EX­PÉ­RIENCES

Blue Run - - COURIR PLUS JUSTE -

À l'usage, il y a des constats, des dé­cou­vertes, par­fois des choses que l'on sa­vait mais que l'on n'avait pas ex­pé­ri­men­tées. Les condi­tions d’en­traî­ne­ment agissent di­rec­te­ment sur l'ef­fi­ca­ci­té et sur votre ren­de­ment pen­dant la séance. En gé­né­ral, quand la séance est plus dif­fi­cile que d'ha­bi­tude, on in­cri­mine un jour­née de pe­tite forme, le cou­cher tard de la veille, le re­pas ar­ro­sé avec les amis. Certes, tout ce­la in­flue, mais il y a aus­si des élé­ments d'en­vi­ron­ne­ment, de ma­té­riel, d'am­biance.

Entre mes dé­buts avec mes vieilles « go­dasses » et mes tee-shirts en co­ton où je fi­nis­sais trem­pé, épui­sé et ten­dons en­do­lo­ris et main­te­nant où j’ai des run­ning neuves, adap­tées à mon poids et ma fou­lée et des tee-shirts qui éva­cuent la sueur et la cha­leur, je me rends compte de l'im­por­tance du ma­té­riel à la pra­tique, c'est vrai­ment moins dur avec du ma­té­riel adap­té. La tem­pé­ra­ture am­biante aus­si est im­por­tante. Ma salle fait par­tie d'un com­plexe spor­tif avec une pis­cine, donc l'en­vi­ron­ne­ment est chaud (en­vi­ron 30 de­grés) et hu­mide. Quand je cours ailleurs, je sai­sis im­mé­dia­te­ment qu'une telle cha­leur rend moins per­for­mant.

Conclu­sion : même les plus in­fimes dé­tails in­fluent sur votre per­for­mance. Ce­la ne veut pas dire qu'il faut chan­ger tout, mais sim­ple­ment en te­nir compte dans votre éva­lua­tion. On n’est pas for­cé­ment coupable d'une baisse d'ef­fi­ca­ci­té, mais il faut en iden­ti­fier la cause, soit pour la cor­ri­ger, soit pour adap­ter sa séance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.