Com­pres­ser pour mieux ré­cu­pé­rer

Blue Run - - COURIR PLUS JUSTE -

Vé­ri­table ten­dance du mo­ment, les vê­te­ments de com­pres­sion sont de­ve­nus in­dis­pen­sables pour bon nombre de run­ners sans connaître vrai­ment leurs bien­faits et leur ef­fi­ca­ci­té. Ils res­tent ce­pen­dant peu uti­li­sés à très haut ni­veau. Alors, ef­fet pla­ce­bo ou vé­ri­table in­té­rêt ?

À l’ori­gine, la com­pres­sion est ap­pa­rue pour op­ti­mi­ser la ré­cu­pé­ra­tion. Can­ton­née au dé­part aux man­chons de jambes, elle s’est éten­due et ré­pan­due avec les courses longue dis­tance. Le trail tout d’abord, puis le ma­ra­thon. Chaus­settes de com­pres­sion, man­chons de cuisses, de mol­lets, shorts de com­pres­sion, t-shirts de com­pres­sion, etc. C’est de­ve­nu ra­pi­de­ment un vé­ri­table ef­fet de mode.

Il existe deux types de com­pres­sion : la com­pres­sion pour la ré­cu­pé­ra­tion, qu'on uti­lise après l'ef­fort, et la com­pres­sion pen­dant l’ef­fort. Cette der­nière pro­cure deux avan­tages : elle fa­ci­lite le re­tour vei­neux, ce qui per­met une diminution de la fa­tigue du muscle, et un main­tien de ce der­nier per­met­tant de di­mi­nuer le risque de bles­sure. Avec son rôle de gai­nage, la com­pres­sion per­met ain­si de di­mi­nuer le mou­ve­ment pa­ra­site des muscles et d’ab­sor­ber les chocs au sol. Il faut sa­voir que tous les muscles ne sont pas égaux dans ce do­maine : les mol­lets sont ain­si plus sen­sibles à ces trau­ma­tismes, d’où la mul­ti­pli­ca­tion des man­chons.

Mais quel que soit le type de com­pres­sion et de spor­tifs, une étude a dé­mon­tré que les vê­te­ments de com­pres­sion n’amé­liorent en rien la per­for­mance spor­tive, no­tam­ment en course à pied. L’ef­fet de la com­pres­sion est en re­vanche prou­vé sur la ré­cu­pé­ra­tion. Uti­li­sée entre 24 et 48 heures après l a séance de run­ning et pen­dant 12 heures, la com­pres­sion per­met de ré­duire la fa­tigue mus­cu­laire, comme évo­qué un peu plus tôt.

Elle éli­mine les lac­tates, per­met­tant ain­si un re­tour plus ra­pide à sa forme phy­sique op­ti­male. Elle aug­men­te­rait éga­le­ment la pro­prio­cep­tion, c’est-à-dire la sen­si­bi­li­té pro­fonde, consciente ou non, de la po­si­tion des dif­fé­rentes par­ties du corps. Elle per­met­trait d’an­ti­ci­per plus vite ses ré­ac­tions. La ré­sul­tante se­rait donc l’amé­lio­ra­tion des per­for­mances sur les ac­ti­vi­tés né­ces­si­tant de la vi­tesse et de la ra­pi­di­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.