UN THRIL­LER COSMIQUE

Sous la plume de Car­lo Ro­vel­li, la phy­sique quan­tique cô­toie la poé­sie, la phi­lo­so­phie et la mu­sique.

Books - - BESTSELLERS -

Le monde n’est pas un en­semble de choses, mais un en­semble d’évé­ne­ments », écrit le phy­si­cien Car­lo Ro­vel­li dans son der­nier ou­vrage, L’or­dine del tem­po. Dans le pré­cé­dent, Sept brèves le­çons de phy­sique, qui a connu un suc­cès in­ter­na­tio­nal, l’au­teur « nous gui­dait à tra­vers le cos­mos, de la re­la­ti­vi­té à la mé­ca­nique quan­tique », rap­pelle Lu­ca Fraio­li, jour­na­liste scien­ti­fique et di­plô­mé d’as­tro­phy­sique, dans le quo­ti­dien La Re­pub­bli­ca. Avec ce nou­vel opus, éga­le­ment best-sel­ler (d’après la li­brai­rie Fel­tri­nel­li de Vé­rone, no­tam­ment), Ro­vel­li se lance cette fois « dans un voyage qui com­mence en nous et se ter­mine en nous, pour per­cer le plus grand des mys­tères : qu’est-ce que le temps ? ». Le cher­cheur en phy­sique quan­tique du xxie siècle rend hom­mage au pen­seur pré­so­cra­tique Anaxi­mandre : « Les choses se trans­forment, l’une de­vient l’autre, et c’est l’ordre du temps qui en est la cause. » Plus près de nous, il n’ou­blie pas non plus de ci­ter Une brève his­toire du temps, de son col­lègue Ste­phen Haw­king. Sans doute conscient des dif­fi­cul­tés que pré­sente la lec­ture de Haw­king, Car­lo Ro­vel­li « évite les for­mules ma­thé­ma­tiques », sou­ligne le chro­ni­queur de La Re­pub­bli­ca. Il ne fait d’ex­cep­tion que pour la deuxième loi de ther­mo­dy­na­mique sur l’en­tro­pie de l’Uni­vers (en ver­tu de la­quelle, par exemple, la cha­leur passe des corps chauds aux corps froids et non l’in­verse) : « C’est la seule équa­tion de la phy­sique fon­da­men­tale qui fait la dif­fé­rence entre le pas­sé et l’ave­nir », ex­plique le phy­si­cien. À cette ex­cep­tion près, « la dis­tinc­tion entre le pas­sé, le pré­sent et l’ave­nir est de­ve­nue flot­tante, in­dé­ter­mi­née » de­puis Ein­stein. Abs­cons, aus­tère ? Pas de quoi re­bu­ter les lec­teurs, vi­si­ble­ment : « Le temps n’existe pas, et c’est le nou­veau thril­ler », an­nonce triom­pha­le­ment le quo­ti­dien ré­gio­nal Um­bria li­be­ra. Car Ro­vel­li « parle à l’es­prit du lec­teur sans ja­mais ou­blier son coeur », ap­plau­dit de son cô­té le quo­ti­dien Cor­riere del­la se­ra. « Le temps n’existe que dans notre es­prit, sous forme de mé­moire et d’an­ti­ci­pa­tion », sug­gère le scien­ti­fique, qui joue sur plu­sieurs re­gistres : dans son livre, la phy­sique quan­tique cô­toie « la phi­lo­so­phie, la poé­sie, la mu­sique et même l’au­to­bio­gra­phie », ap­pré­cie le cri­tique d’Il Sole 24 ore. Les suc­cès de li­brai­rie du cher­cheur ita­lien, ac­tuel­le­ment en poste au Centre de phy­sique théo­rique de Lu­mi­ny, à Mar­seille, té­moignent aus­si de l’en­goue­ment du pu­blic trans­al­pin pour la science, et pour la phy­sique quan­tique en par­ti­cu­lier. C’est un do­maine d’ex­cel­lence (mé­con­nu) du pays de Ga­li­lée : près de Pise, en Tos­cane, a été ins­tal­lé un gi­gan­tesque dé­tec­teur d’ondes gra­vi­ta­tion­nelles.

L’or­dine del tem­po (« L’ordre du temps »), de Car­lo Ro­vel­li, Adel­phi, 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.