Les marches en montée

Bike (France) - - Pilotage -

Avant

Le bra­quet est pri­mor­dial, il ne doit être ni trop grand, ni trop pe­tit. On va mettre un coup de pé­dale pour le­ver la roue avant, donc il est im­por­tant d’avoir un bra­quet bien adap­té. La vi­tesse d’ap­proche doit être constante et pas trop faible, entre 10 et 15 km/ h en­vi­ron. Le mode à uti­li­ser est le Sport. Au des­sus, ce se­ra trop violent et en des­sous un peu trop souple. La selle doit for­cé­ment être basse pour pou­voir se bais­ser avant le pas­sage. Le coup de pé­dales pour le­ver la roue doit être don­né en­vi­ron 1 m avant la marche, les fesses doivent être basses pour le­ver la roue et al­ler la po­ser sur le haut de marche. C’est à ce mo­ment qu’il faut se dé­tendre pour don­ner l’im­pul­sion, on se sert de l’ap­pui de la roue avant pour en­suite le­ver la roue ar­rière. Le vé­lo va pa­raître tout lé­ger, on peut ici ti­rer et tout bas­cu­ler vers l’avant. Même si l’ar­rière tape un peu dans la marche, pas de pro­blème, ça va pas­ser. Il est im­por­tant, au mo­ment où la roue avant est po­sée, d’être très ré­ac­tif pour bien don­ner l’im­pul­sion et se pro­je­ter vers l’avant, c’est le pas­sage le plus dé­li­cat.

Pen­dant

La roue avant est pas­sée, on se sert de son ap­pui pour se dé­tendre et don­ner toute son éner­gie pour pas­ser l’ar­rière. L’idéal est de ne pas faire ac­cro­cher trop la roue ar­rière et, pour ça, il faut être très ac­tif pen­dant l’im­pul­sion. Sur la photo, je suis à l’ap­plomb du vé­lo dé­jà, je me pré­pare à me pro­je­ter en­core plus vers l’avant. Il faut en­voyer la tête vers la roue avant. Il est im­por­tant de se pro­je­ter vers l’avant et pas vers le haut. Il faut y al­ler fran­che­ment, sans re­te­nue, comme si on vou­lait pas­ser par de­vant, de toutes fa­çons ce­la n’ar­ri­ve­ra pas ! L’idée en fait est de pro­je­ter l’éner­gie vers l’avant, c’est aus­si pour ce­la qu’il faut un mi­ni­mum de vi­tesse au dé­part.

Après

Même si la roue ar­rière n’est pas com­plé­te­ment en haut, comme c’est le cas sur la photo, pas de sou­cis, ce­la va pas­ser grâce à la re­prise du pé­da­lage, à l’iner­tie du vé­lo et à la vi­tesse. Le seul pro­blème que l’on peut ren­con­trer, c’est un pa­ti­nage de la roue ar­rière quand le caillou est mouillé. Si on est en équi­libre pré­caire, il faut un peu de self-contrôle pour for­cer mais juste ce qu’il faut, sans se mettre trop en avant, ce­la dé­les­te­rait trop la roue ar­rière. Idéa­le­ment, con­trai­re­ment à ce que l’on voit sur la photo, il faut que la roue ar­rière touche un peu plus haut. Bien sûr, il ne faut pas être trop sur l’ar­rière pour ne pas bas­cu­ler en bas de la marche.

« Po­ser la roue avant, se dé­tendre en don­nant 100% de son éner­gie, pas de sou­cis si l’ar­rière tape un peu. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.