La­pierre Bike Fes­ti­val

La­pierre Bike Fes­ti­val 2018

Bike (France) - - Sommaire - Texte et pho­tos : Ch­ris Ca­prin

Pour sa deuxième édi­tion, le La­pierre Bike Fes­ti­val des Portes du Mer­can­tour a pas­sé la vi­tesse su­pé­rieure. Cet évé­ne­ment élec­trique où l’on peut cou­rir en en­du­ro, mais aus­si par­ti­ci­per à plu­sieurs ran­don­nées de dif­fé­rents ni­veaux, a su at­ti­rer cette an­née bon nombre d’ama­teurs. Une belle ré­com­pense pour Oli­vier Gior­da­nen­go et toute son équipe de bé­né­voles.

Après avoir or­ga­ni­sé le pro­logue d’une Trans­vé­su­bienne en 2004, puis l’en­du­ro des Portes du Mer­can­tour, des coupes de France et, en­fin, une étape des En­du­ro World Se­ries en 2016, Oli­vier Gior­da­nen­go et son équipe de bé­né­voles se consacrent dé­sor­mais au bon dé­rou­le­ment du La­pierre Bike Fes­ti­val, tou­jours sur les com­munes de Val­berg, Beuil et Guillaumes. Une belle ma­nière de pour­suivre l’or­ga­ni­sa­tion du fa­meux Tro­phée Gior­da­nen­go – qui per­met à la fa­mille de se re­trou­ver et de rendre hom­mage à cer­tains de ses membres trop tôt dis­pa­rus – sur une vé­ri­table terre de VTT aux mul­tiples fa­cettes. En ef­fet, de­puis la fin des an­nées 80, les Alpes-Ma­ri­times ont tou­jours été le ber­ceau du moun­tain bike fran­çais et des pion­niers comme George Ed­wards, puis des cham­pions de la trempe de Ni­co­las Vouilloz, Fa­bien Ba­rel, Ka­rim Amour, les Bru­ni père

“Le do­maine des Portes du Mer­can­tour : un ter­rain de jeu su­blime élec­trique.” pour tous les ama­teurs de VTT à as­sis­tance

et fils ou en­core Lo­ris Ver­gier ont contri­bué à don­ner leurs lettres de no­blesse à des dis­ci­plines nais­santes ou in­exis­tantes à l’époque, comme la des­cente, le XC ma­ra­thon et l’en­du­ro. Plus ré­cem­ment, grâce à sa pas­sion et sa dé­ter­mi­na­tion au sein du ma­ga­sin La Roue Libre qu’il a re­pris à Nice il y a une di­zaine d’an­nées, Oli­vier Gior­da­nen­go a réus­si à conver­tir une large frange de vé­té­tistes à la pra­tique d’une nou­velle dis­ci­pline : le vé­lo à as­sis­tance élec­trique. Et l’his­toire de se ré­pé­ter, mais avec un pe­tit mo­teur cette fois, au coeur de ces mon­tagnes d’où tel­le­ment de choses sont par­ties ! Pro­fi­tant de son im­pli­ca­tion au­près de La­pierre, du sou­tien sans faille du Con­seil Dé­par­te­men­tal des Al­pesMa­ri­times et d’un grand nombre de bé­né­voles, de­puis deux ans, Oli­vier et son équipe se concentrent donc sur l’or­ga­ni­sa­tion du La­pierre Bike Fes­ti­val des Portes du Mer­can­tour. Ce somp­tueux do­maine, entre haute mon­tagne et val­lées mer­veilleuses, pas­sant des al­pages aux fo­rêts de sa­pins et des roches rouges aux terres grises en seule­ment quelques ki­lo­mètres, offre un ter­rain de jeu ex­tra­or­di­naire à tous les ama­teurs de VTT en gé­né­ral, et à ceux de VTTAE en par­ti­cu­lier. Et cette an­née, avec le La­pierre Bike Fes­ti­val, à force de cou­rage, de té­na­ci­té et… de pas mal d’huile de coude, Gior­dy et ses col­lègues ont réus­si l’ex­ploit d’at­ti­rer une pe­tite cin­quan­taine de bi­kers à l’en­du­ro du sa­me­di (rem­por­té par Ni­co­las Qué­ré – pi­lote Giant –, tout ne peut pas être par­fait non plus !) et, sur­tout, plus d’une cen­taine de par­ti­ci­pants aux trois ran­don­nées du di­manche.

