IN­TÉ­RÊT NU­TRI­TION­NEL DE LA POMME DE TERRE

Blue Run - - COURIR POUR LA FORME -

La pomme de terre est un tu­ber­cule qui sert de den­rée de base dans de nom­breux pays. Ain­si, la pomme de terre est culti­vée dans plus de 125 pays et elle est consom­mée au quo­ti­dien par plus d'un mil­liard de per­sonnes.

L'ori­gine de sa culture vient des Andes (ré­gion du Pé­rou no­tam­ment). De nom­breuses va­rié­tés d'une même es­pèce, So­la­num tu­be­ro­sum, y étaient culti­vées. Les pommes de terre étaient d'ailleurs très liées à la culture et à la re­li­gion des An­dins.

La pomme de terre est un ali­ment riche en glu­cides

Les pommes de terre contiennent prin­ci­pa­le­ment des glu­cides avec une nette pré­do­mi­nance de l'ami­don, pré­sent sous forme d'amy­lose et d'amy­lo­pec­tine. L'ami­don re­pré­sente en­vi­ron 66 à 80 % de la ma­tière sèche des pommes de terre.

L'in­dex gly­cé­mique des pommes de terre peut être très va­riable. Il dé­pend no­tam­ment de la va­rié­té du tu­ber­cule, du mode de cuis­son et de sa ma­tu­ri­té. Ain­si, des pommes de terre nou­velles ont ten­dance à avoir un in­dex gly­cé­mique plus faible. Autre exemple, le re­froi­dis­se­ment des pommes de terre, en mo­di­fiant la struc­ture de l'ami­don, per­met­trait d'abais­ser l'in­dex gly­cé­mique.

Peu de pro­téines et de li­pides dans les pommes de terre

Les pommes de terre contiennent peu de pro­téines. Tou­te­fois, les pommes de terre contiennent des ni­veaux si­gni­fi­ca­tifs de ly­sine, un acide ami­né in­dis­pen­sable. Pour les vé­gé­ta­riens et vé­gé­ta­liens, elles consti­tuent donc un ali­ment de choix en com­plé­ment des cé­réales, qui, elles, en contiennent peu.

Si elle n'est pas frite, la pomme de terre a une faible te­neur en li­pides (< 1%) et n'est donc pas un ali­ment gras.

Les mi­cro­nu­tri­ments pré­sents dans la pomme de terre

Le mi­né­ral le plus abon­dant dans les pommes de terre est le po­tas­sium. Il joue un rôle dans le bon fonc­tion­ne­ment du sys­tème ner­veux et par­ti­cipe au main­tien de l'équi­libre hy­drique.

D'autres mi­né­raux sont aus­si pré­sents mais de ma­nière moins si­gni­fi­ca­tive. On peut no­tam­ment ci­ter le phos­phore et le ma­gné­sium.

Quant aux vi­ta­mines pré­sentes dans les pommes de terre, elles sont pré­sentes en quan­ti­té mi­nime. Tou­te­fois, on peut no­tam­ment y trou­ver de pe­tites quan­ti­tés de vi­ta­mine C et de vi­ta­mines du groupe B. Pommes de terre et sport : com­ment et quand les consom­mer ? Les pommes de terre consti­tuent un fé­cu­lent de choix pour le spor­tif, même si leurs qua­li­tés nu­tri­tion­nelles peuvent va­rier sui­vant leur mode de cuis­son et de pré­pa­ra­tion.

Du fait de leur ri­chesse en ami­don, elles peuvent être uti­li­sées au quo­ti­dien, mais éga­le­ment lors d'un ré­gime hy­per­glu­ci­dique, en vue d'une com­pé­ti­tion. Les pommes de terre sont éga­le­ment un ali­ment de choix pour la ré­cu­pé­ra­tion du fait de leur te­neur en po­tas­sium et leur lé­ger pou­voir al­ca­li­ni­sant.

Pour pro­fi­ter plei­ne­ment de leurs qua­li­tés nu­tri­tion­nelles, le spor­tif au­ra in­té­rêt à les cuire dans leur peau, si pos­sible à faible tem­pé­ra­ture. Bien en­ten­du, la consom­ma­tion de frites, très grasses, de­vra être li­mi­tée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.