Les adap­ta­tions de l'en­traî­ne­ment pour les filles.

Il est né­ces­saire de s’in­té­res­ser à l’en­traî­ne­ment fé­mi­nin car il existe cer­taines dif­fé­rences phy­sio­lo­giques entre les hommes et les femmes qui ex­pliquent des per­for­mances plus faibles chez la femme et qui doivent ap­pe­ler l’at­ten­tion.

Blue Run - - ÉDITO/SOMMAIRE -

AU NI­VEAU LI­GA­MEN­TAIRE.

Chez la femme la crois­sance os­seuse est plus pré­coce et la consti­tu­tion mus­cu­laire et ar­ti­cu­laire est dif­fé­rente de l’homme en rai­son d’une mus­cu­la­ture moins dé­ve­lop­pée et d’une élas­ti­ci­té li­ga­men­taire plus im­por­tante. Ce der­nier point qui semble un avan­tage pour des sports comme la danse ou la gym­nas­tique, peut se ré­vé­ler être un han­di­cap.

Cette laxi­té li­ga­men­taire plus im­por­tante rend en ef­fet les ar­ti­cu­la­tions plus sen­sibles aux dou­leurs et aux bles­sures.

AU NI­VEAU CAR­DIAQUE.

Le coeur de la femme est plus pe­tit et le dé­bit car­diaque plus faible que chez l’homme. La quan­ti­té de sang et la vi­tesse avec la­quelle il est en­voyé dans l’or­ga­nisme di­mi­nuent la ca­pa­ci­té de trans­port de l’oxy­gène dans le sang.

De plus les femmes ont en moyenne une plus faible te­neur en hé­mo­glo­bine dans le sang.

Avec une masse mus­cu­laire moins im­por­tante, le V02 max chez la femme se­ra donc in­fé­rieur à ce­lui de l’homme.

AU NI­VEAU DES MUSCLES.

D’autre part, avec moins de masse maigre (muscle) que l’homme et en moyenne 25% de masse grasse (pour 15% chez l’homme) les­quelles consomment mais pro­duisent peu d’éner­gie la femme pour des ef­forts phy­siques, plus que l’homme, doit ren­for­cer sa mus­cu­la­ture et ses ar­ti­cu­la­tions.

Néan­moins, la femme uti­lise de fa­çon pri­vi­lé­giée les li­pides, ce qui lui per­met d’épar­gner le gly­co­gène mus­cu­laire plus long­temps que l’homme (ce­qui­fait dire à quelques-uns qu’ elle a plus d’ ap­ti­tudes pour les ef­forts aé­ro­bies, ce qui n’ est pas tout à fait juste ). Cette re­marque doit l’in­ci­ter aus­si à ne pas re­cher­cher sys­té­ma­ti­que­ment à trop abais­ser son taux de masse grasse (Li­mite15-18%).

Les pe­tites dif­fé­rences phy­siques et phy­sio­lo­giques im­pliquent quelques amé­na­ge­ment de l en­trai­ne­ment

L’IN­FLUENCE DU CYCLE.

Le cycle mens­truel se com­pose de 2 phases : - Pré ovu­la­toire ou l’oes­tro­gène do­mine - Post ovu­la­toire ou le pro­ges­té­rone do­mine L’ef­fort phy­sique aug­mente les pertes san­guines et no­tam­ment les pertes de Fer, le trans­por­teur de l’oxy­gène dans le sang.

L’abon­dance des règles di­mi­nue quand la pro­duc­tion ova­rienne d’oes­tro­gène di­mi­nue. L’oes­tro­gène sti­mule la for­ma­tion os­seuse. La dys­mé­nor­rhée, la dou­leur des règles, reste la plu­part du temps le ré­gu­la­teur des ef­forts phy­siques.

La ges­tion spor­tive du cycle est in­di­vi­duelle avec une at­ten­tion par­ti­cu­lière sur la charge d’ef­forts en fin du cycle.

EN RÉ­SU­MÉ

Avec une ab­sorp­tion d’o2, une masse maigre plus faible que l’homme et en même temps une masse grasse plus im­por­tante, on conseille­ra à par­tir de 14-15 ans pour la femme par rap­port aux gar­çons : - moins d’in­ten­si­té, - des cycles de tra­vail plus courts, - des exer­cices plus va­riés dans les formes et dans les conte­nus, - plus de quan­ti­té de tra­vail pour un même ob­jec­tif, - des temps de sou­tien plus courts, - des in­ten­si­tés moyennes plus nom­breuses - plus de ré­pé­ti­tions de du­rée moyenne avec une in­ten­si­té plus faible plu­tôt que des ré­pé­ti­tions plus longues avec in­ten­si­tés éle­vées.

EN CONCLU­SION POUR LES COURSES DE DU­RÉE

Moins d’exer­cices à in­ten­si­té VMA Plus de tra­vail d’in­ten­si­té in­fé­rieur à VMA avec plus de sé­ries et des temps de sou­tien moins longs plu­tôt que des in­ten­si­tés plus éle­vées, des temps de sou­tien longs et des sé­ries longues.

RE­MARQUE

L’idée d'un rap­pro­che­ment des per­for­mances homme-femme sur les longues dis­tances est in­va­lide. Elles sont glo­ba­le­ment les mêmes que dans les épreuves de vi­tesse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.