5 ap­plis smart­phone pour cou­rir

Blue Run - - EDITO -

50 % des cou­reurs uti­lisent leur smart­phone pen­dant l'exer­cice. Mu­sique pour le moins, coach pour le plus. En voi­ci 4 mais il y en a bien d'autres

Run­Kee­per

Vé­ri­table phé­no­mène dans le mi­lieu des cou­reurs. Quand vous com­men­cez à cou­rir, une voix fé­mi­nine de ro­bot vous dit (en an­glais) que ça y est, vous avez com­men­cé. En­suite, si vous ne tou­chez pas aux ré­glages de base, toutes les 5 mi­nutes (ça peut se chan­ger), la voix de ro­bot vous fait un pe­tit bi­lan et vous donne votre vi­tesse par ki­lo­mètre, votre du­rée de course, votre rythme ac­tuel. Si vous écou­tez de la mu­sique elle ne dis­pa­raît pas quand la dame ro­bot vous parle, mais reste en sour­dine. sur Run­kee­per, comme sur Fa­ce­book, vous pou­vez avoir des amis. L'ap­pli gra­tuite est com­plète et suf­fi­sante. Elle per­met de sa­voir le nombre de ca­lo­ries per­dues à la fin d'une course et à la fin d'une course, de voir ki­lo­mètre par ki­lo­mètre la vi­tesse à la­quelle on a cou­ru. Run­kee­per pro­pose en­fin la fonc­tion qu'on re­trouve par­tout au­jourd'hui : le par­cours de sa course tra­cé.

Nike Run­ning

Cette ap­pli est gra­tuite, ins­tal­lée d'of­fice sur les ip­hones quand ils sont ven­dus. C'est donc son pre­mier avan­tage. S'ajoute à ce­lui-ci son de­si­gn : elle est plu­tôt jo­lie. Et en­fin, la bonne idée qu'on aime bien : la "po­wer­song" qui se dé­clanche quand vous flan­chez et vous re­booste. La voix de la dame qui vous dit ré­gu­liè­re­ment votre temps et votre vi­tesse est plu­tôt hu­maine com­pa­rée à d'autres ap­pli­ca­tions. Et ce n'est pas désa­gréable. On re­trouve la pos­si­bi­li­té de voir son par­cours et de connaître le nombre de ca­lo­ries per­dues ; en re­vanche, on ne vous don­ne­ra pas ici de bi­lan ki­lo­mètre par ki­lo­mètre. En­fin, pour Nike, c'est l'oc­ca­sion de vendre ses pro­duits. Donc il y a un on­glet bou­tique dans l'ap­pli. Et à la fin de votre course, on vous de­mande avec quelles chaus­sures vous avez cou­ru. Bien sur, vous avez le choix entre des Nike et des Nike.

En­do­mon­do

Cette ap­pli­ca­tion gra­tuite est fiable et fi­dèle au ni­veau du ki­lo­mé­trage. Elle vous donne : le tra­cé de votre par­cours, la du­rée de course, la vi­tesse moyenne, la vi­tesse maxi­mum, les ca­lo­ries per­dues,l'eau per­due et le dé­ni­ve­lé. Le plus ap­pré­ciable est le sys­tème de tra­cés par­ta­gés par d'autres uti­li­sa­teurs. Se­lon l'en­droit où vous vous trou­vez, l'ap­pli­ca­tion vous en pro­pose cer­tains. On peut aus­si en des­si­ner soi­même. Le plus gros dé­faut d'en­do­mon­do, ce sont les ban­deaux de pub qui pol­luent le bas de l'écran du té­lé­phone que l on éli­mine en ache­tant la ver­sion pre­mium.

Stra­va

Stra­va se dé­marque de ses concur­rents grâce à son sys­tème de seg­ments. Em­prun­té au monde du cy­clisme, un seg­ment est une por­tion de route. uti­li­sa­teur peut créer au­tant de seg­ments qu’il sou­haite. Une fois le seg­ment créé, Stra­va re­cherche qui a par­cou­ru ce seg­ment et en com­bien de temps puis af­fiche un clas­se­ment gé­né­ral. Le lea­der du clas­se­ment est ap­pe­lé le KOM (King Of The Moun­tain). Ça per­met éga­le­ment de sa­voir qui court sur le même seg­ment. Stra­va met éga­le­ment en place des chal­lenges chaque mois (nombre de ki­lo­mètres dans le mois, 10km le plus ra­pide, se­mi le plus ra­pide…) ce qui per­met d’am­pli­fier la di­men­sion so­ciale de l’ap­pli­ca­tion. Cette der­nière est d’ailleurs très bien réa­li­sée, ré­ac­tive et com­plète mais on peut re­gret­ter la cou­leur sombre de l’in­ter­face pas tou­jours très li­sible au so­leil (sur IOS seule­ment, l’in­ter­face est blanche sur An­droid). Stra­va a sor­ti une nou­velle in­ter­face ap­pe­lée Stra­va Live pour le sui­vi en temps réel de la course. Cette in­ter­face a en­fin un fond clair (contrai­re­ment au reste de l’ap­pli­ca­tion) ce qui per­met une très bonne li­si­bi­li­té des in­for­ma­tions pen­dant la course.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.