UN CER­TAIN SA­VOIR- FAIRE

Un évé­ne­ment aus­si jeune et une dis­ci­pline ré­cente comme le VTT à as­sis­tance élec­trique qui, l’es­pace d’un week- end, par­viennent tout de même à re­grou­per

160 pas­sion­nés de tous âges, des deux sexes et de tous les ni­veaux, avouez que c’est plu­tôt en­cou­ra­geant et que ça fait bien plai­sir. Il faut dire que les spé­ciales de l’en­du­ro, les liai­sons et le par­cours des di­verses ran­don­nées pro­met­taient d’être to­ta­le­ment en phase avec la pra­tique du VTTAE en mon­tagne. Sur l’en­du­ro du sa­me­di, les concur­rents se sont re­trou­vés face à un nou­veau concept com­po­sé de trois boucles, avec à chaque dé­part un chan­ge­ment de bat­te­rie ou un simple char­ge­ment. Chaque boucle était com­po­sée d’une pre­mière par­tie en liai­son au pro­fil mon­tant per­met­tant d’at­teindre un point d’ar­rêt obli­ga­toire, dé­part des spé­ciales chro­no­mé­trées. Celles-ci étaient en par­tie à pro­fil des­cen­dant, mais com­por­taient éga­le­ment des par­ties en mon­tée avec des pas­sages tech­niques à faible vi­tesse pour pro­fi­ter au maxi­mum de l’as­sis­tance élec­trique. Et à chaque boucle, en fonc­tion de la ca­té­go­rie qui s’ar­rête, le ni­veau de dif­fi­cul­té de l’épreuve aug­mente avec une di­mi­nu­tion des temps im­par­tis en liai­son… Les Ex­perts ter­mi­nant seuls la der­nière spé­ciale.

POINTER À L’HEURE

Comme en en­du­ro mo­to ou en ral­lye au­to, des temps sont im­par­tis pour bou­cler la liai­son et il est im­pé­ra­tif de pointer à l’heure sous peine de lourdes pé­na­li­tés. Quant aux spé­ciales, elles fai­saient la part belle à la tech­nique, au phy­sique et à la po­ly­va­lence. Avec des sen­tiers par­fai­te­ment adap­tés aux VTTAE, où la vi­tesse n’est ja­mais su­pé­rieure à 25 km/h, tout était donc mis en place pour dé­par­ta­ger au mieux les concur­rents et ré­vé­ler le pi­lote le plus po­ly­va­lent. À ce pe­tit jeu, le Fran­çais Ni­co­las Qué­ré, le Suisse Florian Go­lay et l’Ita­lien Andrea Ga­ri­bo se sont li­vré une belle ba­taille qui a tour­né à l’avan­tage du pi­lote tri­co­lore. Le di­manche ma­tin, place aux trois ran­dos de dif­fi­cul­tés dif­fé­rentes, avec 18 km et 600 m de dé­ni­ve­lé po­si­tif pour l’Ex­pé­rience, 22 km et 700 de D+ pour la Girl Ran­do Zen et 33 km et 1 200 de D+ pour les plus cos­tauds de la ca­té­go­rie Expert. L’après-mi­di, les plaques don­naient ac­cès aux nom­breuses pistes VTT de Val­berg, via un té­lé­siège, avant qu’une tom­bo­la désigne le gagnant d’un ma­gni­fique VTTAE La­pierre Over­volt. Si l’on ajoute le dé­jeu­ner du di­manche, les ra­vi­taille­ments com­po­sés en grande par­tie de pro­duits lo­caux et l’am­biance convi­viale et fa­mi­liale pro­pice aux va­cances de la sta­tion de Val­berg, il était vrai­ment im­pos­sible de ne pas pas­ser un ex­cellent week-end lors de cette 2e édi­tion du La­pierre Bike Fes­ti­val… Alors, ren­dez-vous là-bas en 2019 ? Nous, c’est clair, on y se­ra !

Pre­miers ki­lo­mètres sur la piste. La file de vé­té­tistes s’étire dou­ce­ment…

Pe­tite pause pour se ra­vi­tailler et pro­fi­ter du pay­sage.

Am­bas­sa­deur La­pierre, Ni­co­las Vouilloz était là, évi­dem­ment. Tout comme Gilles La­pierre

Jo­li suc­cès pour cette se­conde édi­tion du La­pierre Bike Fes­ti­val.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.