Ge­ci­na une en­tre­prise à la re­cherche du bien être.

Pre­mière so­cié­té fon­cière de l’hexa­gone, Ge­ci­na est une en­tre­prise très spor­tive qui abrite des cou­reurs à pied per­for­mants et des adeptes d’autres dis­ci­plines. Mais c’est sur­tout le bien-être dans l’en­tre­prise qui est re­cher­ché par la di­rec­tion.

Blue Run - - ÉDITO/SOMMAIRE -

Ge­ci­na, 500 sa­la­riés, ba­sée dans le quar­tier de l’opé­ra à Pa­ris, est une so­cié­té fon­cière très per­for­mante, la nu­mé­ro un en France, qui achète et dé­ve­loppe un pa­tri­moine im­mo­bi­lier com­po­sé de bu­reaux, d’im­meubles, de cli­niques et de ré­si­dences étu­diantes. Son pré­sident est Ber­nard Mi­chel. Sûr que dans cette en­tre­prise, comme dans toutes les en­tre­prises de France et de Na­varre, on sou­haite avoir des sa­la­riés per­for­mants qui tra­vaillent ef­fi­ca­ce­ment, ob­tiennent des ré­sul­tats, des contrats, des mar­chés et ne res­tent pas trop long­temps au­tour du dis­tri­bu­teur de ca­fé à dis­cu­tailler. Reste que le but re­cher­ché par les di­ri­geants avec la pra­tique d’un sport semble da­van­tage être ce­lui du bien-être des sa­la­riés, de la convi­via­li­té, de la so­li­da­ri­té que ce­lui de la com­pé­ti­ti­vi­té à tout

Ge­ci­na paye aus­si les dos­sards de ses cou­reurs dans les grandes clas­siques comme le se­mi ou le ma­ra­thon de Pa­ris

prix. Le « look », la ligne tient aus­si beau­coup de place dans une en­tre­prise où l’on fait vi­si­ter des bu­reaux, des ap­par­te­ments à la clien­tèle, et le sport vous aide, on le sait, à ne pas ac­cu­mu­ler les ki­los su­per­flus. Et, donc, à gar­der une belle ligne.

LES FOU­LÉES DE L’IM­MO­BI­LIER

le grand ren­dez-vous

Si une course est pri­vi­lé­giée dans cette en­tre­prise, ce sont bien sûr les Fou­lées de l’im­mo­bi­lier, un 10 km ou­vert à tout le monde qui a lieu au mois de juin dans les al­lées du bois de Bou­logne, à Pa­ris. Ce n’est pas Ge­ci­na qui a créé cette course, mais bien les étu­diants spé­cia­li­sés dans l’im­mo­bi­lier de l’uni­ver­si­té de Pa­ris-dau­phine. Une bonne « perf » dans cette épreuve, c’est tou­jours in­té­res­sant pour l’en­tre­prise, son image, Ge­ci­na ayant ga­gné par équipe de 5 cou­reurs l’an pas­sé en 2014. Le pré­sident Ber­nard Mi­chel fé­li­cite alors ses sa­la­riés-cou­reurs, on parle beau­coup de cette course avant et après, ce­la ren­force donc la convi­via­li­té, la so­li­da­ri­té dans le per­son­nel, un ob­jec­tif im­por­tant, on l’a dit, dans la vie de cette en­tre­prise. «Mais, ex­plique Jou­ko Is­to­lai­nen, tech­ni­cien d’ ex­ploi­ta­tion d’ ori­gine finl an daise,gec in a paye aus­si le dos­sard des es cou­reurs pour des grandes clas­siques pa­ri siennes comme pa­ris-vers ailles, le se mi-ma­ra­thon de Pa­ris et le ma­ra­thon de la ca­pi­tale .»

