MYSTERIES OF BOR­DEAUX

Bordeaux Moments - - Sommaire / Contents -

Fait amu­sant pour un hô­tel de ville*, c’est une cloche re­li­gieuse qui sonne les heures laïques et ci­viles. Son ins­tal­la­tion re­monte à l’in­cen­die qui ra­va­gea les char­pentes et les toi­tures de l’hô­tel de ville de Bor­deaux en 1871. Ce si­nistre fut l’oc­ca­sion d’ins­tal­ler une hor­loge do­tée d’un ca­rillon à trois cloches pour égre­ner les heures. Ces trois cloches sont vi­sibles de­puis la grande cour. Elles sont ins­tal­lées sur un pe­tit por­tique, un peu en re­trait du fron­ton où se trouve un ca­dran d’hor­loge. Les deux cloches qui sonnent les quarts d’heures sont da­tées de 1864. Elles portent l’écus­son de la ville de Bor­deaux. Une ins­crip­tion men­tionne qu’elles furent toutes les deux fon­dues dans l’ate­lier de Mon­sieur Vau­thier à Saint-emi­lion. Beau­coup plus grosse et sur­tout plus an­cienne que ses voi­sines, la cloche cen­trale sonne les heures. Sur le « cer­veau » est gra­vée la date de 1663 ain­si que le nom de son par­rain, Mon­sieur Laf­fon, un bien­fai­teur de la pa­roisse Sainte-co­lombe. Un do­cu­ment conser­vé aux Ar­chives Dé­par­te­men­tales de la Gi­ronde confirme sa pro­ve­nance. Fermée au culte en 1791, l’église Sainte-co­lombe, au­jourd’hui dis­pa­rue, fut dé­pouillée au même mo­ment de tout son mo­bi­lier… sauf de sa cloche, mi­ra­cu­leu­se­ment conser­vée. La trace de coups de bat­tant ré­vèle qu’elle était son­née à la vo­lée. Le clo­cher ro­man de l’église Saint-seu­rin** abrite aus­si une cloche dont l’his­toire est unique en France. En 1637, le car­di­nal Hen­ri de Sour­dis, ar­che­vêque de Bor­deaux est char­gé de re­prendre aux es­pa­gnols les Iles Sainte-mar­gue­rite (îles de Lé­rins) sur les côtes de Pro­vence, face à Cannes. Cette cam­pagne ma­ri­time fut di­ri­gée avec suc­cès par le pré­lat ami­ral. Mal­gré les en­traves que sus­ci­ta le ma­ré­chal de Vi­try, gou­ver­neur de Pro­vence, Sour­dis chas­sa les Es­pa­gnols et s’em­pa­ra de toute leur ar­tille­rie. Les ca­nons confis­qués furent of­ferts par le car­di­nal au Cha­pitre Saint-seu­rin qui uti­li­sa le bronze pour faire une cloche. En glo­ri­fiant le vain­queur, ce geste sym­bo­lique avait va­leur d’hu­mi­lia­tion vis à vis de l’ad­ver­saire es­pa­gnol. Les pre­miers mots gra­vés sur le « cer­veau » de la cloche in­diquent qu’elle est des­ti­née à an­non­cer aux fi­dèles le grand mys­tère de l’in­car­na­tion tan­dis que les autres ins­crip­tions rap­pellent la pro­ve­nance du mé­tal de la cloche, bap­ti­sée en 1640 et clas­sée Mo­nu­ment His­to­rique le 12 oc­tobre 1942.

*place Pey Ber­land 33000 Bor­deaux **place des Mar­tyrs de la ré­sis­tance 33000 Bor­deaux

AN OLD BELLS' TALE

An in­ter­es­ting fact about the town hall* (ho­tel de ville): the bells that ring for ci­vil- and the­re­fore se­cu­lar- oc­ca­sions are, in fact, re­li­gious in ori­gin. The cur­rent bells were ad­ded af­ter a fire which had ra­va­ged the struc­ture and roo­fing of Bor­deaux’s town hall in 1871. The en­suing re­cons­truc­tion pre­sen­ted an op­por­tu­ni­ty to build a clock with a three-bell ca­rillon that would ring on the hour. These three bells can be seen from the grand cour­tyard. They are en­ca­sed in a small woo­den struc­ture, set back a lit­tle from the pe­di­ment where the clock face sits. The two bells that ring eve­ry quar­ter of an hour date from 1864. They bear the ci­ty’s coat of arms. An ins­crip­tion tells us that they were both for­ged in Saint-emi­lion by Mon­sieur Vau­thier. The cen­tral bell, which is much lar­ger and far ol­der than its two neigh­bours, rings in the hour.

Eglise Saint-seu­rin’s Nor­man bel­fry** al­so has a bell with a unique his­to­ry. In 1637, the Car­di­nal Hen­ri de Sour­dis, arch­bi­shop of Bor­deaux, was sup­po­sed to take back Ile Sainte-mar­gue­rite (the Lé­rins Is­lands) just off the coast of Pro­vence, op­po­site Cannes. This sea cam­pai­gn was suc­cess­ful­ly head by the pre­late ad­mi­ral, who hun­ted down the Spa­nish and sei­zed their ar­tille­ry. The confis­ca­ted ca­nons were of­fe­red to the Saint-seu­rin Chap­ter, which used the bronze to create a bell, which was bap­ti­sed in 1640 and clas­sed as a His­to­ri­cal Mo­nu­ment on 12th Oc­to­ber 1942. In glo­ri­fying the vic­tor, this sym­bo­lic ges­ture was hu­mi­lia­ting for the Spa­nish ene­my. The en­gra­ved ins­crip­tions on the bell re­mind us of where its me­tal came from.

*Place Pey Ber­land 33000 Bor­deaux **Place des Mar­tyrs de la ré­sis­tance 33000 Bor­deaux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.