L’ART DE CONTOUR­NER LA CEN­SURE

Faute de pou­voir ache­ter des livres qui éclairent le pré­sent, les Égyp­tiens se ra­battent sur les ro­mans his­to­riques.

Books - - BESTSELLERS - — Gilles Gau­thier est le tra­duc­teur du ro­man­cier Alaa El As­wa­ny. Cet an­cien di­plo­mate est éga­le­ment l’au­teur d’Entre deux rives. Cin­quante ans de pas­sion pour le monde arabe ( JC Lat­tès, 2018).

Avec ses 100 mil­lions d’ha­bi­tants et sa vieille tra­di­tion de culture, l’Égypte est le pays arabe où la pro­duc­tion lit­té­raire est la plus abon­dante. Et que lisent ses ha­bi­tants? Les chiffres manquent. La liste ci-des­sus ne concerne que les meilleures ventes de ro­mans dans plu­sieurs grandes li­brai­ries du Caire. Tous genres confon­dus, on trou­ve­rait aus­si des livres d’exé­gèse re­li­gieuse, des Mé­moires d’hommes po­li­tiques, des pam­phlets sur la crise au Moyen-Orient. Lar­ge­ment dif­fu­sés dans les kiosques, sur les trot­toirs,de­vant les mos­quées, ces ou­vrages ont un pu­blic plus po­pu­laire que ce­lui qui fré­quente les li­brai­ries.

Par ailleurs, le ro­man égyp­tien le plus mar­quant de 2018, «La ré­pu­blique comme si », d’Alaa El As­wa­ny, a été pu­blié au Li­ban et est in­ter­dit en Égypte. Im­pos­sible de sa­voir dès lors com­bien de lec­teurs ont pu se le pro­cu­rer. Les rai­sons de la cen­sure? À tra­vers des per­son­nages re­pré­sen­ta­tifs de toutes les ca­té­go­ries so­ciales, le ro­man dé­monte les mé­ca­nismes d’op­pres­sion du ré­gime mi­li­taire ac­tuel. Les fran­co­phones peuvent le lire sous le titre J’ai couru vers le Nil (Actes Sud).

Autre ab­sent de la liste, « Dans la chambre de l’arai­gnée», de Mo­ham­med Ab­del-Na­bi, qui dé­nonce la ré­pres­sion po­li­cière que su­bissent les ho­mo­sexuels. C’est à ma connais­sance la pre­mière fois qu’un au­teur arabe ra­conte de l’in­té­rieur la vie et les dé­boires d’un jeune gay. Si les li­braires ne nous parlent pas de ce ro­man, c’est sans doute que, bien qu’il ait été pu­blié au Caire, sa sor­tie a été main­te­nue confi­den­tielle. Fait in­té­res­sant, trois femmes fi­gurent dans le top 10. La Turque Elif Sha­fak offre dans Trois flles d ’Ève (Flam­ma­rion, 2018) une sa­tire de la bour­geoi­sie stam­bou­liote et du fa­na­tisme re­li­gieux, et la Tu­ni­sienne Khaou­la Ham­di campe une or­phe­line mu­sul­mane éle­vée dans une fa­mille juive. Les lec­teurs égyp­tiens s’y re­trouvent, mais leur pays n’est pas vi­sé. En­fin, l’Égyp­tienne Rad­wa Ashour est l’au­teure d’une tri­lo­gie sur la chute du royaume de Gre­nade, en 1492. Pu­blié en 1994, ce cycle ro­ma­nesque est de­ve­nu un clas­sique, tout comme La Ma­lé­dic­tion d’Aza­zel (Al­bin Mi­chel, 2014), de Yous­sef Zie­dan, dont l’ac­tion se si­tue dans l’Égypte chré­tienne du ve siècle. Loin de la pé­riode trou­blée que tra­verse ac­tuel­le­ment le pays – c’est plus sûr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.