LA CHINE À LA RECONQUÊTE DU MONDE

L’em­pire du Mi­lieu en­tend bien re­prendre la place qui était la sienne et ré­af­fir­mer sa do­mi­na­tion tant que sa san­té éco­no­mique le lui per­met.

Books - - ÉDITO | SOMMAIRE -

Eve­ry­thing Un­der the Hea­vens, de Ho­ward French

Deux avions de chasse chi­nois in­ter­ceptent un pa­trouilleur amé­ri­cain, des F-15 ja­po­nais pour­suivent un drone chi­nois, la pré­sence d’un na­vire mi­li­taire des ÉtatsU­nis pro­voque un vif échange entre Pé­kin et Wa­shing­ton. Tous ces in­ci­dents ont eu lieu en mer de Chine et en l’es­pace de quinze jours en mai der­nier. Pé­kin consi­dère cette vaste zone ma­ri­time comme ses eaux ter­ri­to­riales. Et il in­ves­tit pour la dé­fendre. Taï­wan, le Viet­nam, la Ma­lai­sie, Bru­nei et l’In­do­né­sie font de même. Ce­lui qui contrô­le­ra la mer de Chine mé­ri­dio­nale de­vien­dra le maître de quelques cailloux in­ha­bi­tés, d’une im­por­tante route com­mer­ciale et pour­ra ex­ploi­ter ses quelques gi­se­ments d’hy­dro­car­bures. Mais, pour Pé­kin, l’en­jeu est au­tre­ment plus im­por­tant. La Chine ne se consi­dère pas comme un pays par­mi d’autres. C’est un em­pire. Cette concep­tion est pro­fon­dé­ment an­crée dans la psy­ché chi­noise, ex­plique le jour­na­liste Ho­ward French dans Eve­ry­thing Un­der the Hea­vens. En as­so­ciant re­cherche his­to­rique et in­ves­ti­ga­tion, cet an­cien cor­res­pon­dant du New York Times, long­temps en poste en Asie, met en évi­dence « l’am­pleur des am­bi­tions de la Chine du xxie siècle et sa dé­ter­mi­na­tion à ne pas se lais­ser sim­ple­ment ab­sor­ber dans l’ordre li­bé­ral oc­ci­den­tal », note Jo­na­than Chat­win dans l’Asian Re­view of Books.

Car ces deux der­niers siècles en re­trait de la scène in­ter­na­tio­nale sont une ano­ma­lie dans la des­ti­née de la Chine. De­puis le règne des Tang (618907), rap­pelle French, elle était un em­pire. Elle était au centre du monde. L’em­pire du Mi­lieu sé­pa­rait le reste de l’hu­ma­ni­té en deux. D’un cô­té les ci­vi­li­sés, qui re­con­nais­saient son hé­gé­mo­nie ; de l’autre les bar­bares. La po­li­tique chi­noise était alors gui­dée par la croyance en sa do­mi­na­tion na­tu­relle sur « tout ce qui est sous le ciel ». L’étude de ce concept – tian­xia en chi­nois – et de ses ma­ni­fes­ta­tions à tra­vers l’his­toire forment « la par­tie la plus in­té­res­sante du livre de Ho­ward French, es­time Ian John­son dans The New York Re­view of Books. French n’est pas un dé­ter­mi­niste his­to­rique, mais il voit dans l’avan­cée chi­noise vers l’Asie du Sud-Est une “marche vers les tro­piques” qui a com­men­cé il y a des mil­lé­naires, au mo­ment où la ci­vi­li­sa­tion chi­noise a quit­té son ber­ceau du nord de la Chine cen­trale pour s’étendre vers le fleuve Yang­zi Jiang, puis vers le sud, en di­rec­tion de l’ac­tuel Hong­kong et du Yun­nan ».

La der­nière fois que la Chine était par­tie vers le sud, c’était sous la dy­nas­tie Ming, au xve siècle, avec les ex­pé­di­tions ma­ri­times de l’ami­ral Zheng He. Ce­lui-ci avait sou­mis les po­pu­la­tions de Ja­va, de Ma­lai­sie, du Viet­nam et du Sri Lan­ka. Cet ex­pan­sion­nisme a pris fin quand des que­relles in­ternes ont mis en dan­ger le pou­voir im­pé­rial ; mais l’idée que la Chine est vouée à être un em­pire ma­ri­time a sur­vé­cu.

Zheng He était tom­bé dans l’ou­bli en Chine jus­qu’à ce que les Oc­ci­den­taux dé­couvrent ses ex­ploits et voient en lui un Ch­ris­tophe Co­lomb ou un Ma­gel­lan. Les na­tio­na­listes chi­nois du xxe siècle se sont em­pa­rés de cette image d’ex­plo­ra­teur pa­ci­fique. Cette vi­sion de l’his­toire est tou­jours en vi­gueur à Pé­kin, et elle rend lé­gi­time sa vo­lon­té d’ex­pan­sion vers le sud. Et si le pré­sident Xi Jin­ping se montre au­jourd’hui si pres­sé, c’est qu’il sait la dé­mo­gra­phie et l’éco­no­mie de la Chine sur le dé­clin. Se­lon French, il pro­fite de cette der­nière oc­ca­sion pour ré­ta­blir le centre de gra­vi­té de la puis­sance chi­noise. L’État ne doit pas de­ve­nir un four­nis­seur de ser­vices et de droits aux ci­toyens. Il doit être le ga­rant des va­leurs na­tio­nales et de la place de la Chine dans le monde, de son règne sur « tout ce qui est sous le ciel ».

Eve­ry­thing Un­der the Hea­vens: How the Past Helps Shape Chi­na’s Push for Glo­bal Po­wer (« Tout sous le ciel : com­ment le pas­sé aide la Chine à se construire comme puis­sance mon­diale »), de Ho­ward French, Knopf, 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.