De­vin­ci Spar­tan Car­bon GX Eagle

Bike (France) - - Test -

s’ar­ti­cu­lant au­tour de l’axe de roue. Cette confi­gu­ra­tion per­met de mi­ni­mi­ser consi­dé­ra­ble­ment les ef­fets de chaîne pa­ra­sites sur le pé­da­lage, ain­si que sur le frei­nage, tout en ap­por­tant une bonne sen­si­bi­li­té sur les pe­tits chocs. On re­trouve donc un ren­de­ment très ho­no­rable et une mo­tri­ci­té à toute épreuve. Et mal­gré son ga­ba­rit as­sez im­po­sant et son em­pat­te­ment fait pour des­cendre « à balle », on se sur­prend à es­ca­la­der les côtes les plus tech­niques avec ai­sance et fa­ci­li­té, avec une accroche phé­no­mé­nale de la roue ar­rière en toutes cir­cons­tances.

Passe-par­tout

En fait, on se rend très vite compte que, pour que ce bike s’ex­prime plei­ne­ment, il lui faut de la dif­fi­cul­té tech­nique, et peu im­porte le sens de la pente. Mais bien sûr, tant qu’à l’ex­ploi­ter à fond, c’est bien dans le « né­ga­tif » que l’on s’écla­te­ra au gui­don du Spar­tan, avec des sus­pen­sions à très grands dé­bat­te­ments, ul­tra-pro­gres­sives, qui ne de­mandent qu’à « ren­trer de­dans ». Ce­la, as­so­cié à sa géo­mé­trie « ra­cing », confère au vé­lo un ca­rac­tère par­ti­cu­liè­re­ment per­for­mant et ras­su­rant dans les des­centes. Par­fai­te­ment col­lé au sol, le De­vin­ci ne bouge pas d’un io­ta et ce se­ra à vous de le faire glis­ser tant il reste col­lé au sol. Par­fai­te­ment équi­li­bré, il per­met de se lan­cer sur les plus grosses dif­fi­cul­tés, avec une très grande ca­pa­ci­té d’en­cais­se­ment et de sta­bi­li­té. Ce bike passe vrai­ment par­tout, sans en­combre, mais si vous sou­hai­tez réel­le­ment l’ex­ploi­ter, il vous fau­dra un maxi­mum de vi­tesse. Pour l’oc­ca­sion, dans des singles très pen­tus et en épingles des Vosges, dès que le manque de vi­tesse se fai­sait res­sen­tir, le Spar­tan s’avé­rait plus dif­fi­cile à pi­lo­ter. Mais n’al­lez pas croire pour au­tant qu’il soit éli­tiste, bien au contraire, mais il fau­dra choi­sir entre des­cendre très tran­quille­ment les grosses marches ou alors at­ta­quer à bloc en res­tant dans le bon « ti­ming ». Entre les deux, ce ne se­ra pas le bon choix… Pen­sé pour être LE vé­lo de all-moun­tain po­ly­va­lent de la marque, au pro­fit du Troy (?), on se rend compte, mal­gré tout que la pra­tique « ca­na­dienne » de l’en­du­ro dif­fère lé­gè­re­ment de la nôtre en fa­vo­ri­sant plu­tôt les gros vé­los. Et si ce Spar­tan s’avère un vé­ri­table vé­lo de com­bat, aus­si à l’aise dans les single-tracks na­tu­rels que sur les bi­ke­parks mons­trueux, il se­ra plu­tôt des­ti­né aux ri­ders qui en­voient dé­jà la poudre, même s’il per­met­tra aus­si à un no­vice de pro­gres­ser ra­pi­de­ment en mi­lieu « hos­tile », à son gui­don. Et comme men­tion­né sans équi­voque sur le site de la marque, il est vé­ri­ta­ble­ment « conçu pour per­for­mer en terres étran­gères, comme fa­mi­lières, po­ly­va­lent par­tout, point barre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.