Le foot est une forme d’État na­tu­rel trans­na­tio­nal.

Books - - 15 FAITS & IDÉES À GLANER DANS CE NUMÉRO -

La cam­pagne an­ti­cor­rup­tion me­née de­puis trois ans par le pré­sident Xi Jin­ping est sans pré­cé­dent. Di­ri­gée par Wang Qi­shan, membre du bu­reau po­li­tique et vice-pré­sident de la Ré­pu­blique po­pu­laire de Chine, elle n’épargne ni mi­nistres, ni gé­né­raux, ni di­ri­geants d’en­tre­prises d’État et in­quiète l’en­semble des ad­mi­nis­tra­tions ci­viles et mi­li­taires du pays. Son bras ar­mé est la Com­mis­sion de dis­ci­pline du Par­ti, qui en­quête, ins­pecte, em­pri­sonne et livre aux pro­cu­reurs les per­sonnes convain­cues de corruption.

Mais, d’après le si­no­logue ca­li­for­nien Min­xin Pei*, cette en­tre­prise évoque le mythe de Si­syphe, condam­né à his­ser jus­qu’en haut d’une mon­tagne un ro­cher qui en re­des­cen­dait chaque fois avant de par­ve­nir au som­met. En Chine, la corruption n’a rien d’une aber­ra­tion, sou­tient-il. Elle est de­ve­nue la rai­son d’être du Par­ti. Lan­cée en 1989 après le mas­sacre de la place Tian’an­men, la for­mi­dable dy­na­mique de l’éco­no­mie chi­noise est fon­dée sur un « ca­pi­ta­lisme de conni­vence », ali­men­té par le pillage de biens pu­blics. Hauts fonc­tion­naires et di­ri­geants d’en­tre­prises d’État, avec les membres de leur fa­mille et leur ré­seau, ont ac­quis à bas prix en­tre­prises pu­bliques et ter­rains, sans que ces opé­ra­tions soient sta­bi­li­sées par un Code de la pro­prié­té. Les di­ri­geants d’en­tre­prises res­tées na­tio­nales s’en sont ap­pro­prié les re­ve­nus. Le contrôle même de ces biens est de­ve­nu une mar­chan­dise : les postes de di­rec­tion dans les ad­mi­nis­tra­tions et les en­tre­prises sont ache­tés et ven­dus par des hauts fonc­tion­naires. Ré­cem­ment, note Tom Mit­chell, chef du bu­reau du Fi­nan­cial Times à Pékin, plus de 200 fonc­tion­naires de la ville in­dus­trielle de Mao­ming, dans la pro­vince du Guang­dong, ont été im­pli­qués dans la vente de postes. Y com­pris le chef de la po­lice, se­cré­taire du Par­ti. La corruption est trop pro­fon­dé­ment en­ra­ci­née pour pou­voir être éra­di­quée, es­time Min­xin Pei.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.