En­tre­tien avec Vincent Per­rin

De­puis le 1er jan­vier der­nier, Vincent Per­rin a pris les rênes du Co­mi­té Cham­pagne (CIVC). Quels ob­jec­tifs se fixe le nou­veau di­ri­geant ? Quels sont, aux yeux de cet énarque, les enjeux ma­jeurs de la fi­lière ? Bulles & Mil­lé­simes a ren­con­tré un pa­tron s’i

Bulles & Millesimes - - ÉDITO - Propos recueillis par Jean-Bap­tiste Du­teurtre.

Je suis convain­cu qu’ il y a de belles choses à ac­com­plir au Co­mi­té Cham­pagne

Un éco­no­miste tour­né vers l’in­ter­na­tio­nal suc­cède à un ju­riste à la tête du Co­mi­té Cham­pagne. Ce­la ré­sume-t-il votre no­mi­na­tion à la tête du Co­mi­té Cham­pagne ? Et votre ar­ri­vée marque-t-elle le dé­but d’une ère nou­velle pour cet or­ga­nisme in­ter­pro­fes­sion­nel ?

Il fau­drait le de­man­der à ceux qui m’ont re­cru­té. Néan­moins, il me pa­raît in­té­res­sant de va­rier les pro­fils à la tête du Co­mi­té Cham­pagne. J’ai une ex­pé­rience d’éco­no­miste tour­né vers l’in­ter­na­tio­nal et ce­la me semble utile à l’heure où le Co­mi­té Cham­pagne mène une ré­flexion au­tour de l’idée sui­vante : il ne faut pas vendre ce que l’on pro­duit mais pro­duire ce que l’on peut vendre sur les mar­chés his­to­riques et sur ceux en pleine évo­lu­tion. Tou­te­fois, si je veux être à la hau­teur de mes res­pon­sa­bi­li­tés, je dois aus­si maî­tri­ser les enjeux ju­ri­diques et ad­mi­nis­tra­tifs. Ce sont des do­maines que je connais éga­le­ment. En outre, le poste que j’oc­cupe dé­sor­mais exige de s’in­té­res­ser à l’in­no­va­tion comme aux as­pects tech­niques. Être is­su d’une fa­mille d’agro­nomes de­vrait m’y ai­der. Vous voyez, cette or­ga­ni­sa­tion a be­soin d’un chef d’or­chestre po­ly­va­lent et non d’un ex­pert.

Vous au­rez tout de même un re­gard da­van­tage tour­né vers l’in­ter­na­tio­nal…

J’étu­die dé­jà très at­ten­ti­ve­ment les mar­chés étran­gers, no­tam­ment ceux du Royaume-Uni ou des États-Unis par exemple. Mais il n’est pas ques­tion de ré­vo­lu­tion­ner le pé­ri­mètre d’ac­tion du Co­mi­té Cham­pagne. Ce­pen­dant, à chaque prise de dé­ci­sion, nous de­vons nous in­ter­ro­ger sur son im­pact aus­si bien en Cham­pagne qu’à l’autre bout du monde. Lorsque l’on conçoit une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion ou d’in­for­ma­tion sur le cham­pagne, il faut se de­man­der com­ment elle se­ra per­çue par les Ja­po­nais ou les Chi­nois et ne pas faire sim­ple­ment plai­sir aux Cham­pe­nois. Lorsque l’on adopte une me­sure tech­nique pour me­ner le cham­pagne vers da­van­tage d’ex­cel­lence, il faut son­ger aus­si bien au consom­ma­teur an­glais, fin connais­seur du pro­duit, qu’à ce­lui moins édu­qué des pays émer­gents. Se sou­cier de l’in­ter­na­tio­nal re­lève donc d’une ap­proche glo­bale.

Cer­tains opé­ra­teurs re­grettent l’ab­sence d’une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion in­ter­na­tio­nale au­tour de l’image du cham­pagne. Y tra­vaillez-vous ?

Tout le monde a bien conscience de l’in­té­rêt d’une telle cam­pagne. La der­nière opé­ra­tion d’en­ver­gure du Co­mi­té Cham­pagne ci­blant les États-Unis date un peu… Pour au­tant, il ne faut pas né­gli­ger ce que nous avons dé­jà en­tre­pris, no­tam-

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.