LE COACH

est un sa­la­rié per­for­mant

Mais alors, com­ment et quand court-on ? «C’est­libre, ré­sume Jou­ko Is­to­lai­nen, car on n’ a pas les mêmes ho­raires de tra­vail, les mêmes fonc­tions. on ne peut pas pro­po­ser des en­traî­ne­ments ri­gides, à heures fixes. mais beau­coup de cou­reurs, à l’ heure du dé­jeu­ner, partent pour le jar­din des tui­le­ries proche qui offre des par­cours agréables où l’ on peut cou­rir en en­du­rance, voire frac­tion né sur le plat .»« et puis, ajou­tej ou ko, dans nos lo­caux, il y a des douches pour hommes et femmes au sous-sol, c’ est tout pro­fit après avoir cou­ru et avant d’ al­ler dé­jeu­ner .»

Ma­ra­tho­nien en 2 h 46 min, Jou­ko pri­vi­lé­gie da­van­tage au­jourd’hui les dis­tances courtes avec no­tam­ment les 10 km du « Pa­ris Run­ning Tour » qu’il a ga­gné en 2014 et 2015 dans sa ca­té­go­rie de vé­té­ran 3. En bref, pour at­té­nuer le pas­sage des an­nées, il en­tre­tient sa vi­tesse et ne par­ti­cipe plus que de temps en temps à un ma­ra­thon. Ce cou­reur très ex­pé­ri­men­té conseille donc ses col­lègues qui le sont moins, en pro­po­sant séances et plans d’en­traî­ne­ment pour 10 km, se­mi-ma­ra­thons et ma­ra­thons à ceux qui le sou­haitent, les in­vi­tant aus­si à se sur­veiller, à bien se connaître en al­lant pas­ser un test d’ef­fort sur vé­lo ou ta­pis une fois par an.

Mais la re­lève existe dans l’en­tre­prise avec, par exemple, Lu­do­vic Va­ret, cré­di­té de moins de 40 min sur 10 km, Her­vé Cache qui a un re­cord en 3 h 15 sur le ma­ra­thon, Ju­lien Le­brun étant le plus per­for­mant de Ge­ci­na ac­tuel­le­ment avec 2 h 59 min sur ma­ra­thon et 37 min sur 10 km. La re­traite de Jou­ko ap­pro­chant à grandes fou­lées, Lu­do­vic, Her­vé et Le­brun sau­ront prendre la re­lève pour don­ner les bons conseils, four­nir les bons plans à leurs col­lègues.

D’AUTRES AC­TI­VI­TÉS

com­plé­men­taires à la course

Car si l’en­tre­prise a en­ga­gé un coach ex­té­rieur, Ka­rim, ce n’est pas pour la course à pied, mais bien pour le fit­ness : yo­ga et mé­thode Pi­lates no­tam­ment. Pour 90 eu­ros par an, les sa­la­riés peuvent pra­ti­quer ces ac­ti­vi­tés dans les sous-sols de l’en­tre­prise. En com­plé­ment à la course à pied, le per­son­nel fé­mi­nin de la so­cié­té est très concer­né par ces ac­ti­vi­tés ex­cel­lentes pour le bien-être, la lutte contre le stress, mais aus­si, avec Pi­lates, très ef­fi­caces pour la sou­plesse ar­ti­cu­laire, la pos­ture, le dé­ve­lop­pe­ment har­mo­nieux des muscles. L’al­le­mand Jo­seph Pi­lates, qui a in­ven­té cette mé­thode, il y a bien long­temps, au dé­but du siècle der­nier, avait un père gym­naste. Sans comp­ter que Ka­rim, le coach, ré­mu­né­ré par le co­mi­té d’en­tre­prise de Ge­ci­na, est aus­si un cou­reur à pied per­for­mant. On est dans de bonnes mains. Et, comme on l’a dit, toutes ces ac­ti­vi­tés, course, yo­ga, Pi­lates, sont par­fai­te­ment com­plé­men­taires. Un peu moins peut-être, mais ce n’est pas sûr, la Zum­ba, une danse bré­si­lienne pro­po­sée aus­si par le co­mi­té d’en­tre­prise aux sa­la­riés de Ge­ci­na…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.