Caviar Quand l’es­prit de châ­teau s’as­so­cie au contem­po­rain. La pe­tite cuillère en nacre, une dé­gus­ta­tion dans la du­rée et même une pe­tite pointe de re­cueille­ment ne ren­dront que plus di­vins quelques grains de caviar. Mais ce pro­duit su­blime, rare et coûte

Lieu le à moins

Bottin Gourmand Magazine - - Actu Produit -

Dans les an­nées 2000, Charles de Saint-vincent as­so­cie la mai­son fa­mi­liale, fon­dée en 1888, à sa pas­sion du caviar afin de rendre ce der­nier plus ac­ces­sible tout en gar­dant sa ma­gie et son ca­rac­tère ex­cep­tion­nel : le concept du « caviar co­ol » est né ! Sur deux ni­veaux, le res­tau­rant Bou­ta­ry se dé­cline en rouge et noir, ou tout or, dans un uni­vers chic et sobre si­gné de l’ar­tiste Ann Grim.

La reine, c’est la truffe noire pré­cieuse du Pé­ri­gord ( tu­ber me­la­no­spo­rum, entre 500 et 1 000 € le ki­lo). Ce « dia­mant noir » se ré­colte es­sen­tiel­le­ment dans le sud-est et le sudouest de la France (Gard, Drôme, Vau­cluse, Alpes-de-hau­teP­ro­vence) de dé­cembre à mars, à quelques cen­ti­mètres de pro­fon­deur. La truffe noire de Bour­gogne ( tu­ber

entre 400 et 700 € le ki­lo) est la plus lar­ge­ment ré­pan­due en Eu­rope. Elle se ré­colte d’oc­tobre à jan­vier. Son par­fum s’ap­pa­rente à ce­lui de la noi­sette. La truffe blanche d’al­ba ( tu­ber ma­gna­tum pi­co, entre 5 000 et 7 000 € le ki­lo) est l’es­pèce la plus chère, la plus re­cher­chée et la plus rare au monde. Elle se ré­colte seule­ment en Ita­lie et en Croatie d’oc­tobre à dé­cembre. Son par­fum très pro­non­cé rap­pelle ce­lui de l’ail. La truffe d’été ( tu­ber aes­ti­vum, entre 150 et 250 € le ki­lo) est une es­pèce com­mune moins goû­teuse qui se ré­colte de mai à sep­tembre. Elle est noire à l’ex­té­rieur et blanche à l’in­té­rieur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.