contrat avec KTM, connaît pour­tant chaque caill

Bike (France) - - A Somm Aire -

«Je n’ai pas com­men­cé par le plus fa­cile en choi­sis­sant la e-Trans­vé­su­bienne ! Je rou­lais à l’époque pour KTM en enduro et ils m’ont pro­po­sé cette course. J’ha­bite Le­vens et cette épreuve est my­thique chez nous. J’ai re­çu le vé­lo élec­trique le mer­cre­di avant la course ! Je suis par­ti avec deux bat­te­ries puis­qu’un chan­ge­ment était au­to­ri­sé au ra­vi­to mais je ne sa­vais pas du tout où je met­tais les pieds en termes d’au­to­no­mie, ni pour le reste d’ailleurs ! J’avais mon­té mon poste de pi­lo­tage avec une po­tence courte et un cintre plus large, vrai­ment ty­pé enduro. J’avais fait ce choix car on m’avait ex­pli­qué qu’en élec­trique, ce­la se ga­gnait au­tant en montée qu’en des­cente. J’avais fait un ré­glage de suspensions pour être bien sur l’ar­rière aus­si, his­toire de pou­voir at­ta­quer en des­cente. Je connais­sais bien l’épreuve, sans pour­tant y avoir ja­mais par­ti­ci­pé. J’ai sou­vent rou­lé sur les dif­fé­rents sec­teurs et quand j’étais tout pe­tit, je fai­sais le ra­vi­taille­ment à Le­vens. J’avais aus­si fait plu­sieurs fois l’as­sis­tance pour des amis qui avaient par­ti­ci­pé à l’épreuve. J’ai ef­fec­tué toute la pre­mière par­tie, jus­qu’au ra­vi­to, en mode Eco. Je suis ar­ri­vé là avec en­core plus de moi­tié de la bat­te­rie, j’avais beau­coup (trop) gé­ré mais j’étais quand même 8 ou 9e. Je sa­vais donc mieux com­ment op­ti­mi­ser l’uti­li­sa­tion de la bat­te­rie pour la se­conde par­tie mais je suis quand même tom­bé en panne en haut du Fé­rion. Ce ne fut fi­na­le­ment pas très grave puis­qu’il ne me res­tait que la des­cente pour al­ler jus­qu’au ra­vi­to et pou­voir chan­ger de bat­te­rie. Juste avant ma panne et le som­met, je me sou­viens avoir joué un pe­tit coup d’in­tox à Vincent Ju­liot en le dou­blant en mode Tur­bo et en lui di­sant que ma bat­te­rie était à bloc alors que lui était plu­tôt en train de gé­rer. J’ai sen­ti et consta­té que ça lui met­tait un pe­tit coup au mo­ral et j’en ai pro­fi­té pour bien creu­ser l’écart et as­su­rer ma troi­sième place ! Ce qui est drôle c’est que je ne connais­sais vrai­ment rien à l’élec­trique. Me dire que j’al­lais de­voir faire le par­cours de la Trans­vé en mode Eco ne me ras­su­rait pas plus que ça. Mes pre­mières sen­sa­tions, je les ai dé­cou­vertes donc juste après le dé­part. J’ai été agréa­ble­ment sur­pris, le vé­lo est plus lourd qu’un enduro mais le com­por­te­ment en est proche. Il n’y a que dans la gra­vette où l’on se fait un peu plus em­bar­quer. Là où il y a du grip, sur les ro­chers par exemple, le com­por­te­ment est vrai­ment si­mi­laire et j’ai pu pi­lo­ter comme j’en avais l’ha­bi­tude. En re­vanche, sur les mon­tées c’est un ré­gal ! Avec un peu de tech­nique, on peut même ga­gner du temps en pas­sant sur le vé­lo des pas­sages très com­pli­qués ! C’est une chose que j’ap­pré­cie vrai­ment dans la pra­tique en gé­né­ral, mon­tées ou des­centes, la sor­tie est tout le temps lu­dique. J’avais fait une pe­tite er­reur sur cette pre­mière épreuve en met­tant un pneu trop rou­lant à l’ar­rière, et il man­quait de grip. Pour­tant, c’est ce qui compte en élec­trique. Main­te­nant je le sais, tout comme je mets plus d’air dans la fourche et un peu plus de re­bond dans l’amor­tis­seur pour mieux sor­tir des trous. Le vé­lo est plus lourd, donc il faut contrer tous les ef­fets de masse. J’ai ter­mi­né ma sai­son d’enduro mais je sa­vais dé­jà que j’al­lais m’orien­ter à fond vers l’élec­trique, une dis­ci­pline d’ave­nir qui me plai­sait beau­coup. Dans le Sud, il y a de la pente mais pas de re­mon­tées mé­ca­niques. Pour s’en­traî­ner en DH, il faut d’abord mon­ter à la pé­dale. Ce n’est pas très fun et ce n’est pas ce qui me plaît le plus. Le E-Bike est vrai­ment top pour pro­fi­ter plei­ne­ment de toutes les si­tua­tions.

« Mes pre­mières sen­sa­tions en E-Bike, je les ai dé­cou­vertes juste après le dé­part. »

Alors pi­lote KTM, Xa­vier ré­col­tait une belle troi­sième place lors de sa pre­mière e-trans­vé­su­bienne ! Une per­for­mance qui en amé­ne­ra bien d’autres...

e-Trans­vé­su­bienne Alpes-Ma­ri­times (06)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.