JOU­KO doit beau­coup au cross

Blue Run - - COURIR ENSEMBLE -

On a vu que Jou­ko Is­to­lai­nen, ma­ra­tho­nien confir­mé et per­for­mant, était le coach de l’en­tre­prise Ge­ci­na pour la course à pied, le conseiller des sa­la­riés-cou­reurs moins ex­pé­ri­men­tés que lui. Son his­toire est in­té­res­sante, car Jou­ko, qui a connu son épouse fran­çaise, Chan­tal – éga­le­ment ma­ra­tho­nienne – dans son pays la Fin­lande, est en­suite ve­nu tra­vailler et vivre en France en 1978. Em­bau­ché d’abord comme in­for­ma­ti­cien par la so­cié­té Bes­nier, de­ve­nue La­ca­ta­lis et spé­cia­li­sée dans les pro­duits lai­tiers, il ex­plique qu’avec son fort ac­cent de l’est, son in­té­gra­tion dans l’en­tre­prise ne fut pas aus­si ai­sée que ce­la. Cer­tains se de­man­daient : mais qui c’est ce Fin­lan­dais ? Et c’est la course à pied qui l’a, non pas sau­vé, il ne faut pas exa­gé­rer, mais qui a fa­ci­li­té son in­té­gra­tion dans cette en­tre­prise. Pour­tant, il ne cou­rait pas, du moins n’était pas cou­reur à pied, le ho­ckey en hi­ver et le foot en été étant les deux sports les plus pra­ti­qués dans son pays d’ori­gine, la Fin­lande. Reste que chez Bes­nier, on cou­rait beau­coup, on fai­sait du cross no­tam­ment, une équipe Bes­nier fai­sant même le chal­lenge in­ter­en­tre­prises. Jou­ko a donc re­joint l’équipe de cross de l’en­tre­prise, il s’est en­traî­né, a pro­gres­sé, l’équipe était très per­for­mante, il s’est fait des re­la­tions, des co­pains et son in­té­gra­tion chez Bes­nier fut ac­quise. Puis, Jou­ko a re­joint le club de L’US La­val, il est de­ve­nu un cross­man très per­for­mant, a tra­vaillé sa vi­tesse, ce qui lui a per­mis en­suite de cou­rir en 2 h 46 le ma­ra­thon. Le cross, beau­coup moins en vogue au­jourd’hui, était et reste ex­cellent pour ren­for­cer la vi­tesse. Et pour Jou­ko, qui a en­suite re­joint Ge­ci­na à Pa­ris, cette spé­cia­li­té fut aus­si un atout pro­fes­sion­nel im­por­tant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.